AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Alvar&Danny - you're a pain in my ass .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Jeu 18 Mai - 23:06

Tu as fini par décider d’aller voir ton bébé, tu n’as pas vu kieran, tu n’as pas tenté le diable, tu as juste vu Lena vite fait. Tu lui a fait de gros bisou puis tu as rejoins un client. Mark, qui a essayé toute la séance de flirter, toi tu t’es concentré sur ce qu’il devait faire. Tu resssassais. Quand tard le soir, tu recois un sms, tu piges que t’as encore rien pigé. Alors tu regardes l’heure, tu propose de venir mais il te dit à demain. Tu lèves les yeux au ciel. Tu te pointes chez lui aussitôt. Tu tapes à la porte mais il dort à ton avis, où il veut pas répondre. Tu t’assieds sur le pallier et reste là, tu tardes pas à dormir. Dire qu’il te fallait juste une porte et un palier ! Tu es recroquevillée contre la porte, tu dors à poings fermés quand un voisin te voit et te réveille. - Vous faites quoi là ? - Tu le regardes les yeux embrumés. - Je dormais.. J’attends un ami. -  Il repart en marmonnant qu’il y a des cinglés dans le coin. Et toi tu te rendors, roulé en boule contre la porte. Tu pars un instant au café du coin. Tu chopes des croissants, du café. Tu te pointes avec tout ça et les poses au sol. Tu t’assieds et sors un bouquin tout en lui envoyant un sms. Il est tôt, très tôt, mais bon, s’il veut que tu lui montre que t’as envie de plus, ok. Même si franchement, tu sais pas vraiment comment ça marche. T’es jamais sortie qu’avec Liam en fait… Tu attends bien sagement sur le palier, tu es à deux doigts de grignoter. Qu’il se grouille le dormeur. T’as mis ton ptit short, ton pull. Espérons que tu les gardes pas sur toi longtemps. Tu finis par taper à la porte, par impatience.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Jeu 18 Mai - 23:46

Alvar dormait du sommeil du juste. Le jour d'avant, il avait été à la plage et l'air du large l'avait épuisé. Il n'avait pas mis de réveil, parce que c'est vrai qu'il était mort de fatigue et il avait son jour de récupération le lendemain, il comptait bien en profiter pour faire une grasse matinée. Ça faisait des nuits qu'il dormait mal, n'arrivait pas à récupérer... et ses cernes se creusaient de plus en plus. Son téléphone était en silencieux, ainsi n'entendit-il pas les SMS de Danny. Il était en plein rêve, sur le bord de son lit – pas celui collé au mur, l'autre – lorsque quelqu'un frappa à la porte. Le bruit le tira de son sommeil assez violemment, il se redressa d'un geste vif et son bras, qui pendait à l'origine dans le vide... et bien, continua de pendre. L'ennui, c'est qu'il ne le soutenait pas, du coup. Alvar bascula sur le côté et se retrouva sur le sol en moins de temps qu'il ne faut pour dire ouf. Un grand bruit sourd résonna dans l'appartement, suivi d'un juron du grand blond qui se releva comme il put. Il tituba jusqu'à sa porte, les yeux à moitié ouverts, sans même faire attention au fait qu'il était en boxer. Sa main se posa sur la clinche, il ouvrit à la volée et... découvrit Danny sur le pas de sa porte, avec le petit-déjeuner et du café. Lui, tel un ours, huma l'air et se renfrogna un peu. « P'tain, tu m'as fait flipper j'te jure » marmonna-t-il, en se poussant pour la laisser passer. Ses cheveux étaient en pagaille, sa voix complètement rauque de sommeil, ses yeux refusaient de rester ouverts. Il tituba jusqu'au lit, prêt à se rendormir... mais eut la bonne idée de se cogner l'orteil contre le pied du lit. « Aieeee putain de meeeeerde » hurla-t-il – ce qui n'arrivait vraiment, vraiment pas souvent – en se laissant tomber sur le lit comme une merde. Il frotta son pied puis se roula en boule comme un gamin. « Quel heure il est ? » demanda-t-il à Danny, toute mignonne dans son petit pull rose, en priant pour qu'elle ne lui dise pas un chiffre précédent le 11. Ou même le 12... même s'il savait que c'était impossible, sinon il ne serait pas crevé comme ça.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Jeu 18 Mai - 23:58

T’entendis un énorme bruit et la porte finit par s’ouvrir sur un al vraiment pas frais. Tu lui avais fais peur. Il te laissa passer mais fatigué il se rendit directement vers son lit, tu le suivis amusée par son humeur d’ours. Tu ris aussi quand tu le vois s'éclater l’orteil. T’es méchante, certes mais c’est assez drôle quand c’est pas toi qui te fait mal. Il se met à se rouler en boule. C’était attendrissant et hilarant. Tu laisses la bouffe et le café et tu grimpes le rejoindre. Face à lui tu le regardes et tu te colles tout près, avec un ptit sourire. - Jpensais que tu serais content moi. Ca a l’air dangereux un lit. - Que tu peux pas t’empêcher de dire. Tu lui embrasses le bout du nez, parce que tu le trouve chou comme ça. Tu regardes ta montre, t’as réussi à tenir jusqu’à 10 heures. En vrai tu pensais venir encore plus tôt. T’enlèves l'écharpe parce que ça te gonfle plutôt qu’autre chose et tu t’assieds sur le lit. - T’es sur que t’as pas faim ? - Toi t’as la dalle en tout cas. Mais bon, au pire, tu es partante pour rester là, dans son lit. C’était franchement étrange d’ailleurs. D’être là. Sans avoir à se retenir de dire ce qu’on pense et ce qu’on ressent. Tu te positionnes face à lui mais ton bras te gêne un peu, tu ronchonnes mais tu restes là, t’es bien là, face à lui. - T’es mignon le matin. Un peu bruyant mais c’est mignon un ours. Jte laisse hiberner ? C’est vrai que t’as une tête de déterré. Pourquoi tu as pas dormi ces derniers temps ? - Que tu lui demandes en embrassant son nez à nouveau. PUis tu lui dépose un ptit smack, ton premier depuis..que t’as le droit. tu te sens comme une gamine ado qui a son premier ptit copain. sauf que c’est ton meilleur ami. - Tu t'es pas fait trop mal quand même ? - Que tu dis en lui caressant la joue de tes doigts. tU l'aimes bien grognon tiens.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 19 Mai - 14:30

Danny laissa son colis spécial sur le côté, et grimpa sur le lit. Elle s'allongea face à Alvar, qui peinait toujours à garder les yeux ouverts. Il avait l'impression d'avoir été réveillé au milieu de la nuit – pourtant, il faisait jour derrière les rideaux, pour l'instant tirés. La jeune femme posa un bisou sur son nez, se redressa pour enlever l'écharpe qui maintenait son bras blessé. « J'suis content... t'amènes le café » marmonna-t-il, un sourire amusé aux coins des lèvres. Il la taquinait, lui faisait croire qu'il était content pour le café mais en réalité, il savait qu'il devrait le réchauffer plus tard parce qu'il n'avait pas encore émergé. En revanche, il était plutôt surpris de la voir sans invitation – peut-être que les SMS de la veille avaient fonctionné. Un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais. « Mais si j'ai faim ». Il grommelait, en fait il avait surtout la flemme de sortir du lit. Danny se rallongea en face de lui, lui dit qu'il était mignon. Alvar attrapa la jeune femme par les fesses et l'attira contre lui, puis se blottit sur sa poitrine, en faisant attention à son bras. « Parce que j'm'inquiétais pour toi, alors en punition, tu vas me servir de coussin ». Toute cette histoire avait perturbé son rythme de sommeil ces derniers temps, bien malgré lui. Alvar détestait se trouver au centre d'un mélodrame comme ça. Il releva la tête, et elle en profita pour lui faire un smack. Il ne put s'empêcher de sourire, mais referma les yeux et frotta sa joue sur la poitrine de la jeune femme. « Hmm dodo » bailla-t-il, en la serrant un peu plus dans ses bras, sans répondre à sa question de savoir s'il ne s'était pas fait trop mal. Danny se mit à lui caresser la joue, et pour un peu il en aurait ronronné. Ils restèrent ainsi de longues minutes, mais le blond compris vite qu'il ne pourrait pas se rendormir. Il rouvrit les yeux, croisa le regard de Danny. « T'as bien dormi, cette nuit ? » lui demanda-t-il, sans quitter sa poitrine confortable pour la cause. Il repoussa ses cheveux en arrière et soupira d'aise.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 19 Mai - 15:21

Il est content qu’il dit mais en vrai, il dort à moitié. Tu parles, puis ya pas de queue qui gigote pour le prouver. Certes c'est pas un chien mais ses cheveux sont aussi long que ceux d’un colley. A sa remarque tu as envie de lui coller le café dans la tronche mais bon. ca c’est juste toi qui reprend ton caractère, faut bien. la lopette c’est pas ton trip. Il avait faim, pas le courage de se lever cela dit. Pauvre petit coeur, tu te moquais de lui et pas qu’un peu. il te faisait rire. Ca te faisait du bien, un truc simple. Voilà qu'il te chopait les fesses pour t’approcher. Voilà qu’il te prenait pour un coussin. Il était pas gêné l’ours des cavernes. Sa réponse te bloque, ton coeur se serre. c’est ta faute ? Tu baisses la tête. t’aimes pas l’idée. Opération dodo, ok. Tu vas faire gaffe à ce qu'il fasse son quota, sauf si tu l’occupes autrement… Voilà qu’il se frottait à ta poitrine. Ca va on s'embête pas. Bon si tu étais honnête, tu adorais l’idée de lui faire un gros câlin hein. Il finit par ouvrir les yeux pour de bon et demander si t’avais bien dormi. Tu souris. - Bah ton palier est pas super confortable mais étonnement oui. Ca doit être comme les chiens, quand t’es pas loin de la source de réconfort ça joue.. - Que tu dis histoire d'être claire, t’étais bien, quand il était là pour jouer les refuges. Sauf que toi t’as pas envie de rester comme ça, faut que tu bouges, allongé tu connais et tu en as marres. Mais t’as pas envie de quitter ce contact. Tu le regardes, embrasses son crâne et le pousse un peu. - Allez viens on bouge ? Dans le salon au moins ? - Tu pousses un peu plus. Un peu trop fort cette fois. Il est par terre et tu le regardes du haut du lit et tu te marres. - Oups.. peut être un peu trop fort… Tu m’aimes toujours ? Ou tu vas me manger toute crue ?  - Que tu demandes, presque contrite, presque.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 19 Mai - 15:58

A présent qu'il était réveillé, Alvar demanda à Danny si elle avait bien dormi. Il resta contre elle, parce qu'il était bien installé et n'avait pas encore la foi de bouger son cul pour ouvrir les rideaux, faire le lit, manger et toutes ces conneries-là. Danny lui sourit et lui dit que son pallier n'était pas très confortable mais qu'elle avait tout de même bien dormi, sans doute en sentant sa présence derrière la porte. Le blond se redressa sur un coude et fronça les sourcils. « De quoi tu parles ? T'as dormi sur le pallier ? » Le ton avait changé, il n'était plus du tout l'ours câlin d'il y a deux minutes... juste un ours en colère, là. Elle lui demanda s'ils bougeaient, dans le salon par exemple. « On est dans le salon » rappela-t-il, sur un ton bourru, « t'as dormi sur le pallier ? » Têtu comme un âne, il insistait pour avoir une réponse à sa question – il connaissait la réponse en fait, mais il fallait qu'il l'entende de sa bouche. Danny le poussa après avoir déposé un bisou sur sa tête, histoire de le faire se bouger le cul pour manger, et comme il était au bord du lit... Alvar se cassa la gueule par terre. Encore. Le blond se retourna sur le dos et soupira, en regardant Danny se pencher par-dessus le lit et se moquer gentiment de lui. « T'es vraiment une casse-couilles ». Alvar se releva et alla ouvrir les rideaux, laissant la lumière du jour pénétrer dans l'appartement. Il attrapa le sac de croissants, en choppa un qu'il fourra dans sa bouche. Il regarda Danny en mâchant, « merci pour le croissant. J'suis sûre que t'es pas aussi bonne que lui ». Il lui lança un regard plein de défi, engloutit le dernier morceau en quelques secondes – ce goinfre – et lâcha : « tu comptes te faire pardonner ? »

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 19 Mai - 16:23

Il avait pas l’air ravi que tu aies dormi sur son palier. Plutôt énervé en fait. Toi, tu avais dormi comme un bébé, à part pour le voisin qui t’avait réveillé. Yavait pas de problèmes ? Si ! après si tu inversais les rôles tu aimerais pas qu’il ait dû dormir devant ta porte, mais lui c’était pas toi hein. T‘avais dormi à des endroits bien pires qu’un pallier. Tu réalises que vous êtes dans le salon, ah oui, c’est vrai, il vivait dans un truc moisi. Le ton monte, il répète. - Hey doucement, c’est pas grave hein. J‘ai bien dormi te dis ! Comme un bébé ! Peut être à part ton voisin qui m’a gavé. Puis à la base j’étais venue dormir avec toi… Mais tu répondais pas et j’avais pas envie de rentrer dans mon appart. Pour être foncièrement honnête j’ai envie de le vendre. - Ben ya pas mort d’homme. t’avais toujours un train de retard sur les codes de la société. T’avais souvent pas compris pourquoi les gens se choquaient d’un rien. Souvent ça t’amusait. Il râlait d'être tombé et toi tu te marrais assise sur son lit quand il se releva, en tailleur. - Jsuis un ange moi. - Que tu dis, riant de plus belle. Il laisse ouvrir la lumière, tes ptits yeux se lissent puis il se jette sur les croissants. Il le grignote devant toi et tu te marres. T’as plus très faim, quand tu regardes autre chose que la bouffe. - Humm tu dois avoir raison. - T’avais pas envie de jouer son jeu. ton esprit de contradiction. On disait noir tu disais blanc. Puis, t’avais envie de l’emmerder parce qu’il s’était pas jeté sur toi à la seconde ou t’avais dit je t’aime. T’avais pas l’habitude faut le dire. Et il le savait très bien. Mais tu devais lui montrer que t’etais partante. All in. Mais pas de suite. T’avais tellement sauté d’étapes que tu avais pas envie de faire comme avant. Il devait compter. - Nan. J’ai rien à me faire pardonner, tu te serais fait mal encore.. Non j’ai rien à me reprocher. Par contre tu pues, alors je vais me doucher ! Je suis sale maintenant. - Et tu vas dans la salle de bain, t’enlèves tes fringues sur le chemin. Une à une. Tu souris et arrives nue dans la salle d’eau et tu rentres dans la douche. Tu lances l’eau. Puis..tu te mets à hurler ! L’eau est gelée. Tu ressors aussitôt nue et trempée. - Toi dès demain jte cherche un appart. Parce que ce taudis, non c’est bon ! Jte hais ! - Que tu râles et cherches une serviette, tu trouves pas. Tu prends un de ses t-shirt et tu t’essuies dessus devant lui. Ca te fait marrer. Tu lui balances dessus. Tu te marres puis tu t’approches - décidément t’es déchaînée -  et tu te colles à lui, le dos contre son torse. - J’ai froid à cause de ta douche moisie.. T’as un moyen de me réchauffer peut être ? - Il va te dire va te faire, mais tu t’en fous. Tu veux jouer. tu veux t’amuser. Tu veux retrouver votre complicité, quand tu te prenais pas la tête et que tu étais juste, toi.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Dim 21 Mai - 13:49

Danny lui dit de se calmer, qu'elle avait bien dormi et qu'elle était à la base venue pour dormir avec lui. Sauf qu'Alvar s'était endormi comme une masse, le soir d'avant. Alors oui, il n'avait pas répondu. « Le vendre ? » s'étonna-t-il quand elle lui parla de son appartement, « et tu voudrais aller où ? En racheter un plus grand ? » Elle le fit ensuite tomber du lit, ce qui saoula clairement le jeune homme qui finit par se relever et prendre un croissant, en omettant d'en proposer un à Danny – il boudait. Elle ne réagit pas à la pique qu'il lui lança, puis lui dit qu'elle n'avait rien à se faire pardonner. Alvar leva les yeux au ciel et la regarda filer vers la salle de bain, en fourrant la main dans son boxer pour se gratter un coup – bah quoi ? Danny laissa tomber sur le sol toutes ses fringues, une à une. Ça serait mentir que de dire que ça n'intéressa pas le jeune homme, qui la regarda faire en plissant les paupières vers la fin. Il n'avait pas encore ses lentilles, Danny était floue mais les contours indistincts de son corps ne l'empêchaient pas d'être magnifique, ceci dit. La myopie d'Alvar gommait même tous les petits défauts du corps de la jeune femme, que demande le peuple ? Il entendit l'eau couler, et se tâta à aller la rejoindre... il n'eut cependant pas le temps de se décider qu'il l'entendit hurler de la salle de bain. Le grand blond éclata de rire, sa douche était mal montée et tourner le robinet vers le côté bleu donnait de l'eau chaude... donc froide, si elle avait tourné vers le rouge. Et vu son cri, c'est sans doute ce qu'elle avait fait. Danny hurlait qu'elle allait lui chercher un appartement, qu'elle en avait marre de son taudis, elle ponctua même sa phrase d'un petit « j'te hais » qui fit redoubler le rire du blond. La belle brune lui lança un tee-shirt à la tronche, rigola avec lui puis s'approcha pour coller son dos mouillé contre le torse de son meilleur ami, qui sentit une vague de froid le parcourir. « C'est toi la moisie, t'as pas tourné le robinet dans le bon sens... bébé ». Son ton était narquois, il se moquait d'elle en référence au surnom qu'elle avait donné à Kieran à la soirée poker – mais peut-être ne s'en souvenait-elle même pas. Alvar en avait assez de jouer, il attrapa dans sa main gauche le sein droit de Danny et colla son bassin aux fesses de la jeune femme. Sa main droite remonta doucement sur le corps de sa meilleure amie, de la hanche jusqu'à sa ventre. La réaction physique ne se fit pas attendre. Évidemment qu'il la désirait, c'était difficile de faire comme s'il n'en avait rien à foutre alors qu'elle se collait, nue, à lui. « C'est ça que tu voulais ? » murmura-t-il, en serrant un peu plus la jeune femme contre lui. Sa bouche déposa une série de baisers mouillés dans le cou de Danny, traçant un sillon jusqu'à son lobe d'oreille qu'il mordilla délicatement entre ses dents.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Dim 21 Mai - 23:57

Tu parles de vendre et il te regarde surpris enfin tu penses qu'il l’est. Tu souris. Plus grand, ca te servirait à quoi ? Rien. - Non mais je veux plus y vivre. J'ai pas besoin de plus grand. J’ai déjà trois chambres… je prendrai juste la déco d’evie pour max. Ca me fera ça en moins. - T'aurais pu dire que tu veux un nouveau départ. Que tu veux emménager avec lui. Mais il te prendrai pour une cinglée. Parce que vous en avez jamais parlé et que vous êtes même pas réellement un couple. Un couple. Ca te fait étrange de penser à ça. Tu ne l'avais pas fait avant. Tu souris. Avec lui tu penses à des choses nouvelles. Ca t'enthousiasme. S'il te prends comme tu es. A présent que tu étais sortie en trombe de la douche, il se moquait ouvertement de toi. Tu étais furieuse, lui, mort de rire. Il te dit que t'as pas tourné le bouton qu'il faut. Tu le regardes furibonde. - C'est ta douche qui est nulle. - Tu ne réalisas qu'après qu'il avait dit “bébé” la ou tu avais toujours détesté ce mot, dans sa bouche c'était différent. Tu lèves un sourcil perplexe. Tu comprends qu'il doit parler du Poker. Même si tu n’en est pas sûre. - Bébé ? Tu te moques de moi c’est ça ? - Pas question d'être contente s'il se payait ta tête ! Fallait être sûr. Mais la suite changeait assez vite et tu te retrouves avec un sein emprisonné, tes fesses plaquée contre lui. Ton souffle s’est soudainement accéléré. Son autre main parcourait ta peau, de ta hanche à ton ventre. Tu te laissais faire, de peur que ce ne soit qu'un moment. Tu ne voulais pas qu'il arrête. Il te murmures une question. Il veut savoir si c’est ce à quoi tu t'attendais. Enfin tu ne sais pas trop. Tu te sens..aussi bien que paumée. Ses lèvres attaquent ton cou te faisant te tortiller. Ca te fait des guilis alors tu ris comme une gamine savourant son contact. Tu ne sais pas quoi lui répondre. Oui tu veux qu'il te touche. Oui tu veux qu'il te fasse l'amour mais pas seulement. Pour une fois tu ne veux pas n'être qu'un corps. Ni aller trop vite. Tu te tournes et embrasse son torse, passes tes doigts sur sa peau. Tu es hypnotisé par lui. Tu souris. - Jveux que tu sois le seul à faire ça. - Jveux sortir avec toi en d'autres termes. Même si tu le demandes tu ne sais pas ce qu'est une petite amie. Limite tu as envie d'envoyer des SMS à Liam qu'il t'explique. Même si t'étais pas sure qu'il soit si doué non plus. Tu lui prends la main et l'amènes sur le lit. Tu l'invites à monter et à se mettre devant toi. Tu te places tout contre lui, à genoux et tu fermes les yeux et l'embrasse doucement. Puis de manière un peu plus fougueuse lorsque tu y prends goût. - Apprends moi comment on sort avec quelqu'un ! J'ai jamais été qu'un plan cul. - Tu poses ton front sur le sien. Tu débutes un nouvelle aventure et tu le veux dans celle ci.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me



Dernière édition par Danny Sloan le Mer 24 Mai - 12:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Mar 23 Mai - 20:42

Alvar ne comprenait pas pourquoi Danny ne voulait plus vivre dans son appartement, assez grand pour elle et ses deux enfants. Elle lui dit simplement qu'elle ne voulait pas, qu'elle n'avait pas besoin de plus. Il fronça les sourcils, mais ne posa pas plus de questions. Parfois, il suffisait simplement de laisser couler et de ne pas chercher à comprendre leurs phases, à Nikki et Danny. Elle fila dans la douche, mais revint bien vite se coller à lui en hurlant. « C'est ça » confirma-t-il d'une voix amusée, quand elle lui demanda s'il se moquait d'elle. Alvar changea rapidement de registre, en plaquant la jeune femme contre lui, un sein capturé dans sa main en coupe. Il mitrailla sa peau de baisers, le rire de Danny emplit la petite pièce et il la serra un peu plus. Elle fit une pirouette dans ses bras, embrassa son torse et leva ses grands yeux de biche pour croiser le regard de son meilleur ami. Elle répondit à sa question, posée bien des minutes plus tôt. Elle voulait qu'il soit le seul à faire ça. « A faire quoi ? » murmura le jeune homme, qui posa ensuite un nouveau sillon de baisers humides dans le cou de la belle brune. Ses mains avaient trouvé refuge sur les fesses de Danny, naturellement. Elle en attrapa une pour l'éloigner, vers le lit. Alvar la suivit sans se faire prier, et s'installa en face d'elle, adoptant la même position. Danny mêla son souffle – court – à celui du jeune homme, quelques secondes... puis posa ses lèvres, légères comme les ailes d'un papillon, sur celles d'Alvar, qui se laissa faire. Il attendit quelques secondes avant de répondre à son baiser, ce qui fit réagir la belle brune au quart de tour. Elle intensifia sa façon de l'embrasser, Alvar sentit la fougue s'emparer d'elle, mais elle la calma bien vite et se détacha de lui. « Moi aussi, tu sais ? » lui répondit-il, quand elle lui fit remarquer qu'elle n'avait jamais été qu'un plan cul – petite menteuse, Liam il pue ? « J'ai jamais eu de meuf, mon statut Facebook est coincé sur "célibataire" depuis que j'ai créé mon compte, j'ai fréquenté des filles, mais juste pour le sexe. J'ai plein d'amies, j'ai le meilleur des deux mondes, tu vois ? » Il haussa les épaules, sourit à Danny et posa ses lèvres contre les siennes, doucement. « Est-ce que c'est si important, de définir notre relation ? Est-ce que tu tiens à ce que je te présente en public comme étant ma nana, hm ? » la questionna-t-il, en caressant ses fesses du bout des doigts. Il attrapa Danny par la taille et se laissa tomber sur le côté, entraînant la jeune femme dans sa chute. Couchés, enlacés, tournés l'un vers l'autre... Alvar sourit encore à Danny, il caressa sa hanche, glissa vers ses fesses – ses fesses rebondies, incroyablement belles et sensuelles – et s'insinua finalement entre ses cuisses.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Mer 24 Mai - 13:14

Il annonçait ouvertement se moquer de toi. Tu n’aimais pas l’idée et une moue boudeuse se collait sur ton visage. Après, tu te serais aussi moquée de lui si ça lui était arrivé,  tu étais tout aussi médisante que la plupart des gens voire plus. C’était étrange d'être manipulée, ainsi. Tu l’avais déjà été par lui, mais pas une fois que les sentiments étaient mis cartes sur table. Pas quand tu t’autorisais à être amoureuse ? Ca te donnait toi même envie de vomir. Surtout quand il te répondait quelle chose était il le seul en droit de faire. Tu dus rougir - ça ne t’était arrivé qu’avec Liam ça - et répondis tout de même plus que gênée. - A toucher… - Tu parlais d'exclusivité et il ne comprenait même pas. Faut dire que tu parlais plus en code qu’autre chose ! Tu ris doucement quand il recommence son attaque de baisers sur ta peau, tu aimes ça plus que tu ne te l’avouerais. Ses mains étaient sur tes fesses et tu les y aurais bien laissé là si tu n’avais pas d’autres idées en tête. A priori, même si tu t’en doutais un peu, il n’était jamais sorti avec des femmes, ps officiellement. Ca te rassurait, ça t’en faisait moins à tuer. parc que oui, t’avais été jalouse avant, tu en découvrais une bien plus virulente à présent. Le “pleins d’amies et plein de sexe” te fit rire jaune. T’aimais pas l’idée que pendant que tu fuyais tout sentiments, d’autres avaient pu toucher, jouer.. Ca aussi ça te donnait envie de vomir. Il reprit le chemin de tes lèvres et déposa un baiser qui réveilla les foutus papillons qui te faisait la fiesta dans ton ventre. Sa question te réveilla d’un coup. Est ce que tu étais vraiment prête à dire, voici mon petit ami. ou à entendre que tu lui appartenais ? Pas sûr, même si à tes yeux, c‘était le cas depuis un moment. Si tu avais été aussi virulente face à Lena c’était pas pour rien et si être nommée ainsi,éloignait les femmes qui pourraient être tentée, c’était… Ses doigts t’aidaient pas à réfléchir tandis qu’il caressait la peau de tes fesses. Pas plus que lorsqu’il plongea sur le lit, t’emmenant à sa suite pour mettre sa main là ou tu ne t’y étais pas attendu. C'était fou de se dire que pour une fois tu voulais parler, pas baiser. Mais ce serait quoi..de faire l’amour avec Alvar ? D’être à lui, et pas juste un objet sexue du momoent ? S’était il retenu ? Avait il évité d’être doux ? Ou fougueux ? Une part de toi avait envie de le découvrir. L’autre voulait régler cette histoire de petite amie. - J’aime pas le terme, je déteste le terme en fait mais je m’imagine pas partager ou qu’on puisse penser que tu es libre… Alors si on doit en passer par là, oui. Jveux pas qu’on puisse se dire qu’il y a une ouverture pas plus que tu penses que tu en as une. Et si tu veux un indice, t’as ça. - Tu montres la cicatrice de ton entaille sur la main quand tu as éclaté le verre. Pas de doute, ce jour là tu lui aurais arraché les yeux à Lena. Si tu n’étais pas occupé à faire comme si tout allait bien avec Kieran. - Et pour être honnête, quand tu le prononces...j’ai rien contre le surnom.. - Que tu dis rouge vif tout en ayant des réactions assez subtiles pour le moment liée à l’emplacement de sa main. Il était plutôt doux, pour le moment, mais s’il était plus...disons..actif, tu risquais de perdre tes moyens. Pas habituée à ce que tu sois celle qui reçoit, sauf peut être avec Liam mais il n’y avait pas de sentiments et ça changeait pas mal les choses. Coucher avec un homme était pour toi un moyen de penser à autre chose, de se laisser aller, là, ce serait une façon de montrer ton appartenance. étonnamment, ça ne t’angoissait pas tant que ça, ou du moins, moins que tu auras pensé. Tu fermais presque les yeux, te dandinant presque sous ses doigts intrusifs... Avec ce que tu ressentais à cet instant dans les fibres de ton corps, et ton bras qui t'empechait certains mouvements, tu étais frustrée de ne pas lui rendre la pareille.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Jeu 25 Mai - 15:24

Danny avoua qu'elle détestait le terme, mais qu'elle ne s'imaginait pas le partager ou même qu'une autre fille puisse penser qu'il était libre, ce qui fit sourire Alvar. Il ne cessait pas de la caresser, ses doigts s'insinuaient entre les cuisses bouillantes de la jeune femme, à la recherche de l'endroit qui la ferait vibrer de plaisir, qui rendrait les mouvements de son corps incontrôlables. La jolie brune lui montra sa cicatrice, causée par le verre qu'elle avait cassé lors de la soirée poker, en guise de rappel quant au fait qu'elle ne voulait pas qu'il pense qu'il serait libre, s'ils se mettaient ensemble. Alvar ne répondit rien, sa bouche était trop occupée à parcourir la poitrine de Danny de baisers. Il l'avait mise sur le dos, et était penché à côté d'elle, vers son corps sur lequel il se concentrait entièrement. Elle lui avoua qu'elle n'avait finalement rien contre ce terme de petite amie, quand c'était lui qui le prononçait. Le grand blond releva les yeux vers elle et remarqua ses joues rosies par la gêne, ce qui le fit rire. Il cessa de l'embrasser quelques secondes, pour lui répondre. Ses doigts caressaient toujours l’entrejambe de sa meilleure amie, dont le corps commençait à réagir de plus en plus vivement. « Tu veux donc être ma... copine, que je sois à toi, que je m'affiche comme casé ? » murmura-t-il en se penchant vers les lèvres de Danny, « et de ton côté, tu me promets fidélité, tu ne regardes plus les autres mecs, c'est ça le deal ? » Il prit les lèvres de la jeune femme avant qu'elle ne réponde, vivement. Il la sentait vibrer sous ses doigts, son excitation était palpable et l'effet sur lui était proportionnel. Il avait envie de lui faire l'amour, mais pas avant qu'elle ne tremble pour lui, pas avant que son corps ne ressente le plaisir, l'orgasme. Il voulait la posséder alors même qu'elle se remettait de ses sensations, quand tout son corps serait encore secoué par les effets de ses caresses, quand chacune des fibres de son corps serait tendue par le plaisir. Alvar la laissa respirer quelques secondes, détachant ses lèvres des siennes pour revenir vers sa poitrine sensuelle. Ses longs cheveux lui caressaient la peau, tandis qu'il se penchait vers elle. « Je te veux Danny » murmura-t-il, « jouis pour moi ». Le jeune homme mordilla son sein, taquin, en levant son regard azur vers le visage de la jolie brune, y cherchant les traces du plaisir qu'il lui procurait.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 26 Mai - 17:26

Ses lèvres enflammait ta peau. Il te rendait fébrile, et une partie de toi se rendait compte que c’était la perte de contrôle qui t’avait toujours inquiétée, angoissée. Lorsque tu couchais avec un homme pour qui tu ne ressentais rien, tu l’étais. Là il avait le pouvoir et une part de toi paniquait à cette idée. Tu le savais, t’étais fichue, alors pourquoi tout ton corps le réclamait ? Pourquoi aimer était parfois si intense pour toi qu(il t’effrayait. Tu avais confiance en lui pourtant non ? Mais pouvait on se remettre tout entière à un être imparfait ? Il riait de toi devant ta gêne. Ca te perturbait même si ton attention était bien ailleurs et partout à la fois. Tu avais passé tant d’années à refuser de ressentir, refuser de vivre. Tu avais prétendu, et là tu n’étais qu’un enfant découvrant la beauté de ce monde, et sa douleur, ses peurs. Ses parties plus sombre. S’abandonner c'était accepter la perte de contrôle. Tout ton être tremblait. Pourtant tu n’étais pas partie, tu étais toujours là. ca voulait dire quoi ? Là comme ça tu étais prête ? Tu avais perdu ta virginité il ya longtemps, mais tu n’avais jamais donné la part de ton âme qui se lie. Celle qu’on ne récupère pas, celle qui nous ampute d’une part de soi. On dit qu’on peut aimer plus d’une fois, était ce vrai ? Tu balayais l’idée de le perdre, tu ne voulais pas penser au pire même si tu étais douée pour ça. La mort n’était pas la seule raison de la disparition de ceux qu’on aimait. Sa main toujours au même endroit il te réponds. Tu te reposes la question. Tu te la reposes à nouveau mais les mots manquent lors tu hoches la tête les yeux humides. Toi qui pensais que dire je t’aime était le plus dur, la suite tait pire. L’amour était un étau qui te faisait prisonnier, que tu accueillais, que tu réclamais, dont tu avais besoin. l'être humain dans toute sa complexité. Ses lèvres prirent possession des tiennes si fort que ton être perd pied. Vous n’avez pas commencé, et tu es déjà pratiquement à sa merci. mais c’est le but, être sienne. Même si les émotions qui t'assaillent peuvent te tuer. Comment font les autres ? Sont il si fort que ça ne les atteint pas ? Ou est ce toi qui est si faible ? Il laisse tes lèvres et comme une junkie en manque tu les attrape avec tes dents, doucement. Ses cheveux te caresse et tu ris, ça te fais des guilis. Tes yeux sont rivés sur eux, tu exprimes tant avec ceux là. Sans doute pour ça que ton père les évitait. a suite te prend cependant au dépourvu. les seuls à te dire à haute voix qu’ils te veulent, tu en as eu un paquet. ca te bloque tout à coup. Tu ne veux pas que ce que tu partages, partageras avec lui soit teinté, terni. Tu ne veux pas de similitudes. quand il te parle de jouissance, tu te recules un moment, tu lui enlèves sa main de ton intimité et du contact avec ta poitrine. Tu ne veux pas être celle ci, tu veux pas te rappeler de ton passé. - Classe. Très classe Al. - Avant, tu n’aurais pas réagis, mis tu veux effacer les moment ou tu as joué avec lui, ou tu ne laissais rien passer, ou tu n’étais pas à lui. Tu ne lui donnais rien, tu ne faisais que prendre. Tu veux être à lui, mais pas qu’il te voit comme celle que tu as u jouer. Ton passé te dégoute. Tu te lèves et vas vers la salle de bain, ouvrant le filet d’eau et y faisant couler l’eau froide, sciemment cette fois. Tes larmes coulent, tu es une idiote Tu ne comprend rien à rien. Tu ne sais même plus faire la différence, tu sais juste que certains termes te ramènes “avant”. tu ne veux pas être ceux là, tu veux les nouveaux, tu veux donner et prendre. Et tu ne veux plus jamais avoir l'impression que tu n’es qu’un corps. C’est ton âme que tu veux qu’on touche. est ce que tu auras si peur comme ça, toujours ? Seras tu capable de te laisser aller ? De vraiment vivre ?

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 26 Mai - 19:54

Alvar ne trouva nulle trace de ce plaisir, lorsqu'il prononça ces deux petites phrases. Danny se brusqua, attrapa sa main et l'arrêta en plein élan, s'arrêtant elle-même sur le chemin vers la jouissance. Elle lui fit remarquer qu'il manquait de classe, et le blond tomba des nues. Depuis quand était-elle aussi... prude ?! Il ne réagit pas tout de suite, perturbé par l'attitude de la jeune femme – qui se détacha de lui pour se lever, et filer vers la salle de bain. « Danny ! » l'appela-t-il, quand il comprit qu'elle le laissait complètement en plan, étendard au vent. Alvar soupira, se laissa tomber sur le dos et frotta son visage dans ses paumes. Il entendit l'eau de la douche couler, c'était incompréhensible. Elle n'avait jamais été cette fille empruntée, choquer Danny – la Danny qu'il connaissait bien, et qu'il aimait – était un véritable exploit, et il avait suffit d'une phrase pour qu'elle prenne la mouche. Il ne comprenait pas. Jamais auparavant il n'avait dû prendre des pincettes avec elle... si ce n'est vis-à-vis de ses sentiments, qu'il avait préféré garder pour lui toutes ces années. Était-ce le fait qu'il lui dise qu'il la voulait... ? Non, il penchait plutôt sur la seconde phrase, mais le mystère n'en était pas moins total pour lui. Il manquait peut-être de subtilité. Une femme amoureuse se met-elle immanquablement à pleurer, refuse-t-elle tout plaisir pour se morfondre, pour... merde, qu'est-ce qu'elle lui faisait, là ? Si c'était ça être en couple, devoir surveiller ses moindres faits et gestes pour ne pas blesser ou vexer l'autre, alors il préférait encore ne récupérer que les restes qu'elle daignait lui laisser, lorsqu'ils étaient amis et qu'il lui servait de roue de secours. Alvar ne concevait pas de ne pas pouvoir être lui-même, de devoir se contenir, s'ils se mettaient ensemble. Il attendit au moins 3 ou 4 minutes que son envie redescende – il en avait presque mal, tant il l'avait désirée pour ne finalement pas pouvoir la faire sienne. C'était frustrant, dérangeant, vexant et complètement incompréhensible, il n'en revenait toujours pas de se retrouver en berne. Le grand blond finit par lever sa carcasse pour rejoindre Danny à la salle de bain. Il ne savait pas quoi dire, ni comment réagir. Danny était sous la douche, il l'observa de longues secondes en réfléchissant à ce qu'il pouvait bien lui dire. Pourtant, rien ne lui venait. Le sexe avait toujours fonctionné, entre eux... mais c'était avant qu'elle ne change son fusil d'épaule vis-à-vis de lui. Alvar s'approcha et rejoint la jeune femme sous la douche. Il se colla à elle, parce que la cabine était trop petite pour faire autrement. L'eau lui dégoulina sur le corps, dérapant sur ses muscles tendus pour finir par se jeter sur le sol de la cabine. Le dos de Danny semblait se fondre dans son torse, comme s'il avait trouvé sa place. Il enroula ses bras autour d'elle et la serra contre lui, tout en embrassant sa tempe. « Tu veux en parler ? » Il aurait aimé que la réponse soit "oui", qu'elle lui explique et le tire de son incompréhension... mais Alvar n'avait pas envie de l'obliger, alors si la réponse était "non", il s'en contenterait.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 26 Mai - 23:08

Tu le sens contre toi, il se colle à toi - ok faut dire que c’est minuscule ici -  et  tes larmes se tarissent. Il te prend dans ses bras, te serre fort. Tu souris. Il te demande si tu veux parler. Tu ris doucement. S’il pense que tu es chiante, il va s’enfuir en courant, mais après 8 ans, il devrait s’en douter non ? - “Jouis pour moi” ? C’est le genre de trucs qu’on me disait pour me baiser. J’ai fait que ça pendant 8 ans. Baiser, me faire prendre par derrière, par devant.. Jveux pas de ça avec toi. Jveux pas juste baiser. ce que j’ai fait aussi avec toi au passage. Mais si c’est que tu veux, dis le tout de suite, on sera fixé. Puis sérieux, si t’as besoin de me le demander c’est que tu sais pas faire… Dis rien, fait. Parce que bon j’ai pas besoin d’instructions ou de mail d’invitation hein. - Le romantisme ne tue pas qu’ils disent. Tu veux pas être de ces filles cons comme les pieds et collantes, ou niaises, mais tu veux pas te faire troncher non plus. Tu veux tellement de chose à présent que t’y a droit. Tu veux savoir ce que ça fait, d’avoir un mec, comme Liam, enfin pas pareil. Ce type était bien trop soumis et...dégoulinants. Même si tu avais aimé, qu’on soit ainsi, pour une fois, avec toi, ce n’est pas ce que tu recherches. Sinon tu serais restée à jouer les petites amies avec Kieran. Tu l’invites à te soulever, tu grimpes sur lui et place tes jambes de chaque côté, entourant son corps. Tu vas chercher ses lèvres que tu attaques presque avec un sourire. Tu te hisses pour arriver à son oreille. - Je te jure que si tu l’ouvres, je te castre. - C’était clair non ? On était pas là pour papoter...Puis il allait falloir que vous vous adaptiez, surtout toi, vous n’ étiez plus les meilleur amis qui jouent. Et tu voulais savoir ce que ça faisait de faire l’amour… Sans pour autant faire des préliminaires de trois heures, ça n’avait jamais été ton genre sauf avec les femmes.. Tu reprenais ses lèvres, il parlerait moins tiens si tu l'en empêchait.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alvar Mouton
catch you whispering

❖ Job : employé dans les cuisines de l'hôpital
❖ House : Downtown


❖ Avatar : Ben Dahlhaus
❖ DC : Oswaldo Guiness, Trevor Seyton.
❖ En ville depuis : 09/05/2017
❖ Messages : 433
❖ Needles : 834

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Ven 26 Mai - 23:28

Heureusement pour Alvar, Danny accepta de lui expliquer ce qui avait posé problème : elle avait eu l'impression, quand il lui avait demandé de jouir – pour lui, ce qui était important à ses yeux – qu'il cherchait juste à la baiser, et qu'elle avait fait ça pendant 8 ans. Le grand blond tiqua, et serra la mâchoire. Lui ne l'avait jamais baisée, jamais considérée comme une vulgaire putain. Peut-être que c'était son cas à elle, mais à chaque fois qu'elle était revenue vers lui, qu'elle avait cherché le réconfort dans ses bras, il lui avait fait l'amour. Le fait qu'elle lui dise – honnêtement, certes – qu'elle avait baisé avec lui, que ça n'avait pas eu tant d'importance que ça... bah oui, il le prenait mal. Parce que lui n'avait jamais fait semblant, pas une fois. Elle ajouta que s'il avait besoin de demander, c'est qu'il ne savait pas faire. Alvar laissa échapper un rire sans joie, et se redressa. Elle se tourna vers lui, lui grimpa dessus et l'embrassa. Le jeune homme se laissa faire, mais ne répondit pas à son baiser, elle lui ordonna de la fermer – et ce fut peut-être la goutte d'eau pour faire déborder le vase. Il se dégagea, quand elle essaya de l'embrasser à nouveau. « T'as pas plutôt l'impression que c'est toi qui me considères comme un jouet sexuel, là, Danny ? » demanda-t-il, en la lâchant doucement pour ne pas qu'elle se fasse mal. Il poussa la porte de la cabine de douche et attrapa une serviette pour s'éponger rapidement. Il parlait sur un ton calme et posé, comme d'habitude... mais elle le connaissait assez pour savoir qu'il était énervé. « Tu veux que je te fasse l'amour en fermant ma gueule ? C'est ce que j'ai fait pendant des années. Pendant que toi, tu considérais qu'on baisait, je te faisais l'amour parce que j'ai jamais cessé de t'aimer. Je t'ai jamais mal considérée, je t'ai jamais pris pour ma chose. Et si je t'ai demandé de jouir pour moi, c'est les deux derniers mots qui étaient importants. Alors ouais, je l'ouvre... désolé, mais j'en peux plus de fermer ma gueule et de faire semblant que je vais bien à chaque fois que tu me laisses sur le carreau. C'est pas comme ça que ça marche, Danny. Si tu veux qu'on soit ensemble, commence par me considérer autrement que comme ton jouet. Si tu veux mon avis, les instructions t'en as plus besoin que ce que tu penses ». Il reposa la serviette et sortit de la salle de bain, à la recherche de ses lunettes de vue qui devaient traîner quelque part dans l'appartement. Il prit un boxer dans l'armoire, l'enfila et poursuivit sa recherche, bien décidé à dégager d'ici rapidement.

_________________
ARE YOU REALLY MINE ?
L'amour complet suppose la possession, comme le courage suppose le danger. Un amoureux est à un amant ce qu'est un soldat en temps de paix à celui qui fait la guerre. Il ne connaît pas son coeur. Paul Bourget
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Danny Sloan
get up and walk away

❖ Job : coach sportif
❖ House : south seattle


❖ Avatar : josephine skriver
❖ DC : Dimitri, Spencer, Vladimir, Giuliano, Eliott.
❖ En ville depuis : 19/06/2013
❖ Messages : 832
❖ Needles : 1176

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   Sam 27 Mai - 0:15

Ok. tu en as la preuve. Un mec c’est stupide. Il va te rendre maboul. t’es plus sûre que c’est pas plus prise de tête que de prétendre être la petite amie idéale. T’es pas sure de ce qu’il peut bien attendre de toi, mais t’as toujours été chiante et ça va pas changer d’ici tôt. Un objet sexuel. Qu’est ce qu’on entend pas comme conneries. Il a gagné, tu n’as plus envie de quoi que ce soit. Tu soupires, te passe la main sur le visage. t’étais vraiment à la ramasse persuadée qu’un couple c’était juste des sentiments. En vrai, les sentiments, c’est la merde. - Dis moi t’es con ou tu le fais exprès ? Tu veux vraiment me les briser ou c’est juste naturel ? Tu penses VRAIMENT que si jte te prenais pour ça, je te dirais ce que je ressens ce que j’ai JAMAIS dit avant ? Que je me casserais le cul à piger comment ça marche ? Tu crois VRAIMENT que c’est naturel ? Je trouve ca chiant. Épuisant. C’est super facile de baiser. De penser à rien. Mais ressentir c’est bien plus éprouvant. Tu veux qu’on s’engueule ? Pas de souci, jsuis plus douée pour ça de toute façon. J’ai dis tais toi, pour pas que tu me sortes des jouis ou autre conneries que je supporte pas. Pas tais toi tout court… Je sais très bien que de toute façon tu l’ouvriras quand même, tu t’es jamais gêné en huit ans. J’essaye d’apprendre à faire l’amour. J'essaye de me laisser aller. Pour info j’ai ressenti des trucs que tu n’imagines pas toute à l'heure. D’un seul coup.  Mais tu compliques tout. Tu sais faire ? TANT MIEUX POUR TOI. Moi non. Je n’ai pas refusé tout sentiment consciemment jte rapelle. Mais parce que j’avais une peur viscérale de ressentir. Faut que je te l'explique combien de fois ? Je maitrisais pas cette partie. Et j’ai jamais pensé à toi comme un objet sexuel. J’ai besoin d’instructions ? Tu sais quoi. Jte laisse avec tes instructions sur le moment ou je dois jouir. Jte laisse en parler à ta main, moi jvais aller en discuter avec mon vibro. - Et tu t’habilles en vitesse, mouillée, tu t’en fous. Tu manques de glisser au sol, pousse un juron et marmonnes dans ta barbe que les mecs savent pas ce qu’ils veulent. Tu rentres chez toi, balances te fringues et tu chopes le vibro que tu n’as en fait, jamais utilisé. Tu préfères qu’un homme te fasse vibrer. Mais là t’as rien fait depuis un moment et t’as juste besoin de te faire plaisir. Si tu savais pas à quel point il te manquerait tu arrêterais tout ça immédiatement. Tu éternues et va te foutre dans ta chambre, le vibro où il faut. T’es pathétique, il te manque déjà.

_________________
You're my soul. You're my only one. I can't tell how much i'm sad for missing all this years. But don't disapear. Don't leave me. i need you to breathe.

Hey rejoins nous à l'event festival ! T'ame la bière ? La musique ? Bah t'attends quoi !
Suis moi Par ici Mets à jour tes fiches 'liens, rps, scenarios)  et gagnes des needles ! Par là
Come back to me my love
i'm not whole without your arms around me

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alvar&Danny - you're a pain in my ass .   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alvar&Danny - you're a pain in my ass .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» Danny's Movies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❖ PINS AND NEEDLES :: 
Allons à Seattle
 :: Downtown
-
Sauter vers: