AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Nolan Carter
Membre de Pan

❖ Job : Pompier
❖ House : Dans sa voiture, sous un pont quand il fait chaud ou même sur la plage..


❖ Avatar : Nick Bateman
❖ DC : Devine
❖ En ville depuis : 28/05/2017
❖ Messages : 26
❖ Needles : 108

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Lun 29 Mai - 22:24

     

Nolan Carter
Nick Bateman ❖ Nothing matter

ton âge : 26 ans ❖ tes origines : Américaine ❖ là où tu es né : Los Angeles ❖ ton job/tes études : Pompier ❖ infos complémentaires : A un poème gravé au couteau dans son dos (Sans cesse à mes côtés s'agite le Démon ; Il nage autour de moi comme un air impalpable ; Je l'avale et le sens qui brûle mon poumon Et l'emplit d'un désir éternel et coupable.) ♦ A deux tatouages, la date de la mort de ses parents en chiffres romains sur le poignet et un couteau ensanglanté sur la cuisse. ❖ orientation sexuelle : Bi avec une préférence pour les femmes ❖ statut : célibataire
♦ Méfiant : cela a toujours été, il ne donne pas sa confiance comme ça, il faut lui prouver que vous êtes digne de ça ♦ Caractériel : Il peut très vite s'énerver et dire ce qu'il a à dire, il ne supporte pas l'approximatif ♦ Têtu : comme toujours quand il a une idée en tête, il ne l'aura pas ailleurs et fera tout pour y arriver ♦ Joueur : il aime jouer, pas aux jeux ou autres de ce type non mais avec les autres, la vie est un jeu ♦ Rancunier : Une erreur de votre part et il ne vous pardonnera pas ♦ Agressif (parfois) : quand on le cherche, il part de suite et devient agressif, c'est des restes de sa tendre jeunesse ♦ Calculateur : il réfléchit à tout, rien n'est fait au hasard avec lui, on lui a appris à l'être comme ça ♦ Compliqué : par sa double personnalité, il est assez compliqué comme homme ♦ Hyperactif : il ne sait pas rester en place, il faut toujours qu'il bouge, toujours à faire quelque chose ♦ Menteur : c'est simple devant tout le monde il fait voir son bon côté mais pas de l'autre, il joue avec le mensonge chaque jour ♦ Lucide : il sait très bien qu'il est fou et s'en amuse


Everything about you
raconte nous ta vie et oublies rien

« Le bien et le mal ne sont pas des grandeurs parfaitement opposées l'une à l'autre ; le bien souvent accouche du mal et la capacité de voir le mal en face est ce qui nous ouvre la capacité d'un bien relatif…… [André Glucksmann]»
 
Dans la vie il y a des choses qu’on arrive à contrôler et d’autre non, pour ma part je n’arrive à rien contrôler, ma vie est chaotique et pourtant j’avais un soutien immense, un soutien que je n’aurai jamais imaginé, elle était là, il s’agit de ma sœur, ma princesse, ma vie, sans elle je ne suis rien mais ça vous le saurez bien plus tard, il est temps pour moi de vous raconter mon histoire, mais je vous préviens d’avance, ce que vous allez lire ne va pas être tout beau et tout rose comme dans les contes de fée, ma vie n’est pas un conte de fée maintenant je vous laisse juge de tout ça….
 
1….2….3 je m’en vais au bois…4…5…6 cueillir des cerises…7…8…9 dans mon panier neuf…10…11…12…Elles seront toutes rouges…. Rouge une des couleurs que je préfère dans ce monde si fade, la couleur du sang, la couleur de l’amour aussi. Je suis né il y a maintenant 26 ans, à Los Angeles, ville de mes parents, ouai c’est bien mais on s’en fou… Revenons à nos moutons…1….2….3 mouton…. Je ne suis pas fou, ne vous inquiétez pas… je suis le deuxième de la famille et pour le moment j’ai bien trouvé ma place dans la famille, je les aime tellement et puis mon père, ce héros franchement, je me demande comment il fait pour être toujours comme ça, il était merveilleux et ma mère telle une princesse avec son prince charmant qui l’attend sur son cheval blanc pour lui raconter monts et merveilles, elle était une femme tellement belle et généreuse, on ne manquait de rien, je me souviens encore de l’odeur de ses gâteaux, de ses bons petits plats, c’était une femme tellement grande par ce qu’elle pouvait représenter et puis elle a donné naissance à une petite fille 3 ans après ma naissance, une petite puce, une petite princesse, j’aurai pu être jaloux étant au milieu de la fratrie mais non, elle était ma déesse, mon repère, mon ange, pourtant elle était si petite quand elle est arrivée à la maison, je n’aurai jamais imaginé qu’elle soit ainsi, mais oh mon dieu qu’est-ce qu’elle pleurait, mes parents savaient toujours pourquoi à croire qu’il parlait le bébé mais moi j’étais complètement à l’ouest et puis impossible pour moi de rester en place quand elle criait et même dans les autres moments, il fallait toujours que je fasse quelque chose et encore je ne restais pas à la même place, c’était dur merde…
 
Promenons-nous dans les bois....Pendant que le loup n'y est pas....Si le loup y était, il nous mangerait....Mais comme il n'y est pas..... Il nous mangera pas....Loup y es-tu ? Que fais-tu ?...ça je peux vous le dire ce qu'il fait....Il tue pour le plaisir, il tue pour se prouver qu'il est grand, mais aussi qu'il est puissant, qu'il est le meilleur... Mon père n'avait pas une bonne opinion de lui et il l'avait fait savoir lors d'un truc à la télé - je ne me souviens plus exactement ce que c'était - , ce qui avait énervé cet homme et il était venu chez nous, j'avais 15 ans, je m'en souviens parfaite de ce jour, un jour qui reste en moi et sur moi...C'est vrai, vous voulez voir mon dos ? Il a gravé une partie de poème dessus mais je vous direz ça après... 1...2...3... Il est là...4...5...6 à vouloir faire des bêtises...7...8...9 tout en jouant avec son couteau neuf....10...11...12 tous découper et plein de rouge...Rouge comme le sang, le sang qui coule...J'étais là, je voulais fuir mais il ne voulait pas, comment avait-il pu venir chez nous, j'en savais rien, j'aurai tellement voulu partir, pour ne pas voir tout ça, pour ne pas voir ma famille se faire tuer, je voulais fermer les yeux mais il m'en empêchait, me disant de regarder, que j'allais aimer, mais non je n'aimais pas, je voyais le regard de mon père et les cris de ma mère me faisait mal au plus profond de mon être, je priais pour que  Salyna ne rentre pas, je ne voulais pas qu'elle voit tout ça mais pire encore, je ne voulais pas qui lui arrive ce qui allait arriver. Le premier à mourir c'était mon père, il vint à lui couper les mains comme ça, le sang coulait mon père me regardait, j'avais l'impression qu'il voulait me rassurer, je sentais les larmes coulaient sur mes joues, ma mère hurlait toujours, j'aurai tellement voulu la prendre dans mes bras mais je n'avais pas le droit l'homme me tenait, il m'interdisait de bouger, pourtant j'avais 15 ans j'aurai pu faire quelque chose mais non j'étais là à regarder, il vint à demander à mon père de tirer la langue, et d'un coup il lui coupa la langue, mon père vint à s'écrouler, l'homme vint à me faire s'approcher de lui, mon père gisait au sol alors qu'il allait voir ma mère, il lui arracha ses vêtements avant de lui dire de s'allonger sur le lit, il vint à monter sur elle, avant de redescendre, je serrais les points, je ne voulais pas qu'il touche à ma mère et pourtant il vint à la brûler vif, je l'entendais hurler puis plus rien du tout, plus un son et il retourna sur mon père pour le brûler à son tour.....
 
C'est à ce moment-là que je vins à entendre le chien, il devait être avec mon frère, d'un coup le regard de l'homme changea, on ne voyait pas son visage il était masqué on voyait simplement ses yeux, je m'en souviendrai toujours de la forme bien que je ne pourrais vous dire la couleur, c'est assez flou mais je pourrai vous dire la forme et tout ce qu'il avait l'air de ressentir, il avait l'air d'aimer ça, de prendre son pied, il donnait l'impression d'être un être maléfique qui prenait son pied en tuant le plus de monde. Je peux vous dire que c'est la vérité, il est tout ça...1...2...3..il est là...4..5...6 jouant avec son canif....7...8...9... Un peu de sang neuf...10...11...12... tout est rouge...Rouge, il y a du sang partout et le voilà qu'il me tient par la main pour me conduire dans la salle de bain ou se cacher mon frère avec le chien, je me souviens de cette phrase qu'il m'a dite à ce moment précis « Regarde bien petit... Je suis sûr que tu vas aimer... La vie est ainsi faite...Chacun doit mourir un jour mais toi tu resteras en vie car je l'ai décidé » A croire qu'il se prenait pour Dieu, tu parles dieu n'existe pas c'est pour les abrutis de croire en lui sinon ma famille serait toujours vivante. J'étais contre la porte alors que le chien aboyait jusqu'au moment où l'homme vint à me faire sursauter, d'un coup, un seul geste lui a fallu pour tuer notre chien, je l'entendais gémir un peu avant de voir tout ce sang puis les boyaux à l'air. Il se tourna vers mon frère et je vins à me mettre devant regardant l'homme dans les yeux, j'avais cette impression qu'il souriait à travers son masque, je ne bougeais pas avant qu'il ne me prenne par le bras pour me mettre de côté, il vint à attraper mon frère pour le mettre dans la baignoire et il le tua à son tour, le sang giclait de partout, il y avait de sang partout, j'en avais sur moi, je vins à baisser la tête pour ne pas regarder, je sentais cette odeur de mort rôder autour de moi c'est alors que je vins à lever le regard sur lui, il me fixait, me regardait, je le regardais, je n'arrivais pas à détacher mon regard de lui.
 
Il s’approcha lentement venant retirer mon haut, je me demandais ce qu’il allait faire, il me demanda de me retourner, à ce moment précis je pensais que j’allais mourir, je voyais ma sœur qui me souriait et pourtant elle n’était pas là, d’un coup, je sentis une lame brûlante sur mon dos, je criais sous la douleur, j’avais mal et il me disait qu’il fallait que je me taise, alors j’essayais de le faire, j’avais mal mais je serrais les points, je ne savais pas ce qu’il faisait, je ne savais rien du tout, je sentais la lame entrer en moi lentement, j’avais l’impression qu’il écrivait quelque chose, je ne savais pas quoi d’un coup il vint à murmurer « Maintenant nous sommes liés toi et moi… on se reverra… » Je ne bougeais pas, jusqu’au moment où je vins à me mettre dans le placard ma tête sur les genoux entrain de pleurer, je ne sais pas combien de temps je suis resté là, pleurant comme jamais je n’avais pleuré auparavant, d’un coup je vins à voir la porte s’ouvrir, je pensais qu’il était déjà revenu pour finir le travail mais non c’était , elle était là face à moi venant me prendre dans ses bras, je pouvais voir ses yeux, ils étaient remplit de tristesse et de terreur, elle m’aida à me lever avant de se retrouver dehors, j’étais torse nu, le sang coulait encore, je ne savais pas pourquoi il m’avait laissé en vie mais à ce moment précis, je me sentis différent, d’un coup je vins à tourner le regard, je le sentais, il n’était pas loin, je le savais, il nous regardait, c’était comme si en un instant j’étais connecté à lui parce qu’il avait fait. Peu de temps après, les sirènes se firent entendre, d’un coup plusieurs personnes se retrouvaient autour de nous, ils avaient l’air triste, je voyais le visage de la voisine me regarder ou plutôt regarder mon dos, je ne savais pas ce qu’il y avait d’écrit d’un coup on se retrouvait à l’hôpital dans ce monde froid et blanc, dommage j’aimais bien le rouge.
 
Voilà je vins à rester à l'hôpital quelques jours seulement, avant de sortir et de me retrouver chez ma tante, elle était tellement gentille avec nous, cela me faisait drôle, j'avais l'impression qu'elle jouait un jeu devant eux, pour moi elle avait l'air trop gentille, elle n'avait jamais été comme ça. Puis voilà le jour de l'enterrement, mon dos me faisait souffrir mais je ne voulais pas rester à la maison, j'enfilais mon costume noir avant de descendre dans le salon, il y avait plein de monde, je ne les connaissais pas, j'avais l'impression d'avoir à faire à des hypocrites tous à faire les gentils et faire croire qu'ils avaient de la peine pour mes parents alors que j'étais sûr que personne ne les connaissait vraiment, certains me souriaient et moi j'étais là impassible, je ne voulais rien leur montrer, j'allais vers ma sœur et je lui pris la main avant de partir au cimetière, c'était vraiment moche, je regardais les trois cercueils tout en tenant la main de ma sœur, d'un coup je la lâchais alors que le prêtre venait de finir de parler, je détestais ça, je détestais tous ses gens, je vins à m'approcher des cercueils, posant ma main sur chacun d'entre eux, avant de fredonner lentement 1...2...3 je suis là...4...5...6 autour de vous pensif...7...8...9 tout est neuf...10...11...12...Tout était rouge...  d'un coup je vins à regarder ma sœur tout en arrêtant de chanter, je ne m'en étais pas rendu vraiment compte, ce tueur m'avait marqué plus que de raison mais ça je finirai par vous en parler un peu plus après. Je repris ma place regardant autour de moi, je sentais les regards sur moi, qu'est-ce que je détestais ça...Merde c'est vrai on n'était pas des bêtes de foire, on nous observait comme si on était des monstres ou je ne sais quoi c'est quoi ces conneries. On venait de revenir chez ma tante, tout le monde était là, j'avais envie de hurler qu'il aille tous au diable, je ne voulais qu'une chose à ce moment précis, que mes parents entrent dans la pièce avec mon frère mais non ce n'était pas possible, rien ne pourrait être possible, je me mis l'écart observant tout, Tic tac tic tac me voilà...
 
Enfin tout le monde était parti, je me retrouvais seul avec ma sœur, bon on était avec ma tante et sa famille mais je n'arrivais pas à être simple, je n'arrivais pas à être bien, j'avais l'impression que le tueur était dans ma tête, j'entendais toujours cette musique et ces paroles 1...2...3...Il est là...4...5...6 à vouloir faire des bêtises...7...8...9 tout en jouant avec son couteau neuf....10...11...12 tous découper et plein de rouge... Ces paroles me trottaient en tête, je ne jouais pas et je dormais mal mais le pire c'est que j'aimais voir des gens souffrir et le rouge, cette couleur est en moi, j'aime cette couleur. Mais voilà ma tante à juger que je devais me faire suivre par un psy enfin pire encore car elle a décidé de me mettre dans un hôpital psychiatrique, pfff quelle garce, je la déteste pour ça comment a-t-elle pu me séparer de ma sœur, de ma vie... Me voilà enfermer dans cet endroit froid et lugubre, qu'est-ce que je peux détester le blanc, c'est moche le blanc qui va me dire que c'est beau le blanc mais faut pas rêver qu'est-ce que c'est moche et puis tous ses médicaments pffffffff il pourrait endormir un bœuf, Tic...Tac...Tic...Tac...C'est lui....Tic...Tac...Tic...Tac... Il est dans ta tête....Tic...Tac...Tic...Tac... Attention à toi....Tic...Tac...Tic...Tac...Eh voilà encore une fois, j'avais des musiques en tête et cette voix, tout le monde avait raison je deviens fou, des musiques que je n'avais jamais entendues ou presque. Les jours passent et ne se ressemblent pas comme on dit et pourtant la journée se passe toujours pareil, le réveil tranquille, un petit déjeuner bien mauvais, et une petite pilule... retour dans la chambre et hop le voilà de nouveau en moi dans la tête, je l'entends...Puis le repas et la journée continue comme ça voilà comment a été ma vie pendant deux ans, deux ans enfermés loin de ma sœur.
 
Me voilà enfin dehors, enfin libre, je sais que je ne suis plus le même et pourtant il va falloir que je me fasse à cette idée, mais c'est deux ans d'enfermement ont eu raison de moi, je ne suis plus le même 1...2...3... Je m'en vais au bois...4...5...6....faire un sacrifice...7...8...9...saignez comme un bœuf...10...11...12...Tout sera tout rouge...Rouge comme ma couleur préférée, rouge comme le sang, vous allez me dire, il est fou à parler de rouge tout le temps mais que voulez-vous j'aime le rouge, j'en suis accro même. Mais voilà tout ça à un prix, j'aime ma sœur, et je me dois de la protéger par contre c'est vrai que je peux devenir violent surtout si on lui fait du mal, je ne supporte pas qu'un homme l'approche, je l'aime trop, je l'aime d'un amour passionné, c'est peut-être malsain pour certains mais pas pour moi. Mais voilà, je m'isole encore plus, je l'entends toujours, j'ai l'impression qu'il est en moi, j'en suis fasciné, c'est dingue ça, ce que je ressens, je le dessine mais ce que je dessine est loin de sortir des contes de fées des jolies jeunes femmes au contraire, je dessine ce que j'ai vu. Je ne regarde pas la télé, je déteste ça, à quoi bon regarder la télé...Tic...Tac...Tic...Tac....  Surtout pour apprendre qu'il y a encore eu un meurtre. J'essayais de reprendre le cours de ma vie, mais non je n'y arrivais pas, je ne voulais pas faire des études, ça sert à rien les études enfin pour moi. Et puis, je sais que je ne suis pas encore stable dans ma tête et puis je ne le serai jamais ça j'en suis sûr, je l'entends toujours et parfois je lui parle du moins je parle à quelqu'un alors ne vous inquiétez pas si par moment, je dis des choses incohérentes ou si des mots vous font peur ce n'est rien du tout... « Chut arrête de dire ça, je suis pas comme toi... » enfin voilà je surveille ma sœur de loin, je reste dans mon coin sans rien dire, chez ma tante j'ai l'impression d'être un zombi, je ne sais pas j'aime pas être ici, je ne me sens pas à ma place parfois je n'ai qu'une envie retourner dans ma maison, dans la maison de mon enfance, mais aujourd'hui c'est impossible, elle a été vendue, « Regarde comme c'est beau c'est tout rouge, j'adore le rouge et toi? »
 
Ma sœur, ma vie, mon amour, voilà ce qu'est ma sœur et pourtant ça fait quatre ans que je suis sortis de l'hôpital et je n'arrive pas à lui parler, pourtant elle me le demande souvent, elle me demande souvent de lui parler, de lui dire ce que je ressens mais je ne peux pas, elle ne doit pas savoir. On ne peut pas dire que je suis doué avec l'amour, je ne le suis pas en 17 ans, je n'ai pas vraiment connu l'amour sauf avec ma sœur, mais je ne sais pas, j'ai l'impression d'être différent, je ne suis pas attiré que par les filles, parfois les hommes m'attirent aussi mais pour le moment je n'ai pas franchi le pas, je ne suis pas sûr de tout ça, j'ai eu une fois une petite amie mais ça s'est vite fini, elle avait jugé que j'étais trop instable pour ça « hey tu viens on va au bois » enfin c'est ainsi mais à ce moment-là, je me sentais encore plus mal, je n'étais pas bien, j'avais toujours cette voix dans ma tête, il était là en moi, je le sentais. Je me sentais de plus en plus mal et j'ai commis un geste que beaucoup juge de lâche. Je me souviens de ce jour, personne n'était à la maison, j'étais seul, j'étais sur mon lit, je l'entendais me dire que j'étais fou et qu'il fallait que je le fasse « Chut...Tais-toi je n'ai pas envie de t'entendre, j'en ai marre....Ferme-là » d'un coup j'avais cette lame de rasoir dans la main, je regardais droit devant moi, avant de regarder la lame et d'un coup je fis ce qu'il y avait à faire puis le trou noir, je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je me voyais partir et je me souviens m'être réveillé de nouveau dans cet hôpital ou tout est blanc, je suis mal... j'ai l'impression que tout dérape en moi, pourquoi ils m'ont pas laissé partir, je voulais partir, je voulais oublier, ne plus entendre cette voix. J'étais sur ce lit attaché, je me débattais, je voulais partir, je voulais fuir, je voulais être mort et ne plus souffrir.
 
Tic...Tac...Tic...Tac... c'est étrange comme on peut modifier certaines habitudes, on me collait complètement droguer devant la télé la plupart du temps c'était les infos, je regardais sans vraiment regarder, et puis au bout de quelques mois les médicaments n'étaient plus aussi puissants. Je comprenais tout et j'étais tout le temps devant la télé mais pas seulement et puis il y avait ce garçon, je ne sais pas ce qu'il avait, il me regardait souvent avec insistance, il était étrange, il m'attirait aussi bizarrement que cela puisse être, c'était vraiment la première fois que je ressentais ça, j'avais par moment envie de l'embrasser mais cette voix était toujours là, elle m'empêchait d'aller le voir, c'était étrange mais on a fini par parler. Il me réconfortait, c'était le seul que je pouvais supporter dans cet endroit blanc...Blanc je déteste le blanc...Blanc c'est moche le blanc...Blanc, blanc, blanc tout est blanc vivement que je revoyais du rouge, je voulais un bout de tissus rouge. Je pensais que j'allais vite sortir si je continuais. Alors j'ai commencé à jouer la comédie et à ranger cette personnalité dans un coin pour ne pas montrer qui je suis réellement au fond. Ma sœur a quitté le pays voulant devenir médecin, je lui en ai voulu pendant des années et encore aujourd'hui, je sais très bien que le jour où je la verrai, il faudra me contenir sous peine de mettre fin à ses jours pour la trahison qu'elle m'a faite.

Je regarde souvent mon dos et son inscription (Sans cesse à mes côtés s'agite le Démon ; Il nage autour de moi comme un air impalpable ; Je l'avale et le sens qui brûle mon poumon Et l'emplit d'un désir éternel et coupable. ) bien que cela fasse des années que cela s'est produit on peut encore distingué tout ça. « Arrête tu vas me faire dire des bêtises....Ce que je fais... Je raconte mon histoire un peu...Si je parle de toi...Chut c'est un secret... j'ai repris le court de ma vie vivant certainement au-dessus de mes moyens jusqu'à ce que je rencontre une jeune femme qui allait faire de moi celui que je suis aujourd'hui... « Son corps était divin, tu te souviens de sa façon d'être quand tu la touchais » Il était vrai qu'elle était magnifique, son corps était juste parfait. C'est en la voyant que j'ai pris la décision de jouer un jeu avec elle. Un jeu qui allait m'amener à la limite du gouffre mais cette fois-ci je savais que je prenais la bonne direction et que je m'approchai un peu plus de lui...Best friend forever Mon meilleur ami et pourtant celui qui avait détruit ma famille.... j'ai entrepris d'être pompier et j'y suis arrivé, c'est un bon moyen de voir du rouge toute la journée et un bon moyen de faire semblant d'être normal... Aujourd'hui, je sais ce qu'il en coûte de jouer à un jeu dangereux, elle est partie... Mais je ne suis pas prêt de laisser tomber, ce n'est qu'un jeu où je suis le personnage principal, celui qui dicte les règles... LE JEU NE FAIT QUE COMMENCER ET IL S'APPROCHE CHAQUE JOUR UN PEU PLUS...


behind the screen
qui se cache derrière, on veut tout savoir.

pseudo /prénom : Suzieâge : majeuractivité prévue ici : 5où tu nous as trouvé ? : J'ai vu de la lumière un jourun commentaire ? : poele

[/i][/i]

_________________
A venir
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Lun 29 Mai - 22:54

Oh oui aies des vues pour moi (quoi comment c'est pas la bonne ? xDD)

rebienvenue psychopathe xD (et là je parle de la joueuse xDD)

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ella Aleksandrova
she's only for him

❖ Job : Maman en devenir à temps plein.


❖ Avatar : Gal Gadot
❖ En ville depuis : 21/02/2017
❖ Messages : 91
❖ Needles : 137

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mar 30 Mai - 0:41

Ce qu'il est sexy le psychopathe leak
Rebienvenue ♥

_________________
him
You know you're in love ▬ when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mar 30 Mai - 10:35

Okay. Nolan, donc x)
Rebienvenue meuf ♥

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Kieran Fitzpatrick
Membre de Pan

❖ Job : Flic en repos forcé
❖ House : south seattle


❖ Avatar : Charlie Hunnam
❖ DC : Devyn, Nolan et Liliana
❖ En ville depuis : 16/03/2017
❖ Messages : 394
❖ Needles : 580

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mar 30 Mai - 14:35

<3 colgate

_________________
i don't know you but i start breathing again with you. your laugh give me something i crave. your smiles give something waiting for. don't disapear.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets ton plus beau vava dans le thème et gagnes des needles ! Par là
she's my salvation
Elle me donne envie d'avancer

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vladimir Kerenski
Membre de Pan

❖ Job : si jte le dis faudrait te tuer.
❖ House : south seattle


❖ Avatar : Zachmcgowan
❖ DC : Danny, Spencer, Dimitri, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 26/05/2017
❖ Messages : 16
❖ Needles : 49

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mar 30 Mai - 17:57

What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Duncan McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Propriétaire d'une chaine de boutique de fringues et trafiquant de drogue
❖ House : North district
❖ Avatar : Travis Fimmmel
❖ DC : Tyler
❖ En ville depuis : 29/05/2017
❖ Messages : 120
❖ Needles : 250

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mar 30 Mai - 18:59

rebinevenue à toi ^^

_________________

sweetheart
We can spit in the mouth, eat ourselves, destroy ourselves, it does not prevent my feelings for you her there now.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ella Aleksandrova
she's only for him

❖ Job : Maman en devenir à temps plein.


❖ Avatar : Gal Gadot
❖ En ville depuis : 21/02/2017
❖ Messages : 91
❖ Needles : 137

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mar 30 Mai - 22:45

Je l'adore **

_________________
him
You know you're in love ▬ when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lyzandra Cassidy
Membre de Pan

❖ Job : Médecin Urgentiste
❖ House : North District


❖ Avatar : Amber Heard
❖ DC : Nope
❖ En ville depuis : 17/05/2017
❖ Messages : 119
❖ Needles : 172

Voir le profil de l'utilisateur http://chicago-city-rpg.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Mer 31 Mai - 13:45

OH POUR UNE FOIS QUE c'est pas moi qui le joue ! je veux un lien !

_________________
See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nolan Carter
Membre de Pan

❖ Job : Pompier
❖ House : Dans sa voiture, sous un pont quand il fait chaud ou même sur la plage..


❖ Avatar : Nick Bateman
❖ DC : Devine
❖ En ville depuis : 28/05/2017
❖ Messages : 26
❖ Needles : 108

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   Jeu 1 Juin - 13:35

Merci tout le monde **

_________________
A venir
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nolan Carter - La femme a toujours été le maître de l'homme, même dans le mal.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes ont toujours le dernier mot ...
» On se ressemble alors que tout paraît nous séparer ♫ Nolan & Ever
» La femme sera toujours le danger de tous les paradis [feat Savatie]
» Relation Homme-Femme: l'amour serait-elle chimique???
» Une femme devrait toujours savoir se défendre seule... [PV Leÿlin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❖ PINS AND NEEDLES :: 
Tout sur vos personnages
 :: Présente tes papiers :: Bienvenue à Seattle
-
Sauter vers: