AccueilAccueil  PublicationsPublications  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Devyn & Duncan - For better and for worse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Devyn & Duncan - For better and for worse   Mer 31 Mai - 1:24

Doucement la nuit va remplacer le jour, tout doucement même, j’ai encore eu le temps de rentrer la voiture dans le garage sans mettre les phares et de rendre sourd les voisins avec du Nirvana dans la caisse. Le temps a été clément, trop même par cette journée de Mai, Je sais que les arbres sont en bourgeons que les oiseaux chantent et ce dès le matin… Bande de merdeux, ils viennent nous péter les couilles directement et en nous réveillant par la même occasion. Je me suis promis qu’un soir, je chercherai le nid pour le détruire. Cela fera une occasion de plus pour se disputer avec mon épouse car elle sera certainement contre. Ce n’est pas grave, j’aime de plus en plus nos disputes ces derniers temps car cela fini toujours de la même manière. On s’embrasse et la suite reste entre mon épouse et moi. Ce soir, nous ne sommes pas arrivés jusqu’à ce moment intime. Son cousin, mon ami, Alvar a déboulé pour venir dire bonjour. Il n’est pas méchant loin de là mais, nous avions un oignon sérieux à peler avec Devyn. Je lui ai rendu un peu compte avant de m’en aller, je n’ai pas voulu le mêler à notre dispute conjugale. Il n’y est pour rien mais un truc me dit que j’en ai pas fini avec lui. Non, il voudra des comptes, je pense. Enfin nous verrons cela plus tard, car, là je vais devoir terminer de mettre les choses au point avec mon épouse.

Je viens de rentrer au moment où je lance ma veste de costume sur le canapé. Je regarde froidement mon épouse qui a dû m’attendre de pied ferme. « Calmée ou l’on remet ça ? » Par ça, je parle bien évidemment de notre dispute de toute à l’heure. Je passe ma main sur ma barbe, geste que je fais toujours quand je suis contrarié. « Merde Dev, je vois pas pourquoi, tu continues ! T’as pas assez de fric avec ce que l’on gagne ? » Je soupire et me rapproche de mon épouse. Je la regarde et me mords la lèvre, elle est si canon que j’en ai plein le cul de la voir et la savoir entourée de mecs comme les porcs qui bossent avec et pour elle. Je sens que nous allons nous défier une fois de plus. Tant mieux, j’ai envie de lui montrer qu’elle m’appartient une fois de plus. L’intention de faire monter le feu entre ses reins et de lui prouver sans lui dire la phrase que je juge bateau que je l’aime. Car oui, je tiens à mon épouse même si nous allons sans aucun doute nous cracher à la gueule une fois de plus. La deuxième déjà ce soir.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.


Dernière édition par Duncan McKilt le Sam 3 Juin - 3:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Mer 31 Mai - 16:50

Cette journée me saoule, ça avait déjà mal commencé à cause de Duncan et sa volonté de faire de moi une femme au foyer ce qui avait eu lieu de se disputer devant Alvar puis il avait fallu qu'Alvar me confit sa relation avec Danny et tout ce qui en coulait sérieusement il pouvait choisir quelqu’un qui le rendrait réellement heureux lui non il était retombé dans ses filets. J’espère maintenant qu'il sera réellement heureux avec elle et pas qu'elle soit celle qui lui brise une fois de plus son cœur. Bon j'avais fini par aller chez elle même s'il avait été clair là-dessus mais il savait très bien que je n'allais pas l'écouter. Je ne peux pas dire que cela c'était bien passé avec elle, c'était comme ça depuis le fameux jour ou elle avait choisi de rompre avec lui. J'étais arrivée sur les nerfs lors de la vente d'armes et certains l'avaient très bien compris quand l'un des hommes – un nouveau, quelqu'un qui ne me connaissait pas – avait voulu me mettre la main aux fesses croyant que je n'étais là que pour faire figuration. Je n'ai pas attendu longtemps avant de lui coller une droite monumentale et de lui coller mon arme sur la tempe gardant malgré tout mon sourire légendaire. Je savais très bien que si mon mari avait été là, cela ne lui aurait pas plus mais j'en ai rien à faire, je ne suis pas une gamine ou une de ses filles qui a besoin d'être protégée et puis j'en ai déjà assez avec Alvar et lui. La suite de la vente avait été plus calme et j'ai fini par avoir ce que je voulais. Tout le monde était donc content et c'était très bien. Avant de rentrer à la maison, j'étais partie voir mon père pour lui remettre l'argent et papoter un peu de tout et de rien, comme souvent, il me parla de Duncan, désireux savoir si tout allait bien entre nous et comme toujours, je lui disais que oui, qu'on était heureux et que tout se passait bien. Je n'allais surtout pas lui dire le contraire, il allait s'en vouloir d'avoir forcé ce mariage. Après une heure à ses cotés, je pris la direction de la maison tout en m'arrêtant en chemin pour acheter ses pâtisseries que je raffole tant mais aussi le gâteau préféré de mon cher mari, malgré que c'était assez compliqué et malgré la dispute du matin, je ne suis pas égoïste. Je rentre et mets tout dans le frigo puis je vais me prendre une douche rapide, mon cher mari, n'est pas encore rentré et franchement tant mieux, je n'avais pas envie de me prendre la tête maintenant il fallait déjà que je me calme du reste bien que je sais très bien que cela ne durera pas car quand il allait arriver cela ne serait pas une partie de plaisir. Une fois sortie de la douche, j'enfile un shorty court en jean et un top court aussi. Je m'installe sur le canapé avec une tasse de thé et un livre, attendant le retour de l'homme qui j'aime – même si je le cache – Peu de temps après, j'entends la porte s'ouvrir, je ne lève pas le regard alors que sa veste atterrie sur le canapé tout en me demandant si j'étais calmé. Je lève le regard vers lui, il est quand même sexy quand il est contrarié, j'ai très vite remarqué qu'il touche toujours sa barbe quand c'est le cas. Alors qu'il reprends la parole, je fronce les yeux, il ramène toujours tout au fric, il a que ça à la bouche je ferme mon livre et le balance sur la table basse tout en venant planter mon regard dans le sien. « Qu'est-ce que j'en a foutre du fric que l'on gagne Duncan, je faisais déjà ça avant que l'on soit marié et ça continuera tant que ça m'amuse de le faire. Je ne suis pas une poupée qui reste coincer à la maison parce que monsieur joue au seigneur et pense qu'une femme doit lui obéir aux doigts et à l'oeil. » Je me lève du canapé et me plante devant lui croisant les bras sur ma poitrine « Et tu sais quoi ça c'est très bien passé ou presque.. Y'a quand même un nouveau qui a voulu me mettre la main au cul » Je souris, je sais qu'il ne va pas aimer et c'est tant mieux, j'ai pas envie d'en rester là et puis je suis persuadée qu'il a des maîtresses « T'en fais pas, il a pas eu le temps de le faire, les hommes t'expliqueront à moins que c'est déjà fait car je suppose que tu as déjà téléphoné pour voir si j'ai réellement fait une vente... Tu sais je ne suis pas comme toi... » Je détourne le regard et passe à coté de lui le bousculant par la même occasion et vais servir deux verres d'alcool... On en va en avoir besoin... Je pose son verre sur la table basse et me retourne pour lui faire face une nouvelle fois « Je ne serai jamais à tes ordres Darling, si c'est quelqu'un que tu veux comme ça, prends une esclave ça ira plus vite ou change de femme... Tu dois bien en avoir quelque part que tu caches... » » Je suis cinglante dans ma façon de parler mais je m'en fous, j'ai beau l'aimer et être jalouse quand je le vois proche d'une femme, je ne peux faire autrement pour le moment.

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Jeu 1 Juin - 19:52

La journée à mal débutée et va sans doute mal se terminer. Cela en prend le bon chemin. Je suis énervé et je n’ai pas encore oublié notre dispute de ce matin. Putain si notre entourage, nos proches apprenne que le petit couple modèle est bien loin d’en être un … ils seraient bien déçu, je pense. Ma mauvaise humeur s’est rependue sur tout le monde dans la future boutique, nous ne sommes qu’à quelques jours de l’ouverture et j’ai mis un énorme coup de pression à mes employés ce matin, avant d’aller conclure un deal avec un futur partenaire pour des vêtements. Nous avons dû négocier toute l’après-midi pour trouver un compromis. Ce dernier trouvé, nous avons signé définitivement les papiers. Notre magasin sera ainsi associé à l’équipe locale de basket dont un des joueurs figurera sur nos vitrines ici à Seattle. Cela fera une promo pour les magasins et un peu d’argent en plus pour le club. Je repense encore à la dispute de ce matin … J’ai une fois de plus demandé à Devyn de rester chez nous et de devenir une femme au foyer et une fois de plus, cela a pété. Comme c’est le cas dès que nous abordons le sujet, les voix s’élèvent, nous nous flinguons à tout va, les insultes pleuvent et les reproches ont déboulé.
 
Rentré, je la vois assise sur le canapé opposé à celui où je viens de poser ma veste, elle est diablement sexy dans son mini shorty de jeans et son petit top enfin son rikiki de top. Je me vois déjà la prendre sur ce canapé après l’avoir foutue à poil et surtout après que l’on se soit engueulés, les préliminaires seraient comme toujours pour la nuit, une fois tous les deux calmés.  Pourtant, je ne peux m’empêcher d’être furieux après elle. Encore un reproche en lui demandant si elle est calmée, elle ne pipe mot pour l’instant. L’air s’embrase, cela va exploser à nouveau entre nous car elle prend très mal ma réflexion suivante. Son livre est envoyé de manière furieuse sur la table basse, cette fois c’est la guerre car elle me fait fasse et nos prunelles se croisent, nous nous défions à nouveau. Sonnez la charge, les cavaleries sont là. J’ai rapporté le pognon sur la table, je sais que cela l’énerve et je le fais exprès. « Qu’est-ce que t’en à foutre ? Putain tu blagues là j’espère ? Si on n’avait pas tout ce pognon, on serait pas là dans cette villa !! » Je suis déjà en train de pointer le sol du doigt alors que ma mâchoire se crispe. « Tu mérites mieux que ce job Devyn ! Donc ouais, je rêve que tu restes ici à faire le ménage, à élever nos gosses ou que tu bosses dans un autre milieu que celui-là. Putain, ces mecs bavent à chaque fois sur toi, bon dieu ! Ce sont des putains de salopards, des putains de porcs qui n’attendent qu’une chose… » Je ne termine pas ma phrase, elle sait très bien ce que je vais dire ensuite. Elle est debout, désormais, la petite mafieuse qu’elle est vient de croiser ses bras devant moi pour me raconter que son dernier deal c’est bien passé même si un connard a voulu lui mettre la main au cul. « Quoi qui est ce fils de pute ? Je vais le tuer… » Je démarre toujours au quart de tour avec ce genre de propos, je n’aime pas ça. Je fronce les sourcils en l’écoutant et je reste persuadé qu’elle me provoque. « J’espère bien qu’il n’a pas eu le temps de le faire. Il y a que moi qui puisse toucher ton petit cul d’ange. Tu supposes mal, j’ai eu une réunion toute l’aprem avec un des directeurs marketing des Sonics de Seattle, tu sais l’équipe de NBA ? Donc je n’aurais pas pu appeler pour te surveiller comme tu le penses si bien sauf si tu as un truc à te reprocher ma chère épouse. »  Elle vient de me bousculer après avoir détourné le regard. Ce geste me rend encore plus furieux, plus amère aussi. Elle me sort du cul là, c’est quoi encore son souci. Elle nous sert deux verres d’alcool et dépose le mien sur la table. C’est une nouvelle fois que nous nous faisons face, je replante mes iris de glace dans les siennes au moment où elle m’accuse de la tromper clairement. Je siffle tel un serpent en l’écoutant me balancer à la gueule de telles merdes. « J’en ai rien à foutre des autres femmes. C’est toi et moi et RIEN D’AUTRE ! » Je la regarde froidement en retouchant ma barbe, je cherche un moyen de me calmer rapidement, je crains plus que tout pour elle là. « Je vais pas baiser d’autres nana si c’est ce que tu insinues … il n’y a que toi dans ma vie… »  Soufflais-je en me rapprochant rapidement d’elle. Elle peut se sentir menacée, j’en ai rien à branler, je sais saisi son visage de mes deux pattes d’ours et le rapproche du mien pour un baiser fougueux. Rah… putain, nos disputes m’excitent à mort, je lâche son visage de ma main droite et viens la poser sur sa cuisse et je la laisse remonter sur son cul que je commence à pétrir avec conviction et envie alors que nos regards sont plantés l’un dans l’autre. Je dépose mon front contre le sien et vient lui murmurer « Je ne saute pas d’autres femmes que toi… il y a que toi qui me fais bander Dev ! » Voix suave, presque tendre, et diablement torride. Je la garde contre moi lui faisant sentir doucement ma trique et ne sachant pas sa réaction. Cette petite bonne femme est pleine de surprise.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Jeu 1 Juin - 23:15

Assise sur le canapé, j'attends avec impatience le retour de mon cher mari, la dispute de ce matin m'a laissé un goût amer. Je ne sais pas ce qui est le pire, l'aimer à en crever ou le détester comme j'ose le dire. Au fond, je sais que je ne peux pas me passer de lui, j'aime sentir ses mains sur moi, ses baisers tout aussi troublant les uns que les autres. Je lève le regard vers lui alors qu'il vient d'entrer dans la pièce et très vite le ton monte, mon livre se retrouve propulser sur la table basse du salon et cette fois-ci rien ne pourra arrêter la tempête qui risque de s'abattre dans la maison. Je lui réponds rapidement concernant l'argent et je souris à sa remarque, il n'a encore rien compris, ce n'est pas de l'argent que j'ai besoin mais juste de lui.. Je l'écoute me parler de ménage et de gosses puis des mecs avec qui je bosse, très vite ma main se retrouve sur sa joue avec violence, je le toise un peu plus du regard « t'es vraiment qu'un connard Duncan, jamais je ne te serai soumise au point de rester entre ses murs pour te servir de bonne ou de catin pour que tu puisses avoir une descendance » Cette situation n'est pas pour moi, c'est bon pour les vieilles femmes mais pas pour moi mais j'avoue quand même qu'avoir la chance de porter un jour son enfant serait une merveilleuse chose mais de là à lui avouer que j'aimerai ça, ce n'est pas pour maintenant. Je lui parle de la vente et de ce type qui a essayé de me mettre la main aux fesses, je souris alors qu'il parle de le tuer, je le fusille du regard alors qu'il parle qu'il n'y a que lui qui a le droit. Quand il parle de sa réunion cela me fatigue encore plus quand il suppose que je pourrai avoir à cacher un truc, je le bouscule, je sais qu'il n'aime pas mais cela m'amuse, ce soir j'ai décidé de le pousser à bout « Je n'ai rien à me reprocher sauf peut-être d'avoir mis une droite à cet homme et mon flingue sur sa tempe... Heureusement qu'il n'a rien essayé de plus sinon, c'est dans ses couilles qu'il aurait reçu une balle » Je jette un coup d'oeil rapide dans sa direction avec un léger sourire provocateur, qu'il n'aime ou pas, il sait que je n'ai pas qu'une parole. Je nous sers deux verre et pose le sien sur la table basse et je lui fais face. De nouveau, je lui balance que je ne serai pas son esclave que si c'est ce qu'il chercher qu'il aille en chercher une autre peut-être dans ses connaissances. Il touche de nouveau sa barbe disant qu'il n'y a que moi, je cache ma joie et le toise de haut en bas « Aurai-je froissé le grand Duncan ? » je l'écoute une fois de plus alors qu'il se rapproche, c'est bien trop rapide, je n'ai pas peur de lui, je sais qu'il ne me touchera guère malgré la fureur que je peux lire dans son regard. Alors qu'il pose ses mains sur mon visage je sers les dents et laisse mon regard dans le sien, j'essaie de me dégager mais ses lèvres se posent rapidement sur les miennes, il le sait, je suis faible quand il fait m'embrasse, mon corps l'appelle un peu plus alors que ce baiser est fougueux. Il joue avec mes nerfs et il le sait. Je baisse la tête pour regarder sa main glisser sur ma cuisse pour finir par malaxer mes fesses, je lève le regard pour le planter une dernière fois dans le sien, je l'écoute, ça en devient troublant, bien trop à mon goût. Je ne peux nier que cela me fait plaisir, je ne veux que lui, je veux être sienne à chaque seconde de ma putin de vie. Mais pour le moment, je n'ai pas envie de lui donner raison, c'est bien trop tôt. Mes mains se posent sur son torse et je le pousse avec toutes mes forces pour venir lui en remettre une peut-être un peu plus forte que la précédente. Il ne va pas aimer mais qu'est-ce que j'en ai à faire. « Tu crois quoi Duncan, que je vais écarter les cuisses parce que je te fais bander mais va te faire foutre » Hurlai-je tout en continuant de le toiser du regard. J'essaie de contrôler mon corps, il le réclame plus que jamais, mon cœur s'emballe un peu alors que je lui parle ainsi, ce n'est pas comme ça qu'on devrait être mais je n'ai pas appris avec lui à être différente. Je recule pour me retrouver contre le mur, je soupire, ma respiration est saccadée mais un large sourire s'affiche sur mes lèvres « Bah alors, je t'ai choqué... mon pauvre petit mari.. Si tu voulais une femme obéissante et sans cervelle il ne fallait pas dire oui à la proposition de mon père » C'était facile de dire ça, j'ai accepté moi aussi et même si notre vie est loin d'être un conte de fée, je ne le regrette pas...

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Ven 2 Juin - 19:34

Le destin peut nous jouer des tours, heureux comme malheureux. Il parait que cela se nomme aussi le karma, ce dernier est soit blanc, soit noir. Je pense que le mien est gris car il a fallu attendre le décès tragique de mon frère pour que je me retrouve la bague au doigt et pas avec n’importe qui car j’ai épousé la superbe Devyn qui n’est autre que la fille du meilleur ami de mon frère. Au fil du temps, j’en suis tombé amoureux et je ne lui ai pas encore avoué. Connerie la plus totale mais, c’est dur d’avouer à une personne que vous l’aimez quand vous ne cessez de vous cracher à la gueule une fois dans l’intimité. J’aimerais que tout devienne normal entre nous et que soit un couple « normal » qui ne se provoquent qu’une fois au lit juste pour s’exciter davantage. Mais ça, ce n’est pas gagné.
 
Je suis à peine rentré que le ton monte rapidement, l’argent, son boulot, tout est bon pour nous engueuler, réellement tout. Avec son caractère, elle n’hésite pas à me défier, à me provoquer, derrière son visage d’ange se cache une véritable peste, preuve en est qu’elle me gifle avant de me traiter de connard. Je sens son regard flamboyant de colère me bruler l’échine, la tension n’est pas loin d’être maximale. Quelques Celsius et on sera bon… « Tu déformes tout là ! J’ai dit peut-être et changer de boulot comme t’occuper d’autres boutiques pour cesser les armes ! Voilà ce que j’ai dit. J’ai parlé de ménage et d’enfants car oui je veux une descendance avec toi et non j’en ai pas de caché si c’est ta prochaine question ! » Je viens de hausser la voix cette fois encore. Je préfère anticiper avec elle, je sens que la question va fuser, c’est comme un présentiment, une vision sans pour cela avoir de super pouvoir ou je ne sais quelle autre connerie qui tient au surnaturel. Nous nous braquons, pourtant, il y a tant de choses que je voudrais lui dire, tant de gestes tendres qui pourraient glissés sans que nous nous accrochions. Chose qui semble réellement impossible au final avec nous. Je viens de remarquer qu’elle a souri quand j’ai parlé de buter l’autre enfoiré qui tenté ce geste que je qualifie de crapuleux envers une femme mariée, cela me rend dingue ce genre de truc et elle le sait mieux que quiconque. C’est à mon tour d’avoir un rictus, un ricanement pour ses dires, ses paroles qui sont aussi violentes que mes pensées. « Pourquoi t’aurais à te reprocher ça ? Tu n’es pas un bout de viande, pas une marchandise, pas la marchandise que cet enculé peut tester ! » Je serre les dents à ce moment précis, je dois avoir les veines qui sortent des tempes tant la colère est présente. « Crois-moi dès que je saurai qui est ce type, il va le regretter. » On ne tente pas de toucher ma femme ainsi, elle m’appartient. Je suis son mâle, son alpha ou je ne sais quel autre descriptif pour dire qu’elle est à moi. Elle me provoque pour la énième fois, je vais réellement péter une durite ce soir. « Merci pour le verre. » Dis-je doucement et lui faisant remarquer que malgré notre dispute j’apprécie le geste. Elle reprend son blabla comme quoi elle ne sera jamais mon esclave, que je peux aller voir ailleurs pour en avoir une si je le désire. Mon degré de nervosité remonte d’un cran, durant mon tic, elle me toise à nouveau, c’est son jeu quand nous nous disputons. « Oui car tu m’emmerdes à croire que j’ai une maitresse. » Je me suis rapproché, je l’ai embrassé alors qu’elle a essayé de se dégager. Elle aime quand cela se passe ainsi, elle n’a rien à craindre de moi car les seuls coups que je lui porte, sont les coups de reins lors de nos ébats avec quelques fessées sur son cul et jamais rien d’autres. J’aime jouer avec elle comme je suis en train de le faire, cela pimente notre couple et surtout nos ébats. Malaxant ses fesses avec une certaine envie, je lui glisse des mots d’une tendresse qu’elle ne doit pas douter envers elle. Nos regards se sont accrochés, nous sommes soudés d’une certaine manière. Je suis un chasseur, elle est ma proie. Je ne vois pas arriver la seconde baffe dans ma gueule, cette dernière doit être rosie sous la violence du coup que ma chère épouse vient de me porter. Elle m’a poussé avant pour avoir plus de recul et de puissance dans son geste. J’émets un sifflement perfide, froid, elle a réellement de la chance d’être une femme et que je l’aime. Un mec serait déjà trouvé de balles avec un tel geste. « Non parce que tu es ma femme. » Elle a beau hurler, je reste le plus froid possible. Nous ne cessons de nous regarder, elle recule et se retrouve coincée contre le mur, j’en profite salop comme je suis pour la coincer contre le mur. Elle vient de soupirer, sa respiration est saccadée, elle est excitée mais fière aussi. « J’aime pas les femmes obéissantes, cela me fait chier, je préfère les tigresses qui sortent les griffes.  Si j’ai dit oui à ton père c’est pour une bonne raison… » Annonçais-je dans un souffle. Doucement je décale son menton vers la droite et commence à embrasser sa nuque, cette fois il y aura des préliminaires entre nous. « C’est parce que j’ai senti que tu étais une tigresse Dev, ma tigresse, ma lionne et t’as dit oui aussi, je te le rappelle. » Je la coince totalement avec mon corps et je me tais laissant mes lèvres s’agiter pour la marquer au niveau de la nuque. Avec mes paroles, je viens de lui dire à demi-mot que je l’aime même si, elle ne le comprendra sans doute pas comme cela.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Sam 3 Juin - 15:44

L'amour ne se doit-il pas être beau et parfait avec quelques nuages mais sans plus, à l'inverse nous c'était le chaos, la moindre petite chose était bonne à la dispute. Parfois, je m'en veux d'être ainsi, j'aimerai tellement lui faire voir une autre facette que celle que je lui fais voir, cette facette qu'Alvar peut voir ou même Kris. Je lui hurle dessus alors qu'il parle du fait que je devrais rester à la maison pour lui donner une descendance... Je soupire à ses paroles et cela me rassure qu'il n'en ait pas ailleurs, je ne l'aurai pas supporté et cela aurait été pire pour nous. Je peux le comprendre, je peux comprendre qu'il ait peur qu'il m'arrive quelque chose et c'est la même chose pour moi quand il part vendre de la drogue. J'ai peur que ça tourne mal et qu'il ne me revient pas mais une fois de plus ma fierté m'empêche de lui dire « Me prends pas pour une idiote Duncan, j'ai très bien compris ce que tu as dit » J'hurle une fois de plus, la colère prend le dessus sur le rationnel, c'est tellement difficile. Je lui parle de l'homme et de la seule chose qu'il aurait pu me reprocher, depuis mon mariage, je n'ai jamais trompé mon mari, je n'y ai même pas songé une fois et pourtant dans ce milieu cela aurait pu être si simple. Je ne dis pas que je n'ai jamais été draguée mais je m'en fichais complètement même au début, je ne concevais de le tromper et encore plus aujourd'hui alors que je l'aime comme une folle. J'avoue que j'aime le voir prendre ma défense, cela me procure l'espace d'un moment, de la joie qui se transforme rapidement en un pincement au cœur pensant qu'au fond il ne m'aime pas, que je ne suis pour lui qu'une poupée. La première claque était partie toute seule, il m'avait poussé à bout. J'hausse un sourcil alors qu'il me remercie pour le verre, sa voix était plus douce, j'en suis surprise et ça me trouble, j'ose baisser le regard l'espace de quelques secondes avant de l'écouter parler qu'il ne bandait que sur moi. Mes nerfs reprennent le dessus et après un baiser fougueux mon cher mari se reprend une claque digne d'un film. Je me recule hurlant une fois de plus et je l'écoute dire que c'est simplement parce que je suis sa femme. Je souris mais je ne peux dire si ce sourire est vrai ou non, tout se mélange en moi, je suis très vite contre le mur, ma respiration est plus saccadée, j'essaie de lui faire comprendre que je ne serais jamais une femme qui lui obéit au doigt et à l'oeil, jamais je ne pourrai l'être même si tout allait bien entre nous. Tel un félin voilà qu'il est contre moi, mon cœur s'emballe un peu plus, l'effet qu'il me fait est indescriptible, je l'écoute alors que son odeur m'enivre un peu plus à chaque seconde, la tête sur le coté, je ferme les yeux alors que ses lèvres se pose sur ma nuque, j'ouvre les yeux quand il parle de moi et me fait rappeler que j'ai dit oui aussi.. « J'ai dit oui pour mon père » dis-je en refermant les yeux « Du moins au début.. » Murmurai-je sans m'en rendre compte, il me rendait folle et je ne peux plus à ce moment précis lui hurler dessus, je n'en ai plus la force, je veux être sienne. Je redresse la tête et plonge mon regard dans le sien, ma main vient se poser délicatement sur sa joue, cela me perturbe, je n'ai jamais été comme ça. Je frissonne et pour la première fois depuis qu'il était rentré, ma colère s’estompe doucement « Pourquoi il faut toujours qu'on se déchire »Soufflai-je entre les dents, il sait très bien qu'il a réussi à m'avoir une fois de plus. Je glisse mes bras autour de son cou « Même si je suis une garce avec toi, c'est toi que je veux et personne d'autre. » Je lui avoue à demi mots une chose que je ne lui ai jamais dit, je mords la lèvre inférieur avant de lui retirer très vite son t-shirt, je sais qu'il y aura encore beaucoup d'autres disputes toutes aussi violente voir plus encore mais un jour peut-être cela changera... Mes mains glissent sur son torse que je connais par cœur, il est sculpté tel une œuvre d'art à mes yeux, souvent la nuit je l'observe et laisse mes doigts vagabonder sur son torse ou son dos, apprenant par cœur chaque parcelle sans qu'il ne s'en rende compte.. Je m'agrippe à lui tout en laissant nos corps se coller encore plus..

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Mer 7 Juin - 22:45

Si notre amour était tout feu tout flamme, ces dernières seraient issues de l’enfer tant nous pouvons nous disputer. C’est souvent tendu -et non pas seulement dans mon pantalon- avec Dev, un rien nous fait exploser, un rien ne nous fait nous engueuler. Je crache mon venin, j’en ai marre qu’elle revende les armes pour son père. Elle est trop belle et fait certainement baver trop de mecs qui ne veulent certainement qu’une chose : la sauter. Moi je veux la protéger, je sais qu’elle se met souvent en danger. Ce n’est pas peut dire avec son caractère de merde qu’elle le souhaite. Nous nous défions encore et encore, mots cinglants fusent de part et d’autre. C’est digne d’un match de tennis entre nous. Mon regard devient noir quand elle se remet à hurler, bon dieu si elle avait une paire de couilles, elle s’en serait déjà prise une … Sauf que là c’est une femme et la mienne d’autant plus. Je ne veux pas abimer sa petite gueule d’ange et encore moins frapper une nana. Ce n’est pas mon style du tout. Le premier connard qui me cherchera, prendra deux fois plus cher c’est tout.  « Tu comprends ce que tu veux Dev ! Merde à chacune de tes transactions, je flippe comme un malade car j’ai peur pour toi … » Tout a fusé d’une traite… je ne sais pas pourquoi c’est sorti ainsi. Oui le grand con que je peux être, est inquiet pour sa femme car elle se fout en danger pour son second job. Je suis contre depuis que nous nous connaissons qu’elle fasse ce genre de transactions. J’ai pas envie de devoir aller faire une identification d’identité une nouvelle fois. Celle de mon frère m’a suffi. Oui je suis parfois morbide dans mes pensées mais, avec nos engagements, il vaut parfois mieux s’y préparer au cas où…

Ma jalousie a repris le dessus, je menace indirectement l’autre gars celui qui a osé espérer la toucher. Une première gifle m’est portée suite à quelques mots blessants de ma part, je constate une fois de plus que ma femme est bien nerveuse ce soir encore… Il me semble que je la trouble en la remerciant avec mon remerciement pour le verre. Par contre ces quelques secondes de paix s’évaporent rapidement avec un baiser fougueux et une baffe bien plus violente vu que la tête a bougé en même temps que l’impact des phalanges de madame McKilt. Mon épiderme rougit un peu plus sous la rage qu’elle a déployé dans son geste. Je lui avoue que si je bande c’est uniquement parce qu’elle est ma femme. Cela hurle encore un peu mais elle se retrouve souriante contre le mur, je dois comprendre à travers ses mots qu’elle ne sera jamais, comme je le souhaite. Proche d’elle, je lui réponds ce que j’en pense et je commence à m’occuper d’elle et surtout de sa nuque. Nous parlons de notre mariage et je me plais à lui rappeler qu’elle a dit oui elle aussi. C’est là qu’elle me trouble en me disant qu’au début elle dit oui pour son père. Intérieurement, je souris, je crois comprendre une chose. Les yeux clos, je ne peux voir ses prunelles, je sens son souffle chaud sur moi et cela me redonne envie de contempler sa beauté. Je n’ai plus envie que l’on se déchire mais bien que l’on s’unisse. Nos regards se retrouvent à nouveau, se laissant bercer doucement, sa main est sur ma joue. Nous sommes tendres pour la première fois de la soirée, je sens sa chair se transformer en gallinacé. Elle me pose une question à laquelle, je n’ai malheureusement pas de réponse. « J’en sais rien, mais j’aimerais que l’on se calme peut-être à l’avenir. » Ce que je sais c’est que j’ai réussi à l’avoir une fois de plus. Par contre je suis sincère, j’ai envie que l’on se calme, que l’on se retrouve comme un couple normal le soir en rentrant. Je la laisse faire dans ses gestes, je me prépare déjà à lever les bras. « Il n’y a que toi que je veux ma chérie. Tu es la seule, je te l’assure… Je sais que je peux être le pire des cons … » Je ne finis pas ma phrase, je n’en ai pas le temps   elle vient de me retirer mon t-shirt pour que je me retrouve à demi nu avec elle. Nous nous sommes collés l’un contre l’autre, je peux lui mordiller l’oreille alors que je sens ses mains sur mon torse. « Tu es si belle ma Devyn ! » Soufflais-je chaudement au creux de son oreille. Mes mains sont sur ses fesses pour que je puisse la soulever et l’entrainer sur le canapé. Ce dernier nous accueille pour ce qui promet un moment très chaud, je pose mon cul sur le cuir en premier, je laisse ainsi mon épouse me chevaucher. Je la regarde avec un grand sourire et je garde mes mains sur son cul d’ange.  « Je suis à toi et uniquement à toi Devyn, fais de moi ce que tu veux bébé. Je t’appartiens. » J’en profite tout de même pour laisser glisser mes mains sur son dos puis j’agrippe son top pour le lui ôter dévoilant ainsi sa poitrine si parfaite, si alléchante mais que j’embrasserai après vu ce que je viens de lui dire. Elle sera choyée après, c’est une certitude.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Jeu 8 Juin - 14:57

Plus le temps passe, plus j'essaie d'imaginer notre vie si je n'étais pas aussi buttée que lui. Lors de la visite d'Alvar, j'avais révélé certaines choses, comme la violence verbale qu'il pouvait avoir mais tout en lui disant que je n'étais pas mieux, si seulement, je savais parfois garder ma bouche fermée tout se passerait mieux dans notre couple. Alvar avait réussi à semer le doute en moi alors que je lui parler de tout ça mais pour le moment, j'étais trop fière pour réellement y penser. J'ai de la chance qu'il n'ait jamais levé la main sur moi pourtant avec tout ce que je lui balance parfois ça serait logique. Je souris quand il prend la parole pour me dire que je comprends ce que je veux, il n'a pas tort après tout ce n'est pas le bien fondé des femmes. La suite me perturbe, pourquoi a-t-il peur pour moi, j'ai du mal à comprendre ou je vais semblant de ne pas comprendre, c'est plus fort que moi pour le moment, je suis trop en colère pour avoir les idées clairs. Contre le mur, je l'observe, il est tel un félin qui m'observe et arrive rapidement m'empêchant de bouger, je le toise du regard et plus je le sens contre moi et plus je sens ma colère s'évanouir, il sait s'y prendre. Il me rappelle pour le mariage et le fait que j'ai dit oui. Je lui rappelle à mon tour que je l'ai dit pour mon père mais ça c’était au début car aujourd'hui, le oui par obligation était devenu un oui par amour. Alors que ses lèvres sont sur ma nuque, je lui demande pourquoi on se déchire toujours, j'en ai marre de cette vie, bien sûr je sais qu'il y aura toujours des disputes entre nous, on a un caractère de merde tous les deux... Je l'écoute mais ne dit rien alors qu'il aimerait que ça se calme, j'aimerai y arriver tout comme j'aimera qu'il le fasse réellement. Je glisse ma main sur sa joue disant que c'est lui que je veux. Je suis sincère et je l'écoute et cela me fait plaisir, je ne lui laisse pas le temps de finir que je lui retire son t-shirt laissant voir son torse que je caresse lentement, je me colle un peu plus contre lui. Je ne peux plus résister, il m'a une nouvelle fois eu. Je ferme les yeux alors qu'il mordille mon oreille disant que je suis belle, c'est tellement agréable d'entendre cela de sa bouche. Je m'accroche à lui et souris, je dépose quelques baisers sur ses lèvres alors qu'il m'emmène vers le canapé. Je me glisse sur lui et plonge mon regard dans le sien, mes lèvres se posent une fois de plus sur les sienne rendant le baiser bien plus fougueux. Je plonge mon regard dans le sien et l'coute, je me mordille la lèvre et lève les bras pour qu'il puisse virer mon top. « J'espère » Murmurai-je entre deux baisers puis je finis par faire glisser mes lèvres dans son cou, déposant plusieurs petits baisers, venant à mon tour mordiller le lobe de son oreille. Je me redresse et me penche pour venir déposer un baiser sur ses lèvres puis son son torse allant jusqu'à son bas ventre. Je lève les yeux vers lui tout en me mordillant la lèvre puis ouvre son pantalon venant dans un premier temps glisser ma main sur son membre le caressant doucement et venant déposer quelques baisers sur son bas ventre... Pendant quelques secondes je continue comme ça avant de venir jouer pendant de longues secondes avec ma bouche sur l’intimité de mon mari. Je remonte doucement laissant ma langue traînait sur son corps pour venir reprendre ses lèvres pour un baiser passionné.

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Ven 9 Juin - 19:11

La violence entre nous est des plus présente mais, elle reste toujours verbale. Devyn a beau parfois la pire des connasses avec moi que jamais l’idée de lui en retourner une ne m’a effleuré l’esprit. Non mes mains se trouvent bien mieux sur son corps au moment des réconciliations que sur son visage lors des engueulades dont nous pouvons gratifier parfois nos voisins. Oui, il nous est déjà arrivé comme dans tout couple de nous engueuler en sortant de la voiture. Bon il n’y a pas que ce genre de choses qu’ils ont pu apprécier car nous avons déjà échangé de longs et fougueux baisers devant eux. J’ai déjà été sur le point de la prendre sur le capot de la voiture mais, à chaque fois, elle m’a retenu et j’ai dû attendre la maison pour qu’on fasse l’amour.
 
Je viens de lui dire qu’elle comprend ce qu’elle veut, il s’agit réellement du mauvais côté des femmes, un trait de caractère qui a toujours eu du mal de passer en réalité. La suite est un peu tendre, je lui fais part de mes inquiétudes, j’ai pas envie de la perdre car elle aura pris une balle à cause d’un fils de pute qu’elle aurait fâché lors d’un deal. Je n’ai réellement pas envie de revivre la scène d’avec mon frère. Je sais que nous devrons nous éteindre mais, le plus tard possible quand nous serons tous deux vieux et très ridé. Je sais que c’est utopique vu nos jobs mais j’ai ce rêve, celui de voir notre couple continuer aussi longtemps que possible. Mes iris capturent les siennes, elle est contre le mur, à ma merci, je vais me régaler de son corps comme à chaque fois. Elle est mon pantin entre mes doigts et je suis le sien sous ses phalanges. Dieu seul sait que ses doigts sont magiques, merveilleux et qu’ils me provoquent de nombreuses sensations. Dans notre position, elle ne peut plus bouger, je l’en empêche avec ma silhouette. Il n’y a pas que sa respiration à elle qui devient plus saccadée, la mienne l’est tout autant. Elle me parle de notre mariage, nous nous rappelons des choses mutuellement, il est vrai que notre mariage est comme qui dirait arrangé et non d’amour. Enfin de mon côté, il l’est devenu même si, je ne lui ai pas encore avoué. Ma voix se fait plus rauque au moment de répondre à une de ses questions, il est évident que nous aurons toujours des disputes vu nos caractères volcaniques mais, je pense que cela peut s’arranger entre nous si, nous mettons de l’eau dans notre vin tous les deux. Elle m’annonce qu’elle me veut dans un regard que j’interprète comme étant langoureux, presque amoureux. Mon t-shirt a volé dans la pièce, je frissonne avec légèreté quand ses doigts viennent dessiner mon torse, personnellement je mordille son oreille avec envie. Je ne cache pas mon désir. A quoi bon après tout ? Nous sommes mari et femme. Je la complimente, j’aime lui dire qu’elle est belle car elle l’est réellement. Nous voilà enlacés et quelques petits baisers sont échangés alors que nous allons sur le canapé. Installés, nos regards se sont ancrés, nos lèvres ont fusionné, nos langues se sont trouvées pour un ballet fougueux, je suis aidé pour lui retirer sont top, je vais pouvoir taquiner ses tétons déjà légèrement dressés, ils vont être agacés sous mes pouces après, je lui fais part d’une certitude. Cette dernière lui confirme que je suis uniquement à elle. Je serais le dernier des cons à aller voir ailleurs alors que j’ai une épouse magnifique. Elle me répète qu’elle l’espère. « T’as rien à craindre… » Emis-je dans un souffle alors qu’elle vient me mordiller le lobe de mon oreille. Je grimpe rapidement dans les tours. Les sensations sont là, les deux volcans que nous sommes vont fusionner pour le meilleur et pour le pire. Mes lèvres, mon torse et ma région pelvienne sont passés en revue par ses lèvres. Mon épouse s’arrête me lance un regard coquin et défait mon pantalon. Ce dernier est viré et va retrouver le top de ma femme sur le sol.  Ma queue est libérée, mon épouse s’en saisi pour commencer doucement à me branler tout en embrassant mon bas ventre. Si elle dit que je peux la rendre dingue, elle, elle réussit à me faire atteindre des sommets dans la maladie mentale et ce dans le bon sens du terme. Sans que je ne lui demande, elle vient me sucer, je pose mes mains sur sa tête pour imprimer le même mouvement qu’elle en oubliant pas de pousser de long râlement de plaisir lui prouvant ainsi qu’elle me procure énormément de plaisir. Que le spectacle est beau, j’adore voir ma femme avec mon sexe dans sa bouche, en fait non plus sincèrement, j’aime regarder ma femme tout court. Sa gâterie prend fin, elle remonte avec sa langue sur mon corps pour finalement revenir sceller nos bouches. Le baiser est passionné, mes mains sont dans ses cheveux pour la garder contre moi. Nos langues se retrouvent, se quittent, se cherchent pour encore mieux se retrouver. C’est réellement le genre de baiser des plus torrides que nous partageons. Une de mes pognes vient claquer une de ses fesses et y reste pour la masser, son mini short me gêne, j’ai envie de moi aussi gouter son intimité, je fais en sorte d’échanger nos positions. Devyn se retrouve sur le dos, je défais le bouton de son mini jeans tout en continuant de l’embrasser et je m’écarte légèrement d’elle pour me permettre de glisser le lourd tissu sur sa peau caramélisée. Elle se retrouve alors tout aussi nue que moi désormais. Je souffle d’admiration, cela beau faire trois ans que nous sommes mariés, je suis toujours aussi ravi et épaté de voir son corps. Mes lèvres se déposent déjà sur l’un de ses tétons, le droit pour être précis alors que ma main gauche vient commencer doucement à caresser son intimité. Mon épouse m’en a pas fini avec moi, elle le sait. J’inflige le même traitement buccal à son sein gauche qu’au droit avant de commencer à rendre hommage à sa silhouette avec mes lèvres, je ne laisse pas passer une parcelle d’épiderme sans un baiser. Doucement je me dirige vers sa vulve, celle-ci sera mon terminus et ma langue pourra commencer son traitement. J’arrive à bon port, doucement mon muscle buccal se met en route pour commencer son activité favorite alors que je lance des regards complices à celle qui est la femme de ma vie. Je la dévore purement et simplement en jouant avec ses seins avant de remonter doucement vers sa bouche pour un nouveau baiser passionné. J’ai envie de lui murmurer que je l’aime mais cela serait peut-être tout gâcher alors, je ne dis rien, me contentant de l’embrasser à nouveau. Un jour ces mots sortiront de mes lèvres et ne seront que pour elle et peut-être sans une dispute avant…

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Sam 10 Juin - 22:49

Comme toujours une dispute a éclaté entre Duncan et moi, on ne sait pas faire autrement, cela ne convient plus, j'ai l'impression d'être rentrée dans une routine quotidienne. J'aimerai que cela cesse, qu'il y a réellement des sentiments entre nous et non de la destruction permanente. Je sais très bien qu'il y aura encore des disputes, que ça sera encore la guerre mais plus maintenant, j'en ai marre. Coller au mur, je baisse les bras, il a réussi à m'avoir, je ne peux plus lutter contre l'envie irrésistible de le sentir en moi... Après tout c'est mon mari et aujourd'hui malgré tout ça, je suis sûr de mes sentiments pour lui, je l'aime d'un amour sincère mais comment lui dire alors que je reste persuadée que lui ne m'aime pas ou du moins pas comme je le voudrais. Mon cœur s'accélère quand il m'embrasse, quand ses mains se posent sur mon corps le parcourant par la même occasion parfois avec délicatesse, parfois plus fougueusement. Il me dit qu'il ne sait pas quand je lui demande pourquoi nous ne faisions que de se détruire car ce n'était rien de plus que de la destruction. Je soupire et ferme les yeux alors qu'il m'embrasse sur la nuque puis je lui dis que je le veux, je ne veux que mon mari, aucuns hommes et aucunes femmes n'arrivent à sa cheville, j'ai beau n'avoir que 25 ans mon choix c'est porté sur lui même si au début il m'était imposé par mon père. Rapidement mon regard se pose sur lui et son t-shirt se retrouve au sol, mes mains parcourent son torse alors qu'il me dit que je suis belle, je souris et suis flattée, c'est toujours agréable d'entendre l'homme dont on est amoureuse dire qu'on est belle même s'il ne peut s'en rendre compte de l'effet que cela me fait. Nos baisers sont torrides, nos langues jouent l'un des ballets qu'elles seules ont appris. Mon haut rejoint le sien alors que nous nous retrouvons sur le canapé. J'espère qu'il dit vrai quand il parle qu'il m'appartient, j'avoue que je ne supporterai pas de le savoir avec une autre. Il me dit que je n'ai rien à craindre et j'ai envie de le croire. Mes lèvres et ma langue se promènent sur son torse descendant jusqu'à son intimité, je lève le regard vers lui et j'ouvre son pantalon avant de lui retirer complètement, ma main glisse sur son membre doucement tout en l'embrassant sur le bas ventre tendrement puis je finis par le prendre en bouche entamant des vas-et-viens lent puis plus rapide, sa main se pose sur ma tête et je poursuit encore pendant quelques minutes entendant les râlement de mon mari. J'avoue que cela me fait plaisir, je reviens vers lui tout en laissant ma langue vagabonder sur son torse et finit par reprendre possession de ses lèvres pour un nouveau baiser langoureux. Je me mordille la lèvre alors qu'il vient claquer une de mes fesses avant de me retrouver à mon tour allongée sur le canapé regardant mon mari, je réponds à ses baisers avant de me retrouver totalement nue face à lui, ma respiration se fait encore plus saccadée, je ferme les yeux et laisse échapper un léger soupire de plaisir alors que ses lèvres viennent titiller mes seins, je passe mes mains dans ses cheveux avant de le laisser descendre doucement. Quand il atteint le point culminant de mon anatomie, je ne peux que me cambrer, sa langue s'amuse et me procure ce plaisir que lui seul est en droit de me donner, mes gémissements sont plus nombreux... Je baisse mon regard vers lui, un regard complice et certainement rempli d'amour mais qu'il ne comprendra pas comme ça, je glisse mes mains contre ses joues alors qu'il remonte lentement, je laisse mes mains sur ses joues alors que nous nous embrassons tendrement, j'ai à ce moment précis l'impression d'être un couple comme les autres. « Je veux te sentir en moi maintenant... » Mes jambes entourent sa taille alors que je le laisse rompre les derniers centimètres de cette union de nos deux corps. Au moment où il entre en moi, je gémis tout en me cambrant un peu plus, mes ongles viennent se planter avec douceur dans son dos tout en l'attirant pour échanger un nouveau baiser passionné remplit d'un amour sincère. Je le laisse prendre le contrôle de mon corps pendant un petit moment avant de le pousser pour qu'il reprenne sa place initiale pour venir une nouvelle fois le chevaucher, laissant son membre reprendre la place qui lui est dû ce soir puis j’entame des mouvements lent tout en venant l'embrasser dans le cou laissant à mon tour une marque.

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Ven 16 Juin - 3:39

Je dois dire que j’en ai marre des disputes avec elle, j’ai envie que l’on se calme, qu’on vive réellement comme un couple mais pour cela, il faudrait que nous soyons deux à le vouloir. D’après ses mots, elle le souhaite aussi, donc nous pourrons sans doute y arriver. La haine de nos propos me lasse, me peinent, me font souffrir tout comme mon épouse. Je l’aime comme un fou et pourtant, je suis une pourriture avec elle. Une véritable ordure même. Je suis réaliste et je sais que nous nous engueulerons encore, des fois pour un rien, d’autres pour un sujet hyper sérieux. À la vue de nos caractères, cela sera comme ça, nous allons essayer sans doute de diminuer au moins un peu la fréquence. Il n’y a qu’elle et seulement elle pour moi. Elle ne le comprend pas malgré mes mots, mes gestes détournés. Je me fous de notre différence d’âge et le premier qui critique aura une fois de plus mon poing dans la gueule, je l’ai toujours dit, ma femme est ma priorité et ce qu’il se passe dans notre couple, ne regarde que nous. Elle est collée contre le mur, la magnifique petite proie est à ma merci, j’ai envie d’elle, de la caresser, d’être en elle, de la posséder tout simplement. J’aime sentir mes lèvres sur sa nuque, l’entendre respirer de plus en plus fort, suffocante presque de désir.
 
A demi nu, je ne cesse de l’embrasser, de la complimenter tout en commençant à la chauffer. Les baisers sont torrides, langoureux, passionnés. Je ne peux voir sa réaction suite à mes fameux compliments mais, elle doit sentir qu’ils sont sincères. Surtout envers elle, je ne peux être que sincère. Si je n’ose pas encore lui dire la phrase éternelle du couple parfait et modèle s’est que je ne sais pas comment m’y prendre tout simplement. Les ballets joués par nos langues ne sont connus que d’elles seules. Rapidement dénudée sur le canapé où nous venons de nous installer. Je frissonne, respire un peu plus fort lorsque sa langue se balade sur mon torse suivant ainsi la route du plaisir et sa rampe de lancement. Le regard qui m’est lancé alors qu’elle défait mon pantalon est des plus coquins, ce dernier est rapidement retiré complètement. Il y a cette sensation de douceur et de fermeté lorsqu’elle se met à me caresser. Enivrement et extase totale et insoupçonnée, directe, fulgurante. La colère nous est passée, nous ne pensons plus qu’au plaisir désormais. Mouvements précis, calculés, il n’y a pas à dire, ma femme sait s’y prendre pour me faire prendre du plaisir. Elle sait que je suis à sa merci désormais. Je pose mes mains sur sa crinière, jouant avec et lui faisant une queue de cheval pour mieux admirer la beauté de mon épouse avec ma queue dans sa bouche. Je ne peux m’empêcher de râler, de souffler tant cela fait du bien. Elle vient vers moi, jouant de nouveau sur mon corps avant que les rôles ne s’inversent. Mais, ce n’est pas pour tout de suite, avant j’ai envie de l’embrasser langoureusement. Un claquement se fait entendre, sa fesse vient de subir l’attraction de ma main. Je viens de regrogner tel un homme des cavernes en effectuant mon geste, c’est réellement bizarre, dès que mon épouse est proche de moi, l’apesanteur de mes cinq doigts change et ces derniers se retrouve vite attiré par l’aimant fessier. LA voilà désormais allongée sur le dos, son minishort a volé dans la pièce, ses seins sont chouillés, caressés, flattés comme il se doit. Mes cheveux reçoivent eux aussi des caresses tandis que je ne descende doucement. Sa peau est sucrée, son gout m’excite encore plus. Mon mont de venus est là, la pointe de ma langue s’en amuse déjà. Ma femme se cambre, se laisser aller et guider vers l’extase, le plaisir ultime que j’ai envie de lui procurer. Elle se cambre et s’offre encore mieux de cette manière aux mille et un plaisirs de l’amour charnel. Son regard est tendre, complice et amoureux à moins que je ne le confonde avec un autre sentiment. Elle crie, laisse aller son bien-être de manière vocale, ses paumes se placent sur mes jouent lorsque je remonte pour venir quérir un baiser. Celui-ci est tendre, amoureux, j’arrive de cette manière à exprimer mes sentiments envers elle.

Nous sommes un couple normal à ce moment-là, un couple qui s’aime et qui ne va pas tarder à s’unir. Sa demande est murmurée à peine audible, j’ai terriblement envie d’elle. « Avec plaisir ma chérie. » Je sens ses jambes venir entourer ma taille rapidement, il ne nous faut pas longtemps pour ne faire qu’un. Je commence à la pénétrer lorsqu’elle se cambre et gémit. je mets à coulisser en elle dans de lents mouvements pour pouvoir encore mieux l’embrasser, je viens de sentir ses ongles dans mon dos, elle vient de me réclamer de cette manière ce doux échange. Nos langues se sont de nouveau mises à valser dans le plus beau des ballets. Je finis par me redresser au bout d’un bel échange. Ma main vient se poser sur sa gorge alors que j’entame de plus amples mouvements de bassin. Tout en grognant de plaisir, je mime l’étranglement en allant et venant en elle, mon épouse n’a pas mal, elle ne craint rien, cela fait juste partie de nos attirances sexuelles. Je la contrôle un peu avant de me faire pousser pour me retrouver assis avec la plus belle femme du monde me chevauchant. Ma queue a déjà repris place dans son fourreau, Devyn a commencé à son tour des mouvements avec une vitesse assez lente, nous profitons au mieux du corps de l’autre de cette manière. Je la laisse venir me marquer la nuque à sa manière, mes mains sont sur sa colonne vertébrale et je laisse y jouer mes phalanges jusqu’à la naissance de ses fesses. « Oh putain que c’est bon mon ange… » Emis-je dans un soupire de plaisir. Elle me connait, elle sait où me taquiner, me marquer. Que ce moment dure par pitié une éternité. « Je t’aime Dev… » Je viens de lui dire, dans un murmure tendre et on ne peut plus sincère. Cette phrase que j’aurais dû lui dire depuis des années désormais est enfin sortie… Maintenant, j'ai plus qu'à attendre sa réaction et ça, cela me fait craindre le pire

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Ven 16 Juin - 14:07

Plus je regarde mon mari et plus je me pose des questions.. Je ne doute pas de mon engagement envers lui bien au contraire, je sais au plus profond de moi que j'aime cette homme, je l'aime d'un amour sincère, je l'aime du plus profond de mon être mais je doute de lui, parfois il m'arrive d'imaginer qu'il ne m'est pas fidèle, qu'il ne m'aime pas comme je l'aime et pourtant, je lui reste fidèle, je ne peux pas me détourner de lui ne serait-ce qu'un instant, j'ai beau hurlé que je ne lui appartiens pas, je sais que c'est faux car je lui appartiens corps et âme, je ne peux le nier, j'en suis totalement mordue et parfois cela me fous en rogne car j'ai l'impression d'être faible... Encore aujourd'hui je le suis sous ses caresses et ses baisers, il me rend folle, je ne peux plus lutter contre tout ça, mes sentiments prennent le dessus, un peu trop à mon goût mais peut-être est-ce là le salue de mon couple. Je réponds de plus en plus à ses baisers, la passion nous anime un peu plus alors que nos corps se frôlent, que nos mains découvrent l'autre et que nos langues dansent dans un tourbillon contrôlé ou non en fait... Mes doigts glissent sur son torse, redécouvrant une partie de son corps que j'aime caresser quand il dort. Sur le canapé, il dit m'appartenir, je souris, je veux lui donner ce plaisir que j'ose croire être la seule à lui donner, ma langue vient redécouvrir son torse déposant par moment des baisers aussi doux que possible, la violence est derrière nous du moins l'espace d'un moment, j'espère pendant plusieurs jours. J'en ai réellement mare de tout ça... Je glisse entre ses jambes et lève le regard vers lui, je lui retire son pantalon et finis par prendre possession de son membre d'abord avec ma main caressant doucement puis mes lèvres viennent l'entourer pour lui donner ce plaisir que je suis en droit de lui donner, je joue pendant quelques secondes, je veux le faire monter en pression, je veux le voir prendre autant de plaisir que moi. Je me mords la lèvre alors que je sens sa main venir claquer ma fesse, j'aime quand il est comme ça et il le sait, je dois être complètement folle mais je m'en fous. Après quelques secondes, je me retrouve allonger sur le canapé, mon short retrouve son pantalon sur le sol du salon, je réponds à ses baisers tous aussi fougueux que les autres. Mes gémissements se font entendre alors qu'il atteint ma zone de plaisir, je me cambre un peu plus, mon corps se raidit un peu plus, je place mes mains sur ses joues et répond à son baiser, j'en peux plus d'attendre, je le veux en moi, je veux le sentir au plus profond de mes entrailles, putin qu'est-ce que je peux l'aimer, c'est tellement étrange tout ça... Je souris et serre mes jambe autour de sa taille finissant par faire l'unisson, je me cambre un peu plus permettant à mon cher mari de prendre pleinement possession de mon intimité. Mes ongles rentrent doucement dans la peau de son dos et sa main rejoint ma gorge alors qu'il augmente la cadence, je gémis plus fort, mon corps le réclame encore plus, je le pousse un peu et le laisse s'asseoir, mes mains glissent dans ses cheveux et je l'embrasse avec fougue tout en le chevauchant pour laisser son membre reprendre sa place initiale en moi. Je le marque à mon tour alors que je commence à bouger lentement sur lui, je me mordille la lèvre quand il dit que c'est bon, je reprends ses lèvres et finis par plonger mon regard dans le sien alors que je continue mes mouvements, ce qui suit, je ne m'y attendais pas du tout, il me prend au dépourvu, je ne sais pas quoi penser... je cherche à savoir s'il est sérieux, je veux le croire « Ne te moque pas de moi... Duncan... » Dis-je alors que je viens de ralentir mes mouvements, je le regarde et dépose d'autres baisers sur ses lèvres « .. parce que.. » Je laisse échapper un soupire de plaisir alors que mes mouvements reprennent un rythme plus soutenus « Parce que... Je t'aime... Et je ne supporterai pas de te perdre » Je souris et l'embrasse avec fougue, pour la première fois depuis longtemps, on ne fait pas que baiser mais on fait l'amour. Je me redresse et lui prend la main, je me recolle à lui et glisse ma main sur son membre pour qu'il ne perde pas de sa vigueur « Fais moi jouir comme jamais tu ne l'as fait mon amour » Pour la première fois, je lui donnais un surnom qui avait tout un sens pour moi...

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Mer 21 Juin - 4:29

Qu’a-t-on à gagner à toujours se bouffer, se déchirer ou encore s’insulter ? Rien, strictement rien du tout, nous n’arrivons qu’à nous faire de la peine, faire couler des larmes et risquer de nous séparer. Je ne veux pas de cela, non je veux garder mon épouse pour moi et tenter de former un couple plus ou moins normal. Enfin tout dépend de ce qu’est la normalité, elle est sans doute différente pour tout un chacun. Il n’y a qu’elle et il n’y aura toujours qu’elle, nos familles ont été rassemblées par notre mariage et on salirait la mémoire de mon frère, si nous venions à divorcer. De se séparer, il en est totalement hors de question, je ne veux même pas évoquer le sujet et ce avec absolument personne. Même si nous nous engueulons, déchirons, je l’aime, je tiens réellement à elle et je le lui prouve sous mes caresses et mes baisers. Frôlement d’épiderme, sensualité plus que développée, nous sommes dans une osmose complète, nous nous appartenons corps et âme. Nos langues sont totalement libres de valser à leur convenance, la musique est faussement désaccordée. Nous nous laissons aller, au diable crises de nerfs et compagnie, place désormais à l’amour, le vrai. Pour le moment il est sous sa forme physique et s’est matérialisé sous nos lèvres, nos doigts, notre envie mutuelle de fusionner. Cela devient de plus en plus torride, ma femme se retrouve à mes genoux, me déshabille avant de venir commencer à me pomper la queue. Désormais n’existent plus que ses bruits de sucions et mes râlements de plaisir. Entre ses lèvres, je suis un pantin, elle peut faire de moi ce qu’elle souhaite. Je crie tout le plaisir qu’elle me procure, j’en suis vulgaire comme à chaque fois qu’elle me suce mais c’est tellement bon de sentir sa bouche sur ma queue. Elle joue littéralement avec, je claque sa fesse une première fois, elle sait qu’il y en aura d’autres. Nous aimons tous les deux ça quand nous nous envoyons en l’air.  
 
C’est quand elle est totalement nue et sur le dos que je viens à mon tour lui procurer une gâterie. Ma langue allant de bas en haut et inversément sur son sexe. Elle a eu droit à mon sucre d’orge, j’ai le droit à ma fraise tagada. J’en profite pleinement surtout que ma chère et tendre est pleinement demandeuse. Sa cambrure me laisse libre accès à de multiples plaisir, j’ai pu passer mes bras sous ses cuisses pour mieux la garder contre moi et venir caresser ses seins avec mes mains. Le baiser qui s’en suit est des plus fougueux, elle me réclame en elle, nous en venons à nous unir rapidement. Ma queue bien bandée pénètre ses lèvres intimes déjà luisante d’excitation, je commence de doux va et vient en elle. Ses jambes sont toujours autour de ma taille, ses ongles me griffent légèrement mettant plus de piment ainsi dans nos premiers assauts. Un baiser est échangé avant que je ne devienne plus dominant, ma main se retrouve sur sa gorge, mes coups de reins sont plus féroces, cela devient plus violent cette fois. Je veux voir et entendre mon épouse gémir de plaisir, j’en fais de même haletant et grognant non sans la regarder tendrement directement dans les yeux. Je viens de me faire repousser, je suis assis et Dev est sur moi. Mon engin est à nouveau au chaud en elle, nos lèvres se sont retrouvée avec passion. Ses mouvements sont lents, elle me marque. Je lui fais part de mon plaisir, nous continuons à nous unir lors d’un baiser. La suite devient surprenante pour tous les deux, je lui avoue que je l’aime. Elle est autant surprise que moi, elle me demande de ne pas me moquer d’elle, je fais signe que non de la tête. D’un coup ses mouvements sont plus lents, nous devenons sérieux. Elle dépose des baisers sur mes lèvres avant de se reprendre à deux fois pour m’avouer qu’elle aussi m’aime et qu’elle ne supporterait pas de me perdre. « Tu ne me perdras pas mon ange. Je ne veux pas te perdre et je t’aime Devyn. Je ne me fous pas de toi quand je te le dis. Je t’aime réellement et sincèrement. »  Je ne suis on ne peut plus sincère dans ma déclaration, finalement pour la première fois de la soirée c’est réellement un baiser passionné et amoureux qui est échangé. Désormais, nous faisons l’amour, nous ne baisons plus. Sa main dans la mienne, je la regarde se redresser pour venir la coller à ses fesses avant de venir se recoller contre moi et s’occupe un peu manuellement de mon sexe. Nous ne refaisons plus qu’un lorsqu’elle me demande de la faire jouir comme je ne l’ai jamais fait. « Avec plaisir mon amour. » Je reprends son surnom en douceur pour commencer à réellement aller et venir en elle. Le canapé subit lui aussi mes assauts, je suis raide dingue de cette femme qui vient de me demander de la faire crier de plaisir comme jamais. Je claque ses fesses à de nombreuses reprises tout en l’embrassant. Nos peaux s’entrechoquent alors que je ne retiens pas les monosyllabes que je n’arrive qu’à grogner. Les râlements de plaisir sont bruyants eux aussi. Je sens que cette soirée délicieuse ne fait que commencer. Je cesse quelques instants mes entrechoquements pour la faire se pencher en arrière et venir embrasser sa délicieuse poitrine avant de me remettre en route. « Mon ange, j’ai déjà envie que l’on remette ça au lit après. Je veux te faire l’amour toute la nuit. » Je fais ma demande en la regardant droit dans les yeux et en allant plus doucement dans mes coulissements et en la resserrant tout contre moi pour encore mieux humer sa délicieuse odeur et venir embrasser voire mordiller sa clavicule.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Jeu 22 Juin - 15:59

Jamais je n'ai aimé un homme comme j'aime Duncan, nos débuts étaient plutôt chaotique, je me souviens de notre ''voyage de noce'', une bonne blague.. je ne voulais pas qu'il me touche ou ne serait-ce m'approche, pourtant tout aurait du être paradisiaque, Hawaï, ses plages de sable fin, l'ambiance qui y régnait mais rien n'avait fait que je me sentais bien, je n'arrivais même pas à dormir avec lui, il avait fallu attendre qu'on rentre chez lui.. nous.. pour qu'on fasse l'amour pour la première fois. Ensuite, ça avait été comme jusqu'à aujourd'hui, bestial sans amour en apparence mais je m'étais prise à mon propre piège et je ressentais vraiment de l'amour pour lui, un amour sincère et profond qui me faisait certainement accepter beaucoup de choses qu'aucunes femmes ne pourrait accepter. Nu tous les deux, notre échange n'avait rien de ''normal'', nos mains, nos corps se touchaient, se frôlaient, donnaient du plaisir à l'autre. Tout en moi lui appartenait, j'avais beau dire que je n'appartenais à personne, c'était totalement faux, car lui seul avait ce pouvoir sur moi, il était le seul homme que j'autorisais à me toucher de cette façon, j'aimais nos jeux parfois malsains mais tellement bon au fond tout en restant dans le normal. Après m'être occupée de son membre, c'est à son tour de me donner du plaisir, sa langue vacille sur ma perle, ses mains expertes encerclent mes seins procurant une sensation puissante et violente. Je le veux en moi, je veux le sentir entrer doucement. Nos corps s'unissent, pour le moment, nous ne faisons que baiser, pour moi, il ne m'aime pas, je ne serais à jamais sa propriété. Je le pousse et je viens à mon tour sur lui, je le marque dans le cou, je m'en fous que ça ne fasse pas pro, il a moi et à personne d'autre. Je plonge mon regard dans le sien et ralenti mes mouvements alors qu'il vient de me dire qu'il m'aime, mon cœur s'accélère un peu plus mais j'ai peur qu'il se moque de moi, depuis bientôt quatre ans de mariage, jamais il n'a prononcé ces mots qui ont à mes yeux un sens important quand il n'est pas souvent employé. Je lui avoue que je l'aime et que je ne veux pas le perdre, je ne le supporterai pas. Je l'embrasse et plante mon regard dans le sien, je l'écoute et étrangement une larme coule sur ma joue, s'il se doutait ne serait qu'une fois du bonheur que cela me procurait.. Je me redresse après avoir répondu au baiser avec passion, et commence à caresser de ma main son membre toujours durcie par l'excitation. Je me recolle à lui et souris à sa réponse. Une fois de plus nos corps s'unissent, je me cambre un peu plus rentrant mes ongles dans sa peau, mes gémissements sont de plus en plus fort, putin il me rend folle, je lève les yeux et je me penche en arrière alors que ses lèvres viennent embrasser ma poitrine, je relève le regard vers lui alors qu'il prend la parole. Il était assez rare que l'on fasse l'amour dans notre lit comme un couple ''normal''. Je me serre contre lui alors que ses mouvements sont plus lent « Porte moi dans notre chambre mon amour » Pour la première fois je parle de notre chambre et pas de ma chambre ou de la sienne, ils nous arrivaient de faire chambre à part quand j'en avais assez de n'être qu'une poupée mais aujourd'hui, je ne veux plus de ça « Plus jamais de chambres séparées, je veux me réveiller chaque matin dans tes bras » Je l'embrasse alors que je le laisse me prendre dans ses bras venant déposer quelques baisers dans son cou alors qu'on arrive dans notre chambre. Nos lèvres se rejoignent une nouvelle fois et nos langues reprennent leur ballet, ma main glisse sur son torse. Allongée sur notre lit, je l'attire contre moi, reglissant mes jambes autour de sa taille laissant le chemin libre « Je t'aime tellement » Dis-je avant de me cambrer et de gémir de plaisir alors qu'il revenait en moi entamant une nouvelle fois des vas-et-vient rapides et puissant. S'il continue comme ça, j'allais atteindre le point de non retour rapidement...

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Sam 24 Juin - 20:22

La lune de miel est sensée être une des périodes les plus chaudes d’un couple. Tout cela n’est en fait que de la théorie car pour moi, cela a été tout le contraire. Ma jeune, fraiche et ravissante épouse n’a jamais prétendu à ce que je la touche. Donc au lieu de lui faire l’amour au soleil et sur un lieu paradisiaque, je me suis contenté de … de rien du tout en fait ! Hawaï aurait dû être un paradis mais pour moi, pour nous, il a été un véritable enfer. La première fois entre nous a été tendre tout de même mais par la suite c’est devenu bestial ce qui a apporté de nombreuses saveurs à nos relations sexuelles. J’ai accepté beaucoup de choses de sa part, les insultes, les accusations et j’en passe mais jamais, au grand jamais, je ne l’ai trompée ou je n’ai levé la main sur elle. Il m’est arrivé de devenir une sorte de dominant SM avec elle, une sorte de jeu parfois malsain s’est installé entre nous car cela nous a plu tout simplement. Questions sentiments, j’en ai toujours eu pour Devyn même lors de la préparation de notre mariage. Aujourd’hui cet amour n’a fait que se développer.
 
Nous nous donnons du plaisir, c’est mon épouse qui commence les caresses. Ses mains et ses lèvres parcourent mon torse puis mon membre. L’inversion des rôles est faite, je m’occupe d’elle comme j’en ai moi seul le droit. Ma langue est agile sur son bouton magique, mes mains pétrissent ses seins appétissants à souhait. Je ne suis pas très doux mais je ne vais pas non plus lui arracher les entrailles. J’entre en elle centimètre par centimètre, le terme faire l’amour n’est pas encore de mise, il ne s’agit que de baise pure et dure. Pourtant je l’aime, le moment n’est pas encore le bon pour le lui dire, je dois me retenir. Je la pilonne sans retenue, je lui prouve ainsi que je l’aime même si elle croit le contraire. Me revoilà assis, mon épouse vient de me pousser pour que je puisse retrouver dans cette position. Elle est sur moi, aspirant doucement, sensuellement une partie de ma nuque, elle marque de cette manière son territoire. Oui, je suis à elle et à personne d’autre. Aucune femme ne lui arrive à la cheville. Enfin l’aveu est arrivé, les mots sont sortis de ma bouche et elle les a entendus. Presque quatre ans qu’elle les attend ces fameux mots, quatre putains d’années que je me retiens de les lui dire. Nous passons tous les deux aux aveux, j’apprends que ma femme m’aime aussi et qu’elle ne veut pas me perdre, chose impossible à mes yeux vu qu’elle est à moi et en plus maintenant que je sais qu’elle m’aime aussi, c’est le paradis. Je caresse et essuie tendrement sa larme alors que nous parlons de manière tendre en nous regardant droit dans les yeux et après nous être embrassé. Ma queue est flattée par les doigts de mon épouse. Je lui jure que je ne la quitterai jamais. Nous revoilà à relancer nos ébats, c’est puissant, elle me replante ses ongles en moi, je laisse un soupire de plaisir s’échapper, les coups de reins sont frénétiques et s’intensifient tout comme nos cris de plaisir. Nous nous comprenons car, lorsque je viens embrasser ses seins, elle se penche en arrière pour me laisser faire. Mes mouvements sont plus lents lors de ma demande, j’ai envie de que l’on se retrouve dans notre lit et je suis surpris de sa réponse. Elle me parle de notre chambre et non de sa chambre ou de la mienne, ses mots sont si agréables à mes oreilles. « Avec plaisir mon ange, oui notre chambre. » D’une traite, je nous relève prenant bien soin de la garder tout contre moi pour l’embrasser avec envie.  « Attends… » Je la dépose à terre pour mieux l’attraper comme je le souhaite, un de mes brase se trouve au creux de ses genoux et l’autre plus ou moins sous sa nuque, je la porte ainsi comme j’aurais dû le faire lors de notre mariage. « Comme ça c’est mieux et je peux encore mieux admirer ta beauté ma chérie. » Nous avons déjà fait chambre à part à de nombreuses reprises et là l’avoir entendu me dire notre chambre m’a ravi au plus haut point. Ma splendide épouse vient de me dire qu’elle ne veut justement plus de chambres séparées car elle veut se réveiller chaque matin dans mes bras. « Non plus jamais de chambres séparées ma chérie et c’est promis tu t’y réveilleras tous les matins. Je pourrai t’admirer entrain de dormir et quand tu te réveilleras, je t’embrasserai tel que j’en ai envie. » Nous allons dans notre pièce de nuit et ma femme m’embrasse dans le cou alors que nous sommes à peine rentrés dans la chambre. Nouveaux râlements de plaisir de ma part, je suis dingue de cette attention. Je dépose ma douce sur notre lit, nos lèvres se retrouvent et nos langues se remettent à danser tandis que ses doigts viennent caresser mon torse. Ses jambes sont enroulées autour de ma taille, le chemin est libre. « Je t’aime à un point que tu ne peux imaginer mon ange. Oh oui madame Devyn McKilt je vous aime et ce depuis le premier jour. » Je souris en la nommant ainsi, non pas que je me moque d’elle, je suis tout simplement heureux de lui dire ses mots. Je suis de retour en elle, une nouvelle vague d’aller-retour puissants en elle est entamée. J’ai envie que mon épouse prenne son pied comme jamais. Mes grognements sont à nouveau caverneux et je m’en cogne, j’aime ce que nous sommes en train de faire et je veux que mon amour l’apprenne. J’en profite pour revenir lui mordiller la clavicule droite, la marquant ainsi de nouveau.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Dim 25 Juin - 21:24

Quelle douce folie d'aimer un homme que l'on pensait détester à jamais. Aujourd’hui je sais que je me suis trompée sur toute la ligne, je me suis laissée prendre au jeu de l'amour, je ressens réellement de l'amour pour lui, ce n'est pas quelque chose de futile bien au contraire, c'est beaucoup plus fort qu'un simple amour. Loin de lui, je suis perdue et pourtant jusqu'à présent, je ne supportais pas d'être tout le temps avec lui. Mon cœur s'emballe avec lui, mon corps le réclame un peu plus chaque jour, je ne peux plus faire sans lui et pourtant je le repousse, je le provoque un peu sauf maintenant, maintenant je le veux, je l'écoute m'avouer son amour et je lui avoue le mien. J'ai du mal à le croire mais j'espère qu'il dit vrai, j'espère qu'il ne s'amuse pas de moi, j'ai beau être cette femme qui n'a peur de rien, Alvar a peut-être raison en disant que j'ai peur de me retrouver seul... J'ai surtout peur de me retrouver sans lui mais je ne sais pas comment lui dire alors j'y vais cash, au fond je suis comme ça, je ne peux pas me mentir tout simplement. Alors que la journée avait mal commencé, elle finissait plutôt bien, je découvrais une autre facette de notre couple, une facette qui allait nous apporter beaucoup, j'en étais persuadée. Je savais très bien que ça n'allait pas être de tout repos mais j'osais aspirer à des jours meilleurs. Nos corps ne faisaient plus qu'un, notre respiration s'alternait et se faisait plus rapide, nos cœurs s'emballaient essayant de réunir chacun de leur battement pour ne faire plus qu'un. Alors qu'il se trouve en moi, je gémis de plus en plus, mes lèvres se posent sur les siennes alors que je me retrouve sur lui reprenant tous nos mouvements, je souris alors qu'il essuie la larme qui coule sur ma joue, je le laisse embrasser mes seins alors que je me penche en arrière lui laissant l'espace nécessaire afin de profiter de ce moment. Je me redresse alors qu'il prend la parole et je souris une nouvelle fois. Je ne me souviens pas de la dernière fois où notre lit nous a servi à autre chose qu'à dormir quand nous dormions ensemble mais je ne veux plus de ça, je veux me réveiller à ses côtés chaque matin. Je souris alors qu'il reprends notre chambre, je m'accroche à lui alors qu'il nous relève, je le laisse faire quand il me pose à terre et me porte comme lors d'un mariage quand on rejoint la chambre. Je glisse mes bras autour de son cou et je souris encore plus, je suis heureuse, tellement heureuse.. Je le laisse me porter jusqu'à notre chambre et je dépose un baiser sur le coin de ses lèvres après avoir entendu ses paroles, je l'embrasse maintenant dans le cou alors que l'on venait de franchir la porte de la chambre finissant par me retrouver allongée sur le lit, nos langues se retrouvent pour un baiser des plus passionné, mes doigts retrouvent la douceur de son torse et mes jambes entourent de nouveau sa taille laissant une fois de plus le chemin libre pour le recevoir en moi. Mon regard se perd dans le sien alors qu'il prend la parole avant de gémir et de me cambrer un peu plus alors qu'il pénètre une nouvelle fois, mes gémissements sont de plus en plus nombreux, mes ongles entrent de nouveau dans son dos alors que je remonte un peu plus une de mes jambes afin de le sentir encore plus en moi. Je me perds, je n'y arrive plus mes gémissements sont plus forts, je l'attire contre moi venant l'embrasser avec fougue faisant taire mes gémissements l'espace d'un court instant avant d'atteindre le point de non retour pour ma part et jouissant alors que je relâche mon étreinte pour venir saisir le drap de mes mains sans arrêter de gémir sous mes mouvements toujours aussi intense...

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Mikio et Dominic
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 258
❖ Needles : 347

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Lun 26 Juin - 22:03

Sans elle, je me sens totalement perdu, je craque réellement pour mon épouse. Je l’aime d’un amour réel et sincère. A la base, cela ne devait être qu’un mariage arrangé sauf que moi, j’ai directement craqué pour et sur elle. Même si j’avais eu plusieurs choix, mon choix se serait porté sur celle qui est devenue ma femme. Avec elle, je ne m’emmerde pas même si elle me repousse plus souvent qu’à mon tour. Enfin, je lui ai avoué ce que je ressens pour elle, nos sentiments sont partagés. Nous nous aimons et ces déclarations vont enfin nous faire du bien. Notre journée avait franchement mal commencé et la voilà qui se termine sur les chapeaux de roues. Les baisers, les caresses s’enchainent au fil de nos envies, de nos désirs et de nos imaginations. Nos respirations sont puissantes, nos cœurs battent à l’unisson alors que je me mouve en elle. Je suis brutal dans mes coups de reins, elle gémit d’autant plus. Lorsqu’elle est sur moi, elle reprend le contrôle un moment, c’est elle qui décide quand nous nous embrassons et le rythme de nos mouvements. Je ne suis pas le genre de mec à se laisser dominer par son épouse mais j’avoue que cela a ses avantages tout de même puisque je peux caresser son si beau visage sur lequel, une larme a décidé de couler et ce geste la fait sourire. Je peux jouer aussi avec les seins de Devyn. En homme normalement constitué, j’adore le galbe d’une poitrine et pour être honnête et parader un peu Devyn est formidablement dotée sur cette partie de son anatomie. En réalité non, ma femme est tout simplement parfaite en tout point. J’en reviens à ses seins que je suis en train d’embrasser, mon épouse s’est positionnée de manière à ce que je puisse en faire ce que je souhaite. J’en profite royalement, je ne laisse pas une parcelle de sa peau sans un sillon avec ma langue, sans un baiser. J’agace ses tétons de la pointe de ma langue avant de les suçoter avec envie. Un nouveau sourire est échangé, nous parlons désormais de notre chambre. Il est rare que nous fassions autre chose que dormir, je ne me souviens plus de la date ou nous avons fait l’amour pour la dernière fois. Je remarque son sourire quand je reprends le terme de notre chambre, ses bras sont autour de ma nuque quand, je la soulève, je peux faire ce que je souhaite sans qu’elle ne râle. La voilà dans mes bras telle une jeune mariée, ce porté que je n’ai pas pu faire lors de notre union e tient à cœur. Nous avons rejoint notre chambre et je la laisse m’embrasser dans le cou avant de la déposer sur notre lit. Ses lèvres se sont déposées sur le coin des miennes entre temps. Allongée sur notre lit, j’en profite pour l’embrasser à pleine bouche, laissant ma langue se mouvoir avec la sienne alors que j’ai repris mes assauts de manière douce. Ses doigts parcourent mon corps avec tendresse. Nous sommes réellement en osmose tous les deux.
 
Ses jambes m’entourent, ses ongles pénètrent ma peau, je pousse un râlement de plaisir dès ce moment-là. Le chemin est libre pour que je puisse la pénétrer comme bon me semble, je reprends des assauts violents et amoureux, je ne souhaite qu’une chose c’est qu’elle s’amuse et qu’elle prenne du plaisir elle aussi. Je sens qu’une de ses jambes remonte le long de mon corps au moment où le désir remonte crescendo. J’y vais de plus en plus vite et de plus en plus fort. Je suis attiré par ma femme pour que nous puissions nous embrasser avec la fougue que nous dégageons. Nous faisons taire notre plaisir vocal de cette manière. Je sens que mon épouse défaille la première, son étreinte se fait moins instante, elle relâche la pression. J’y vais encore de quelques coups de reins avant d’avoir un soubresaut de plaisir à mon tour. Une dernière poussée en elle et je joui à mon tour. Je me vide, éjacule réellement dans les entrailles de mon épouse. Je souris, heureux de ce que nous venons de faire. Je viens l’embrasser tendrement pour la remercier.  « Mon amour, c’était merveilleux. » Je lui fais part de ce que je ressens pour elle désormais. « Qu’est-ce que je t’aime mon ange… » Maintenant, je ne me retiens plus pour lui avouer mes sentiments.

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Gérante d'une boutique de son mari.
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 407
❖ Needles : 678

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   Mer 28 Juin - 18:25

L'amour rend plus fort paraît-il mais il fait mal aussi, avec Duncan jusqu'à aujourd'hui je ne savais pas où me situer dans tout ça, j'avais cette impression de n'être rien plus qu'une poupée pour lui, celle qui partageait souvent son lit, celle qui offrait son corps pour le plaisir de la chair et non par véritable amour alors qu'au fond de moi, je savais très bien ce que je ressentais pour mon mari. Il avait fallu une énième dispute pour qu'on ose enfin s'avouer l’inavouable à nos yeux. Nous nous aimions sincèrement, ce que je ressentais en le voyant avec une femme était réellement de la jalousie, j'ai peur qu'il m'échappe, que tout ce que je désire avec lui, ne soit qu'un feu qui finira par s'éteindre parce qu'il ne veut rien. Il me rassure et cela me fait du bien, je l'aime d'un amour infini et je sais que je vais devoir faire énormément d'efforts pour que notre histoire soit une belle histoire et non l'inverse. Nous faisons l'amour pour la première fois et non baiser comme cela l'était depuis le début de notre relation. Nos gestes étaient tendres, amoureux. Nos corps étaient en total osmose depuis plusieurs minutes, nos mouvements étaient synchros et nos souffles se retrouvaient à chanter sur la même musique. Voilà que nous étions sur notre lit, enfin je pouvais dire cela, je le voulais en moi une fois de plus, mes lèvres goûtaient une fois de plus aux siennes, mes jambes l'entouraient pour lui laisser la possibilité de reprendre la place qui lui était du. Mes ongles entrèrent doucement en lui alors que ses assauts redeviennent violent, j'aime ce moment avec lui, j'aime le sentir en moi et mes gémissements en sont le témoin. Nos baisers sont encore plus fougueux et je ne peux me contenir plus atteignant l'orgasme parfait, ma cambrure est plus forte, il est juste parfait. Je le regarde alors qu'il atteint à son tour le point de non retour. Lentement, j'essaie de reprendre une respiration normal et je réponds à son baiser avant de sourire, je ne pensais pas que l'entendre me dire ses mots me feraient cet effet en moi. L'amour que je ressens pour lui est infaillible, mon cœur lui appartient à jamais. « Je t'aime aussi mon amour... et je te fais la promesse de tout faire pour te rendre heureux » Je dépose quelques baisers sur ses lèvres avant de me blottir contre lui afin de passer la nuit avec lui et surtout dans ses bras. Je ne veux plus être loin de lui... Jamais...

_________________
I want to slowly undress you of my kisses And make your body a whole manuscript
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Devyn & Duncan - For better and for worse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devyn & Duncan - For better and for worse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We could be killed, or worse, expelled - Hermione granger
» DEVYN SAPHIR LOVELOCK ► jaredperfectleto
» (X) For better for worse, I got you PV Kendall C. Cruz (Terminé)
» This day cannot be worse Feat Avery
» Devyn Gale - Trying to be ordinary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❖ PINS AND NEEDLES :: 
Allons à Seattle
 :: North district :: Rps terminés
-
Sauter vers: