AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Oswaldo Guiness
i can't love her

❖ Job : Étudiant à la Medical School dans le but de devenir chirurgien plasticien
❖ House : South Seattle, dans la villa familiale.


❖ Avatar : Marlon Teixeira
❖ DC : Alvar Mouton, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 21/05/2017
❖ Messages : 107
❖ Needles : 331

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.    Mer 31 Mai - 17:30



Flashback. Je suis avec mon meilleur ami, aujourd'hui on a décidé d'aller regarder une course de rue. C'est pas tellement mon délire, mais lui ça le fait kiffer, alors je l'accompagne. Il tient pour la nana, une belle blonde à l'air un peu farouche. Il a même parié sur elle, ce qui m'a fait sourire – femme au volant, ne dit-on pas mort au tournant ? Une nana hyper sexy se plante entre les deux bagnoles, avec son petit drapeau à carreaux, et elle lance le départ. Mon meilleur ami est surexcité, de mon côté on parlera plutôt de curiosité. On boit une bière, tranquillement... et finalement, l'arrivée. « J'en étais sûr » je lâche, pendant que mon pote fait la gueule – la belle blonde a perdu. Les pilotes sortent de leur voiture. Tout le monde leur tourne autour, c'est l'agitation la plus totale. Je laisse mon ami et m'éloigne, il y a trop de cohue par ici et je ne me sens pas à ma place. Je passe près du pont, les mains dans les poches... et observe l'eau en contrebas. J'ai bien envie d'aller faire un petit plongeon, mais je ne suis pas complètement con non plus. Il serait bien trop dangereux de sauter. Alors, je m'éloigne vers la berge à pieds et me retrouve après une marche plus ou moins longue, le long de l'eau. J'enlève mes chaussures et m'assieds dans l'herbe, au calme. Je suis venu en scooter, mon meilleur ami aussi. Je pourrais très bien repartir maintenant, mais je le connais : si je le fais, il va me faire la gueule. Je me couche et observe le ciel quelques secondes. Je déteste rester à rien faire, ça me stresse. Tout à coup, mon regard est attiré par de l'agitation sur le pont, tout en haut. Elle est minuscule vue d'ici, mais je reconnais la pilote qui a perdu la course – j'ai une bonne vue, digne d'un pilote d'avion de chasse. Je fronce les sourcils, sans comprendre ce qu'elle fabrique. Tout s'enchaîne rapidement. Je la vois sauter, j'entends des cris, des bruits de sirène de police... les courses de rue sont interdites, ils viennent sûrement mettre un terme au regroupement, mais ont-ils seulement vu ce qu'il vient de se passer sous mes yeux. Les battements de mon cœur accélèrent, tandis que je regarde la blonde tomber. C'est à la fois extrêmement rapide, et très lent. Son corps finit par percuter la surface de l'eau, je me redresse et la cherche des yeux. Je relève la tête, plus personne sur le pont. Tous se sont dispersés, la police a dû les faire fuir. Je suis saisi par l'adrénaline, et ne la voyant pas remonter... je lance mon téléphone portable sur la berge, enlève mon tee-shirt et plonge dans l'eau froide du fleuve. En quelques brasses, il me semble être proche de l'endroit où je l'ai vue sombrer. Je plonge en canard, les yeux grands ouverts. La panique m'envahit, je ne la trouve pas. Je remonte vers la surface pour reprendre mon souffle, puis replonge. Mon meilleur ami va se demander où je suis passé, putain. Et finalement, son corps m'apparaît. Je nage vers elle aussi vite que possible, l'attrape par la taille et la remonte à la surface. Sous l'eau, elle n'est pas lourde et je me rends compte qu'elle n'est pas bien grande non plus. Difficile d'atteindre mon mètre 88, ceci dit. Je n'ai aucune notion en sauvetage, mais Lil' m'a obligé à regarder « Alerte à Malibu » avec elle – je sais donc qu'il faut que je la mette sur le dos pour la ramener vers les berges du fleuve. Je m'y applique, et finis par la sortir de l'eau tant bien que mal. Elle semble inconsciente, la panique m'envahit... mes mains se posent sur son ventre, je réfléchis à toute cette foutue théorie apprise en classe, quelques secondes me suffisent pour me remettre de mes émotions et lui appliquer quelques poussées fermes sur l'abdomen, afin d'expulser l'air de ses poumons. Je me penche ensuite vers son visage pour lui faire du bouche-à-bouche, selon la technique apprise en cours. Elle finit par recracher l'eau, mais reste inconsciente. J'approche mon oreille de sa bouche, elle semble de nouveau respirer normalement. Je la prends par le bras et les fesses, et la place en position latérale de sécurité puis me laisse tomber sur le sol à côté d'elle. Je me rends rapidement compte que cette nana a failli y rester, et que je viens de lui sauver la vie. Je reste pantois quelques secondes, j'essaye de me remettre de mes émotions. Il faut que j'appelle une ambulance, mon téléphone doit être quelque part plus loin, sur la berge.

_________________

STRONGER THAN ME


Le bien et le mal sont deux choses bien distinctes dans mon esprit. Ce que je ressens pour toi est pourtant à la frontière entre les deux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lyzandra Cassidy
Membre de Pan

❖ Job : Médecin Urgentiste
❖ House : North District


❖ Avatar : Amber Heard
❖ DC : Nope
❖ En ville depuis : 17/05/2017
❖ Messages : 101
❖ Needles : 157

Voir le profil de l'utilisateur http://chicago-city-rpg.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.    Ven 2 Juin - 23:34



Lyzandra & Waldo
today, i save your life.


« Si tu sautes…j’te jure ! » « Lyz arrêtes tes conneries » « Alors poupée on sait plus conduire. » « Montre nous que tu en as et on rendra tes clés. » Les paroles dansaient dans mon crâne en déconfiture, les pensées s’alignaient à des semblants d’images toutes aussi fugaces que désordonnées. Pourtant aucune crainte, aucun ressentiment, non juste l’ivresse d’avoir une fois de plus repoussé une nouvelle limite. C’est un sourire sur les lèvres que le sol s’effaça pour devenir souffle d’air. Je ne me sentais jamais aussi libre et délivrée qu’en ces moments de folie. Mes yeux détaillaient l’obscurité grandissante vers laquelle je plongeais et pas une seconde je n’eu craint pour moi. Avais-je perdu la limite de la raison qui fait de nous des adultes, des gens responsables ? Ou n’avais-je juste rien à perdre ? Surement un peu des deux en réalité, je n’en étais plus là depuis bien des années. Oh n’y voyons aucune dépression, c’était loin d’être mon état d’esprit, juste un total détachement à ce qui était ma personne. Un désintérêt relatif surement à des années ballottées de rien en rien pour ne jamais vraiment sentir une appartenance. Bien sûr certains vous diront qu’on compte forcément pour un autre et c’est le cas, certainement.

Mon souffle se broya dans mes poumons quand mon corps toucha la surface fraîche de l’eau, là encore aucune douleur, juste l’engourdissement et avant que j’ai le temps d’expirer, le trou noir…

En premier lieu ce fut la douleur qui me parvint, celle de mes poumons, de ma gorge en feu, c’était contradictoire quand on sait que celle-ci était gorgée d’eau et pourtant parfaitement le cas, une vive brulure qui me força à tousser et à éjecter simplement le liquide oppressant. En second lieu, le foutoir le plus complet de mon esprit qui tentait de reprendre le pas sur l’engourdissement. Et en dernier lieu, la décente brutale vers la réalité. Mon corps glacé allongé sur la berge, le son d’un autre à mes côtés, la sensation d’avoir pris une cuite monumentale et d’avoir l’estomac près a tout éjecter et le crâne rempli d’un bataillon de fantassins en goguette. Non franchement plus aucun pied dû à l’ivresse de l’adrénaline. Pire, je n’avais même pas le loisir de m’endormir ou de vouloir fermer les yeux.

« Et merde… » Murmurais-je d’une voix un brin trop brisée pour que j’arrive réellement à réaliser que c’était la mienne.

Glissant la main sur le sol je tachais au mieux de bouger et la vint vraiment la dernière sensation, celle d’un corps courbaturé à la limite de la rupture. Mes côtes étaient les plus désavantagées dans l’affaires et en détaillant l’homme à mes côtés je comprenais que je lui devais visiblement ce fait et de respirer encore.

A quatre pattes je toussai une nouvelle fois, visiblement à bout de souffle et me laissai retomber sur le dos, détaillant le pont un peu plus loin qui illuminait la zone.

« Merci… » Dis-je d’une voix plus personnelle tout en glissant ma main sur mon visage pour repousser mes cheveux. « Punaise, quelle poisse… » Dis-je plus pour moi-même. Inspirant profondément, je pouvais sentir une nouvelle fois mes côtes me hurlaient leurs litanies du tu n’aurais pas dû faire ça.

Mais je les ignorais comme à chaque fois que j’en venais à toucher du doigt une limite physique. J’allais trinquer quelques jours et alors… me redressant finalement, je détaillai mon sauveur, à la fois médusée et intriguée, j’aurai dû sauter plus tôt si c’était pour croiser des apollons pareils. Bon trêve de conneries, Lyz.

« Dis-moi, tu n’as pas appelé la cavalerie ? » Bravo super comme façon de le remercier.

« Enfin euh je veux dire qu’elle n’est visiblement pas utile, tu as su faire tout ce qu’il fallait. » Je portai attention à mon allure et me laissai retomber, magnifique, j’étais couverte de boue et visiblement aussi jolie à voir qu’un cochon dans sa mare.
 


_________________
See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oswaldo Guiness
i can't love her

❖ Job : Étudiant à la Medical School dans le but de devenir chirurgien plasticien
❖ House : South Seattle, dans la villa familiale.


❖ Avatar : Marlon Teixeira
❖ DC : Alvar Mouton, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 21/05/2017
❖ Messages : 107
❖ Needles : 331

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.    Mar 6 Juin - 21:55

Je ne comprends pas ce qu'elle dit, mais elle revient à elle avant que je ne puisse me relever pour chercher mon smartphone sur la berge. Elle se redresse et tâtonne le sol, je m'approche pour m'assurer que tout va bien et nos regards se croisent. La blonde se remet à 4 pattes, tousse à plusieurs reprises puis se laisse tomber sur le dos. Je l'observe, impuissant. Je sens la colère monter en moi. Qu'est-ce qui lui a pris de risquer sa vie, comme ça ? Et la mienne, par la putain de même occasion. Elle finit par me remercier, cherche son souffle. « C'est pas de la poisse, c'est de l'inconscience » je lâche d'un air bourru, en l'entendant se plaindre. « De rien, j'irais pas jusqu'à dire avec plaisir... mais ravi que tu t'en sortes ». Je l'observe encore, elle se redresse et je comprends qu'elle est hors de danger. Plus de peur que de mal. Je me lève et fais quelques pas en lui tournant le dos, à la recherche de mon téléphone que j'ai lancé non loin. Elle me demande si j'ai appelé la cavalerie. Je me retourne et fronce les sourcils, lui lançant un regard incertain : « Les flics ? Nan, ils sont repartis on dirait, tout le monde a foutu le camp ». Bande d'abrutis, toujours partants pour faire les imbéciles aux volants de leurs bagnoles, mais dès que les poulets se pointent, c'est une autre histoire. Elle me dit que visiblement, ce n'est pas utile puisque j'ai fait ce qu'il fallait. Je croise les bras sur ma poitrine et la regarde, de loin, un air un peu narquois sur le visage. « Tu veux dire, plonger après toi, chercher ton corps inanimé dans la rivière, te ramener sur la berge ? Oh, sans parler du bouche à bouche ! Ouais, effectivement j'ai fait ce qu'il fallait. Toi par contre, j'te félicite pas. 'Faut vraiment être con pour sauter d'un pont de cette hauteur ». L'heure n'était pas à prendre des pincettes, elle était presque debout et pleinement consciente, moi j'avais eu les pétoches de ma vie à cause d'elle. Une fois l'adrénaline retombée, en tout cas. Je ne fais même pas attention au fait que je la tutoie, comme un mal poli. Mes parents adoptifs ne seraient pas fiers de moi, vu la façon dont je parle à cette pauvre fille. Je lui tourne à nouveau le dos, et recommence à chercher mon smartphone. Après trois pas, je mets la main dessus. Je le récupère et reviens près de la blonde. « Comment tu t'appelles ? » je demande, après avoir envoyé un texto à mon meilleur ami pour le rassurer sur le fait que je ne me sois pas fait prendre par les flics. Je vois qu'il a essayé de m'appeler 4 fois, déjà. Je range mon portable dans ma poche toute mouillée – en priant pour que ça ne le tue pas – et tends la main à la demoiselle en détresse, pour l'aider à se relever.

_________________

STRONGER THAN ME


Le bien et le mal sont deux choses bien distinctes dans mon esprit. Ce que je ressens pour toi est pourtant à la frontière entre les deux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lyzandra Cassidy
Membre de Pan

❖ Job : Médecin Urgentiste
❖ House : North District


❖ Avatar : Amber Heard
❖ DC : Nope
❖ En ville depuis : 17/05/2017
❖ Messages : 101
❖ Needles : 157

Voir le profil de l'utilisateur http://chicago-city-rpg.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.    Ven 9 Juin - 5:18



Lyzandra & Waldo
today, i save your life.


Plus les secondes passaient et plus le froid me saisissait, pire mon corps semblait me trahir, me faisant ressentir le poids des muscles maltraités pas le choc avec la surface et le massage qu’il m’avait fait. Mais vue son humeur, je me gardais de le signaler tout comme je priais presque qu’il me laisse là seul où la boucle tellement mon crâne semblait avoir invité tout un bal communal pour me rejouer un quatre juillet avant l’heure. Glissant ma main sur mes bras pour me frictionner, je l’écoutais ronchonner, surement à juste titre, vu que j’aurai fait de même si les rôles avaient été inversés. Mais de mon point de vue à moi, je trouvais d’un coup mon sauveur, rapidement juge et pire procureur me condamnant sans aucune forme de procès.

Il me tendit sa main une fois qu’il eut fini de faire des allers-retours sur la berge et je tentais de la prendre pour comprendre rapidement que l’idée allait me valoir un haut le cœur. Pire une remontée rapide de l’eau passée dans mon estomac et en quelques seconde je me détournai pour vomir un liquide brumeux d’eau de bile et d’algues ou je ne sais quelle salade que je n’avais pas ingurgité au repas.

J’aurai pu clairement m’auto engueuler de la connerie si je ne savais pas que par mon plongeon, j’avais gardé l’autorité sur la Toyota supra durement arrangée et financièrement attachée à des mois de travail. Les courses étaient un loisir, mais pas seulement, leurs gains payaient le crédit fait pour mes études, mon père n’ayant jamais pu aligner à ma place et ne croyant pas en moi, il avait toujours affirmé que je lâcherai pour finir dans sa casse sous des capots. J’avais donc mis un point d’honneur à le faire mentir, pire un point d’orgueil à y arriver. Et bien qu’à présent j’étais médecin avec un bon salaire. Je n’avais pas l’intention de passer les dix prochaines années bloquée en colocation à défaut de pourvoir faire un vrai crédit ou achat pour posséder un foyer que nul ne pourrait plus me prendre.

Comme quoi tout jugement ne se faisait qu’avec une part d’ignorance et combien en avais-je porté moi-même durant mes gardes en voyant un gamin aussi bête que moi arriver.

Inspirant une nouvelle fois un peu d’air je poussai mes cheveux rebelles dans mon dos et récupérai ma chemise de toute façon fichue pour m’essuyer le visage et la lancer au sol. Tachant de me redresser pour voir le sol danser autour de moi. J’avais vraiment dû prendre cher dans le contact avec la surface.

« Lyzandra, et toi tu as un prénom ou dois je t’appeler ma bonne conscience ? » Un brin sarcastique ? Non juste lassée de ma soirée et visiblement pas encore assez stable pour prendre mes jambes à mon cou.

« Tu sais faut pas croire que j’ai fait ça pour ruiner ta soirée, bien que je te sois redevable pour le bain, je n’avais pas l’intention me rater à ce point-là et je ne suis pas non plus suicidaire. J’avais juste aucune envie de perdre mon moyen de payer mes factures. Bref de toutes façons t’as raison sur toute la ligne, j’ai merdé et je te dois un pressing, plus un café et je ne sais quoi d’autre que tu as dû bousiller pour m’aider. » Dis-je tout en vacillant encore sur quelques pas.

_________________
See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oswaldo Guiness
i can't love her

❖ Job : Étudiant à la Medical School dans le but de devenir chirurgien plasticien
❖ House : South Seattle, dans la villa familiale.


❖ Avatar : Marlon Teixeira
❖ DC : Alvar Mouton, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 21/05/2017
❖ Messages : 107
❖ Needles : 331

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.    Mer 14 Juin - 17:18

A peine relevée, la blonde se penche et rend le contenu de son estomac – principalement liquide – sur le sol. Elle n'a pas l'air dans son assiette, mais c'est bien normal après ce qu'il vient de lui arriver. Je soupire, mais pas d'exaspération. En la voyant mal, je me calme doucement. Elle jette ses cheveux vers l'arrière dans un geste qui aurait pu être sexy si elle ne ressemblait pas à un chien mouillé, s'essuie avec la chemise qu'elle vient d'enlever, la balance et titube un peu. Je fais un pas vers elle, dans la précipitation, et l'attrape par le coude. « Hé, reste parmi nous ». Sarcastique, elle répond à ma question précédente et me demande si je compte lui servir de conscience – je lève les yeux au ciel, sans pour autant la lâcher. « Oswaldo », je me présente brièvement, puis l'écoute me dire qu'il ne faut pas croire qu'elle a sauté pour pourrir ma soirée, blabla. Je claque mes lèvres une contre l'autre, agacé. « C'est bon, calme-toi. J'te signale que tu m'as fait flipper, c'est tout ». Pas gêné de l'avouer, n'importe qui à ma place aurait eu un coup de stress, non ? « Okay, j'ai l'air de te juger et j'en suis désolé. C'est pas dans mon intention mais... putain, t'es une grande malade ». Je m'assure qu'elle tient sur ses jambes, et la lâche pour récupérer mon tee-shirt que je lui tends. Il est tout sec, heureusement. « Mets ça, je vais te ramener chez toi ». Et non, ce n'est pas une question – elle n'est pas en position de négocier, de toute façon. Je dépose un regard autoritaire sur elle, et attend qu'elle s'exécute. Je m'éloigne un peu, à la recherche de mes godasses. Je les retrouve un peu plus loin, les enfile et reviens aux côtés de Lyzandra. Mon bras glisse autour de sa taille fine, je la soutiens et lui offre le premier sourire de cette foutue soirée. « Là, on y va ? Comment tu te sens ? » Je me suis radoucit, le fait qu'elle évoque avoir sauté dans le vide pour éviter des problèmes d'argent a aidé, c'est vrai. Elle devait avoir ses raisons, et moi qui suis le cul dans le beurre avec ma famille, je ne les comprends sans doute pas, mais ce n'est pas une raison pour rester désagréable. Si les Guiness ne m'avaient pas adopté, qui sait ce que je serais devenu ? Je serais peut-être amené à faire la même chose que cette nana, au Mexique, inconscience ou pas. « Par contre, crois-pas que j'oublie que tu me dois un café, Lyzandra ».

_________________

STRONGER THAN ME


Le bien et le mal sont deux choses bien distinctes dans mon esprit. Ce que je ressens pour toi est pourtant à la frontière entre les deux.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Waldo & Lyz ◢◤ today, i save your life.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» How to save a life
» Fauve ▬ Tell me would you kill to save a life ?
» How to save a life- Sofia [4 mars]
» Motocross Libin - 31 mai 2015 ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❖ PINS AND NEEDLES :: 
Allons à Seattle
 :: The outdoors
-
Sauter vers: