AccueilAccueil  PublicationsPublications  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Alexander McMathis
Membre de Pan

❖ Job : Professeur de Criminologie à l'Université de Seattle ainsi que Conseiller Profileur pour la Police de Seattle lorsqu'ils ont besoin de conseils.
❖ House : Dans une maison confortable en banlieue à South District


❖ Avatar : Billy Huxley
❖ En ville depuis : 10/08/2017
❖ Messages : 126
❖ Needles : 321

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Ven 1 Sep - 18:55

Comme si en ce moment, rien n'allait dans sa vie. Vous connaissez ce genre de moment ? Où il suffit d'un truc, un simple élément déclencheur pour que tout suive dans la déferlante. Ouais, il avait suffit d'une erreur pour que sa vie se retrouve dans un bordel le plus complet. Il avait essayé de parler à sa femme, mais ça ne s'était pas passé comme il l'avait souhaité. Il lui avait dit pour son histoire avec Elizabeth et comme n'importe quelle femme, elle avait mal réagit à son tour. Enfonçant un peu plus leur histoire dans sa propre tombe. Désormais, elle ne souhaitait plus lui parler, mais dans le fond, Alexander se doutait que cela devait bien l'arranger finalement, comme ça, elle pouvait continuer de voir l'autre type. En fait, plus les jours passaient, moins il se disait que leur histoire pouvait être sauvée. Ils ne parvenaient pas à discuter calmement et lorsqu'ils y arrivaient, ils s'avouaient des choses qu'ils ne se pardonnaient pas. Peut-être que simplement, la coupe est désormais trop pleine et que tout cela ne rime plus à rien ? Peut-être que leur histoire touche belle et bien à sa fin, tout simplement ? Alexander n'avait aucune envie de prendre cette décision, si bien qu'il ne faisait plus rien, laissant sa femme, ou la vie, choisir pour lui. Parce que dans sa tête, il avait encore Liz. Elle lui manquait, beaucoup. Il s'était interdit de lui parler, de la recontacter depuis leur séparation au bar, il y a plusieurs semaines de cela. Oui, c'était mieux ainsi, qu'ils ne se voient plus, qu'ils ne partagent plus rien. Il n'avait pas été correct en tant qu'homme marié, à s'amouracher d'elle et aujourd'hui, il en payait les conséquences et c'était pour lui, sa punition. A l'université, c'était calme, mais son directeur d'université lui organisait des conférences un peu partout, notamment à l'étranger. Si bien que d'ici quelques mois, il allait partir pour l'étranger, pour une série de conférences et que même si le bol d'air lui donnait envie, il n'avait pas spécialement envie de laisser la seule personne qui lui faisait véritablement du bien en ce moment, Devyn. Un souffle d'air frais dans une cage enfermée, voilà ce qu'elle était en ce moment dans sa vie. Surtout depuis l'annonce de sa grossesse, bien évidemment. Il était ravi, fou de joie à l'idée que sa meilleure amie le choisisse comme parrain ; et puis ne serait-ce que l'idée d'avoir un enfant si proche de lui, avec lequel il pourrait partage plein de choses, ça le comblait, et ça l'aidait à tenir bon en cette période compliquée. Alexander était en train de ranger son bureau, chez lui, quand il entendit son portable sonner. Cette pièce était devenue un vrai bordel sans nom, il fallait absolument qu'il mette de l'ordre dans ses recherches. Il soupira en replaçant sa casquette sur son crâne et prit son téléphone, Devyn, il sourit. Mais son sourire le quitta bien vite quand il vit son message. Il lui répondit simplement « j'arrive » avant de quitter son bureau pour enfiler un tee-shirt par dessus son jogging noir et quitta sa maison après avoir prit deux/trois choses sous le bras. Il grimpa dans sa caisse et roula jusqu'à la maison de sa meilleure amie. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer ? Aux dernières nouvelles, tout allait bien, non ? Etait-ce à propos du bébé ? L'angoisse s'empara de son corps alors qu'il roulait beaucoup trop vite sur la route. Il se gara à toute vitesse avant de presque courir jusqu'à la porte d'entrée de sa meilleure amie, sur laquelle il toqua. Il posa sa main sur la poignée pour entrer dans la maison, comme ils avaient l'habitude de le faire entre eux et il appela « Puce ? » le cherchant du regard, mais ne la trouvant pas. Il entendit comme des gémissements, des pleurs, venant d'en haut et il ne tarda pas à grimper les marches quatre à quatre pour arriver à l'étage, cherchant sa meilleure amie, le cœur battant la chamade. Il ne se sentait pas bien, il avait peur de ce qu'il allait trouver, de comment il allait la trouver, et de la raison qui la faisait pleurer ainsi. Il ouvrit toutes les portes du couloir avant de tomber sur elle, allongée sur son lit, en larmes. « Devyn, qu'est-ce qu'il y a ? » s'inquiéta t-il tout de suite faisant alors le tour du lit à toute vitesse pour se retrouver à genoux devant elle, au bord du lit. Il était au sol, elle allongée sur le lit, et il lui prit les mains après lui avoir dégagé le visage. La voir ainsi, ça lui brisait le cœur, tout le monde mais pas elle, non. Il caressa son visage et murmura « hé ma puce, qu'est-ce qu'il y a ? J'suis là viens » lança t-il alors en la redressant un peu sur son lit afin qu'elle vienne dans ses bras, alors qu'il essayait de la calmer comme il le pouvait, ne comprenant pas ce qu'il se passait.

@Devyn Torres-McKilt : j'me suis permise quelques libertés de scénario sur son arrivée, j'espère que ça te va? Si non, je modifierai :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn Torres-McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Vient de reprendre la direction des magasins et le trafique de drogue de son mari décédé
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 512
❖ Needles : 817

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Ven 1 Sep - 21:20

Une fois de plus, Devyn était sans nouvelle de son mari, elle avait essayé de savoir ce qu’il se passait mais personne n’avait su lui répondre, il était à l’étranger ça elle le savait, et il lui avait dit que ça serait dur de prendre contact avec lui. Il serait souvent dans des endroits reculés sans rien autour et surtout sans moyen de communication. Mais là, Devyn n’était pas dans son assiette, elle venait d’entamer le quatrième mois de grossesse et elle avait déjà pris rendez-vous pour l’échographie de contrôle avec un peu de chance, ils sauront enfin le sexe de ce petit bout qui poussait en elle. Alors qu’elle profitait de la terrasse, elle entendit frapper à la porte, elle se déplaça rapidement pour aller ouvrir et tomba sur un homme venant tout droit de son passé, un homme qu’elle n’avait pas vu depuis ses 16 ans, il avait vieilli certes mais il était pour elle comme dans son souvenir. Elle resta sans voix pendant quelques secondes et elle pouvait voir qu’il était tout aussi surpris qu’elle. « Bonjour ! Je suis surprise de te voir… Entre… » C’était étrange, elle avait de plus en plus un mauvais pressentiment et tout allait se confirmer bientôt. « Je suis tout aussi surpris Dev’, je ne m’attendais pas à toi ! Ecoute, tu devrais t’assoir, dans ton état c’est mieux » Devyn fronçait les yeux mais elle s’exécuta « Il y a des choses que tu ne sais pas sur moi et ton mari, Duncan est mon demi-frère mais il n’a jamais voulu t’en parler car nos relations n’était pas souvent au beau-fixe surtout après la mort de notre frère. Mais ça on en parlera une autre fois. » c’était quoi ces histoires, elle avait du mal à tout comprendre, elle avait du mal à assimiler les choses, elle avait peur, machinalement, elle glissa ses mains sur son ventre. « Qu’est-ce que tu viens faire ici, je ne comprends rien à tout ça, tu es le frère de mon mari ? c’est quoi cette his… » Il attrapa l’une des mains de Devyn « Oui Duncan est mon frère mais c’est pas de ça que je viens te parler, c’est compliqué à dire…. Duncan a été assassiné… » La bombe était lâchée, Devyn laissa son regard sur lui retirant d’un coup sa main, les larmes montèrent aussi vite qu’elle avait retiré sa main « Non c’est pas possible, il n’est pas mort, il va revenir » Devyn attrapa son téléphone composant automatiquement le numéro de son mari, elle laissa un message sur son répondeur avant qu’il ne prenne le téléphone de la belle « Arrête Dev’, Duncan est mort, lors de cette échange, il a commencé à s’énerver parce que ça n’allait pas assez vite, au moment où il montait dans sa voiture, ils ont tiré. Il a pensé à toi avant de mourir et j’ai fait la promesse de prendre soin de toi et de son bébé » Devyn se leva d’un coup laissant sa colère prendre le dessus « Sors de chez moi ! Sors de suite ! » Devyn était furieuse pas après lui non, mais après son mari, il lui avait promis d’être là jusqu’à la fin de leur vie. Elle laissa l’homme partir avant de s’effondrer sur le sol, les larmes roulaient sur ses joues, son cœur se serrait dans sa poitrine, son souffle était court et rapide en même temps, elle avait besoin de lui, elle avait besoin de sentir son odeur. Elle attrapa son téléphone pour envoyer un sms à Alexander avant de monter rapidement dans leur chambre, elle chercha le dernier haut qu’il avait mis, elle le sentit laissant ses larmes coulaient encore et encore, elle venait de perdre son plus grand amour, elle venait de perdre le père de son enfant. Allongée sur son lit, elle se mis en position fœtus, elle serrait dans ses mains le haut de Duncan. Elle n’entendit pas son meilleur ami quand il l’appela d’en bas, elle ne réagissait pas non plus quand il pénétra dans la chambre, elle ouvrit les yeux venant à les poser sur Alex, elle se redressa venant se glisser dans ses bras, elle éclata en sanglot, elle se laissa complètement aller dans les bras de son meilleur ami « Il est mort…. Pourquoi il m’a abandonné… » Devyn serrait le t-shirt d’Alexander n’arrivant plus à se défaire de son étreinte. A ce moment précis, elle aurait tout donné pour être auprès de son mari….

_________________
uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander McMathis
Membre de Pan

❖ Job : Professeur de Criminologie à l'Université de Seattle ainsi que Conseiller Profileur pour la Police de Seattle lorsqu'ils ont besoin de conseils.
❖ House : Dans une maison confortable en banlieue à South District


❖ Avatar : Billy Huxley
❖ En ville depuis : 10/08/2017
❖ Messages : 126
❖ Needles : 321

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Sam 2 Sep - 21:11

Alex ne comprit pas du tout ce qu'il se passait, juste qu'il n'avait jamais vu Devyn dans un tel état. Et à cela, il comprenait que la situation n'avait pas connue de précédent dans leur amitié. Que c'était bien trop grave. Il la prit contre lui et sentit qu'elle s'accrochait à lui comme rarement elle pouvait le faire. Il avait le cœur en miette, la voir ainsi sans comprendre pourquoi, ni comment elle en était venue à cet état le faisait souffrir, il se sentait impuissant. La jeune femme marmonna quelques mots, tandis qu'elle se collait de toute sa force contre son meilleur ami. Ce dernier referma solidement ses bras autour d'elle, passant ses mains sur son dos, comme pour essayer de l'apaiser. Et puis Devyn lança la bombe. Elle parla de mort, d'abandon. Alex fronça les sourcils, ne comprenant pas la situation, n'y comprenant rien du tout. Qui était mort ? Le bébé ? Elle ne pouvait pas parler d'abandon dans ces cas-là... il recula le visage de sa meilleure amie, coinçé entre ses larges mains et plongea son regard dans le sien. Il ne l'avait jamais vu ainsi, absolument jamais, en plus de dix ans d'amitié. Ses pouces caressèrent ses joues pour essuyer ses larmes bien trop nombreuses pour lui, impardonnables. Il lança alors « Devyn, dis moi ce qu'il se passe, qui est mort ? Qu'est-ce que tu... » à sa réponse, c'était comme si le monde ratait une marche.

Alexander perdit pied, une seconde. Il fixait les yeux fuyants, baignés de larmes de sa meilleure amie, sans pour autant vraiment la regarder. Il était sous le choc. Elle venait de lui dire que Duncan, son mari, venait de perdre la vie. Alexander reprit Devyn dans ses bras, la serrant contre lui de toutes ses forces, caressant ses cheveux. Il ne savait pas quoi dire. Il avait tout connu de leur histoire, il était là bien avant Duncan... Il avait été le témoin de leur histoire, il avait été le témoin à leur Mariage, comme Devyn avait pu l'être au sien. Alors même s'ils régnaient parfois entre eux, une espèce de jalousie vis à vis de Devyn, Alexander l'avait toujours apprécié. Bien qu'il traîne dans des histoires douteuses, louches, malvenues, malhonnêtes, illégales, il était le mari de sa meilleure amie. C'était l'homme qu'elle avait choisi, parce qu'il la rendait heureuse et là, alors qu'elle venait de lui annoncer sa grossesse il y avait encore quelques semaines, elle lui avoua que le père de son enfant n'était plus. Il n'était plus là... il ne faisait plus partie de ce monde... et cette idée était aussi troublante, que choquante, que triste. Alexander n'avait toujours rien dit, il ne savait pas quoi dire. Il se sentait triste, parce qu'au fil des années, Duncan était devenu un ami... pas forcément comme on peut le plus souvent l'entendre, mais un ami quand même. Il se sentait ému, triste, chamboulé par la nouvelle et incroyablement sous le choc en ce qui concernait Devyn. « Putain... Devyn... je suis tellement désolé... ma puce... » il lui embrassa le front, avec force, détermination, amour et lui lança « ça va aller ma chérie... j'suis là, tu seras jamais seule... j's'rai toujours là, j'te laisserai pas, ça... ça va aller » il la balançait lentement d'avant en arrière, comme pour se rassurer lui même aussi, comme un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn Torres-McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Vient de reprendre la direction des magasins et le trafique de drogue de son mari décédé
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 512
❖ Needles : 817

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Lun 4 Sep - 21:06

Recroquevillée sur moi-même, j’ai l’impression de perdre pied, j’ai du mal à respirer, la douleur grandit en moi un peu plus à chaque seconde que je pense à lui. Je me demande s’il a souffert, je me demande ce qu’il a pu penser avant de rendre son dernier soupire. Mon cœur se serre dans ma poitrine, j’ai l’impression d’être brisée en mille morceaux. En un instant j’ai perdu la personne que j’aimais, la personne avec qui je me voyais fonder une famille, avec qui je me voyais mourir quand j’aurai été vieille et que j’aurai vécu la vie que je rêvais pour nous deux mais aujourd’hui… Il n’y avait plus rien, plus aucuns espoirs pour nous, je m’en veux de m’être énervée après lui à cause de sa secrétaire, j’aurai dû lui faire confiance, j’aurai dû l’écouter et aujourd’hui il est mort, je n’ai pas eu le temps de lui dire que j’étais désolée. Blottit dans les bras de mon meilleur ami, les larmes coulent un peu plus, je n’arrive pas à le regarder alors qu’il pose ses mains sur mes joues avant de venir enfin plonger mon regard dans le sien avant de chercher à m’échapper une fois de plus quand il comprend ce qu’il s’est passé. Je n’arrive pas à parler, je n’arrive plus à dire quoi que ce soit, je viens de perdre une partie de moi, je viens de perdre certainement la plus grande partie de moi. Il était mon tout, il était toute ma vie même si j’avais encore ma famille, Alexander, Liz et d’autres amis mais là il était bien plus. Contre Alex j’essaie de me calmer un minimum, de retrouver un semblant de lucidité, je l’écoute, il essaie de me réconforter mais est-ce réellement possible, est-ce possible de croire que mon chagrin puisse un jour être moins important qu’aujourd’hui ? je ne sais pas. Je m’accroche à Alex, j’ai l’impression de défaillir, de ne plus être la femme forte que je suis, je ne suis plus rien… Sans lui je ne suis plus rien… « Pourquoi ? Dis-moi pourquoi il m’a laissé, on va devenir quoi sans lui » Je suis perdue, je ne sais plus quoi faire « Promets-moi que toi tu ne me laisseras pas quoi qu’il puisse arriver, tu ne m’abandonneras pas… » je savais au fond de moi qu’il ne le fera jamais, il était là avant mon mari et il était resté présent quand je m’étais mariée mais là j’ai besoin de savoir, j’ai besoin d’être rassurée. Je m’écarte doucement de lui alors que les larmes coulent encore, j’ai l’impression d’être faible… « Je veux qu’ils payent pour ce qu’ils ont fait Amor, je veux les faire souffrir avant de les tuer » Je ne mentais pas, j’allais les faire payer, ils allaient tous mourir… J’attrape le t-shirt de Duncan et je le serre contre moi alors que j’essaie de me calmer. Je relève le regard sur mon meilleur ami « Je les retrouverai… Je te jure que je les retrouverai » Dis-je avant de revenir me blottir dans ses bras.

_________________
uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander McMathis
Membre de Pan

❖ Job : Professeur de Criminologie à l'Université de Seattle ainsi que Conseiller Profileur pour la Police de Seattle lorsqu'ils ont besoin de conseils.
❖ House : Dans une maison confortable en banlieue à South District


❖ Avatar : Billy Huxley
❖ En ville depuis : 10/08/2017
❖ Messages : 126
❖ Needles : 321

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Lun 4 Sep - 21:29

Elle cherchait des réponses à ses questions, à toutes les questions injustes que l'on peut se poser en cet instant. Clairement, Alexander en voulait au monde entier en cet instant. Il en voulait à ce soi-disant Dieu, s'il existait, à cette Terre, au Destin, au Karma ou n'importe quelle autre entité susceptible d'être responsable de la situation. Il ne comprenait pas pourquoi Duncan. Il allait devenir papa, il était heureux avec sa meilleure amie alors pourquoi avait-il fallu briser cette famille ? Alex pensa au bébé dans le ventre de Devyn et son cœur se serra. Il ne connaîtrait jamais son enfant, et ce dernier ne rencontrera jamais son père, et ça n'était pas juste. Non. Alex avait clairement envie de pleurer, autant que tout défoncer, mais il devait se contenir pour elle, en larmes, terrorisée par l'avenir, par la vie, qui était face à lui et qui demandait des réponses à toutes les questions qu'elle pouvait bien se poser. Il ne tarda pas à lui dire, d'une voix ferme et assurée « Devyn, j'te laisserai jamais. T'es une partie de moi, t'es ma famille, je te jure, je te fais la promesse de toujours être là, de toujours faire partie de ta vie et... » il marqua une pause avant de reprendre « je vous laisserai jamais toi et le bébé, jamais. Tu s'ras jamais toute seule, et j'te jure, fais moi confiance... j'ferai tout pour vous deux, j'ferai tout pour toi, pour le bébé... » il aurait aimé continuer, mais il sentait qu'il allait lui aussi perdre pied. Il avait envie de pleurer, de pleurer de tristesse face à la perte de son ami, Duncan, mais aussi pour sa meilleure amie et puis surtout, de colère. Il serrait les dents, pour ne pas se défouler contre le premier truc venu sous sa main. Il se sentait tellement énervé contre la vie. Ce n'était pas juste bordel ! Pas Devyn ! On ne touche pas à Devyn ! Jamais. « J's'rai toujours là Devyn, toujours. » c'était bien plus qu'une promesse, c'était bien plus que n'importe quel mariage, contrat ou vœux. C'était un lien indestructible qui les liait depuis des années et qui aujourd'hui, prenait une toute autre tournure. Il ne pourrait jamais vivre sans elle. Il la reprit contre elle, essayant de contrôler son émotion, et ne comprit pas tout ce qu'elle disait. Elle parlait de vangeance, elle parlait de tous les tuer, de les faire souffrir mais de quoi parlait-elle ? Il fronça les sourcils, cherchant à comprendre. Et puis finalement, il demanda « de quoi tu parles Devyn, qui tu veux retrouver ? Qui tu veux tuer ? » après tout, il ignorait encore comment Duncan avait perdu la vie. Mais à cet instant, il comprenait que rien n'était naturel, et surtout, ordinaire. Et puis encore, cette douleur dans son cœur, celle de l'injustice. Alexander avait peur pour demain, peur pour Devyn, pour le bébé. Il avait peur de leur vie désormais, parce que rien n'allait être facile, qu'ils allaient en chier pendant longtemps, peut-être même des années avant de retrouver une vie normale... mais ils feraient ça ensemble, main dans la main. Il allait être là, il ne la lâcherait pas. Il serait là et il était même prêt à la faire venir vivre chez lui le temps qu'elle voudrait. Il allait être là, tous les jours s'il le fallait et ça, il en était sur. C'était plus qu'une certitude, il ne se sentait pas capable de faire autrement. Devyn était bien trop importante à ses yeux. Bien plus qu'une amie, qu'une meilleure amie lambda. C'était comme une sœur, comme son âme sœur, comme sa moitié, et là, on venait de lui arracher une partie d'elle, qu'il ressentait au plus profond de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn Torres-McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Vient de reprendre la direction des magasins et le trafique de drogue de son mari décédé
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 512
❖ Needles : 817

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Mer 6 Sep - 21:39

J’écoute Alex me dire qu’il ne m’abandonnera jamais, qu’il sera toujours là pour moi, la promesse qu’il me fait me fait un bien fou, je sais qu’il sera toujours pour moi celui qu’il est et je serais toujours là pour lui quoi qu’il puisse arriver et quelques soit ses choix. Ses mots résonnent en moi et m’apaise un peu, mes larmes se calment un peu « J’ai peur de ne pas y arriver Amor, j’avais tellement de choses à lui dire… je voulais qu’il sache que je l’aimais plus que tout, je voulais qu’il sache qu’il n’y avait que lui que je voulais que sans lui je n’étais rien mais surtout que j’étais désolé d’avoir douté de lui » Je m’en veux encore d’avoir cru qu’il avait pu aller voir cette femme qui lui courait après, il m’avait juré qu’il ne voulait que moi. J’esquisse un léger sourire alors que je pense à lui me dire qu’il m’aime mais que puis-je faire maintenant alors qu’il n’est plus de ce monde. Je me colle contre lui, je le serre doucement, j’ai besoin de la chaleur de son corps, ça me rassure, il me rassure comme un frère pourrait le faire. Alex est bien plus que mon meilleur ami, il est un membre de ma famille à part entière sans lui, je n’existe pas complètement, chaque personne de mon entourage font de moi l’être que je suis et aujourd’hui celle que je vais devenir malgré ce qu’il se passe dans ma vie aujourd’hui. Les larmes coulaient toujours et je finis par m’écarter de mon meilleur ami venant à parler de la vengeance que je prépare, je n’aurai pas de repos et je ne ferai pas mon deuil tant qu’ils ne seront pas tous mort. « Duncan a été assassiné Amor » Je le regarde tout en essayant de reprendre une respiration un peu plus normal. Mon cœur se serrer dans ma poitrine en repensant à ce qu’il a pu penser, même s’il n’était pas seul, à mes yeux il est mort seul, j’aurai dû être là, j’aurai dû être présente pour la vente au moins j’aurai pu le couvrir. Je ferme un court instant les yeux et je finis par les rouvrir, mon regard se pose sur Alex « Il était dans une vente et d’après ce que je sais il s’est faché car ça n’allait pas vite et quand…. » Je fais une pause, essayant de ne pas craquer mais malheureusement je n’y arrive, je suis tellement faible, j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à me relever. « quand un des types lui a tiré dessus. On m’a dit qu’il avait parlé de moi avant de…. De mourir » Rien qu’à ce mot, j’éclate en sanglot une fois de plus, j’ai du mal à réaliser qu’il se soit fait tuer. « Je te jure Amor, je veux les faire souffrir, et je le ferai tant que ça ne sera pas fait, je ne commencerai pas mon deuil. » Je lui attrape la main et j’entrelace mes doigts avec les siens…

_________________
uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander McMathis
Membre de Pan

❖ Job : Professeur de Criminologie à l'Université de Seattle ainsi que Conseiller Profileur pour la Police de Seattle lorsqu'ils ont besoin de conseils.
❖ House : Dans une maison confortable en banlieue à South District


❖ Avatar : Billy Huxley
❖ En ville depuis : 10/08/2017
❖ Messages : 126
❖ Needles : 321

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Lun 25 Sep - 19:52

Devyn dans les bras, il l'écoute péniblement parler de ses regrets, de ne pas avoir dit à Duncan tout ce qu'elle aurait aimé lui redire, lui répéter, parce qu'elle se jugeait elle-même de ne pas le lui avoir dit aussi souvent qu'elle le devait. Alex avait mal au cœur, de l'entendre parler ainsi, de l'entendre se flageller aussi violemment. Elle se sentait coupable, mais il n'y avait pas de quoi et il ne tarda pas à lui dire, tout bas « Il le savait Devyn, je peux te le jurer qu'il le savait que tu l'aimais plus que tout... » mais dans le fond, il ressentait sa peine, sa culpabilité. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser à sa femme, Jade. Et si elle mourrait aujourd'hui, maintenant, est-ce qu'elle mourrait en ayant le doute quant à l'amour qu'il lui porte ? Ils sont en froid, ils ne se parlent plus et la dernière fois qu'ils ont discutés, ils s'étaient disputés, il avait eu des mots violents, cruels est-ce qu'elle doutait de son amour ? Parce que malgré tout ce qui avait pu se passer, il l'aimait, bien sûr qu'il l'aimait. Son amour était juste recouvert par la jalousie, sa blessure encore ouverte, sa fierté mal placée, mais si Jade était morte à la place de Duncan, ne dirait-il pas la même chose que Devyn en cet instant ? Bien sûr que si. Bien évidemment que si. « il savait à quel point tu l'aimais, à quel point tu aurai tout fait pour votre couple, je ne veux pas que tu en doutes, ni que tu te fasses du mal à te créer des regrets... tu ne peux plus rien faire désormais, je ne veux pas que tu te fasses du mal en te mettant des idées dans la tête ma puce. Duncan et toi, vous étiez vraiment amoureux, vous étiez tellement proches, que même une dispute, un froid... ça ne pouvait pas mettre en doute tout l'amour que vous aviez l'un pour l'autre » lança t-il alors en caressant les cheveux de sa meilleure amie. Devyn se recule, il croise son regard et son cœur se fend, littéralement. Il serre les dents mais lorsqu'elle évoque un assassinat, il fronça les sourcils, de quoi parle t-elle ? Il la laisse s'expliquer et très vite, la reprend contre lui, essayant de la calmer. Elle veut se venger, elle veut se mêler de tout ça, il n'en a aucune envie. Il ne veut pas la perdre, il ne veut pas qu'elle entre dans une quête vengeresse où sa foi serait le meurtre. Il comprend sa colère, mais il ne la tolère pas dans l'absolu. Non. Il est contre toutes ces pratiques, ces histoires de gangs, ces règlements de compte, et il ne veut pas que Devyn se mette dans des histoires pareilles. Il en est hors de questions. Il comprend sa douleur, oui, il n'y aaucun problème pour ça, mais il ne cautionne pas sa vengeance. « Devyn... » murmure t-il en la serrant contre lui. Elle ne voulait pas faire son deuil sans en passer par là, mais ça n'allait rien éteindre de sa flamme de douleur, de sa colère, de sa peine. Non, ça ne changerait rien à tout ça. « Tu ne peux pas faire justice toi-même... tu ne peux pas entrer dans une guérilla... tu... tu parles sous la colère, la tristesse, et je te comprends, je comprends ta douleur, mais ne pars pas en guerre... » commença t-il avant de prendre le visage de Devyn dans ses mains pour regarder le fond de ses yeux larmoyants, captés par la colère intense. Il avale sa salive, il ne sait pas quoi dire, il la connait. Il sait dans quoi elle traîne, il sait de quoi elle est capable et il ne doute pas d'elle, mais il ne veut pas la perdre, et Duncan n'aurait pas voulu tout ça non plus. « Duncan ne voudrait pas que tu... » commença t-il. Il savait que non, ce n'était clairement pas le moment de lui dire ça, mais il s'en fichait. Il ne voulait pas qu'elle se mette ça en tête. « Il ne voudrait pas te voir entrer en guerre et prendre le risque de perdre votre bébé... Devyn, c'est tout ce qu'il te reste de lui... je ne permettrais pas que... » commença t-il avait de la lâcher, pour passer ses mains sur son propre visage en soupirant fortement. Il ne voulait pas la perdre, qu'elle se mette en danger, il ne voulait pas qu'elle perde le bébé car si ça se produisait, il savait qu'il la perdrait pour toujours, qu'elle ne s'en relèverai jamais. « Et je me doute que tu as pris ta décision, et je sais que tu ne veux pas entendre tout ça... mais par pitié Devyn, oublie cette idée, je te le demande, moi, je te le demande d'oublier tout ça... ça ne changera rien et ça... ça ne t'aidera pas » lança t-il, sans vraiment savoir. Non, il n'avait pas perdu sa femme, il ignorait la douleur qu'elle ressentait, il ne pouvait que l'imaginer et encore... ce n'était que fictionnel. Et si Jade avait été abattue comme un chien, qu'aurait-il fait ? Il aurait très certainement tenu les mêmes propos, mais est-ce qu'il aurait été capable de passer à l'acte... il n'en savait rien... et il ignorait si Devyn avait déjà tué quelqu'un... mais il pensait aussi au bébé... il allait grandir dans son ventre en étant bercé par des sentiments de haine, de douleur, de vengeance et elle allait prendre des risque, enceinte, de se livrer à un tel combat ? Elle ne lui semblait plus vivre dans la réalité, mais il savait qu'elle allait s'énerver, parce qu'elle n'aimait pas qu'on lui réponde non, tout simplement. Seulement, il avait bien trop peur pour elle.

HRP : Je suis DESOLEE pour le temps de réponse, j'étais persuadée d'être à jour sur le forum, mais non, de même pour Jade. Je suis vraiment désolée, ça ne se reproduira pas, promis <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn Torres-McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Vient de reprendre la direction des magasins et le trafique de drogue de son mari décédé
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 512
❖ Needles : 817

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Jeu 28 Sep - 13:18

Mon cœur saigne, j’ai l’impression d’avoir tout perdu et pourtant mon meilleur ami est là, je le sais, je m’accroche à lui, j’ai peur qu’il parte, j’ai peur de le perdre à jamais, j’ai besoin de lui dans ma vie, j’ai besoin de le sentir contre moi et pourtant il n’y a rien de malsain entre nous, rien d’ambigüe, cela a toujours été comme ça. Je me sens responsable de tout ce qu’il s’est passé, j’aurai dû être là avec lui, j’aurai dû insister et l’accompagner. Je doute… je doute sur le fait que mon mari savait à quel point je l’aimais. Je reste contre lui, je ferme les yeux, j’essaie de me contrôler mais rien n’y fait, je n’y arrive pas, la douleur que je ressens est indestructible et pourquoi a-t-il fallu que ce soit son frère qui me l’annonce. Je ne voulais pas que ce soit comme ça… Je me redresse, je le regarde alors qu’il parle, je doute de certaines de ses paroles et pourtant je me sens bien, cela me fait du bien de l’entendre me dire cela. Je lui parle d’assassinat, je veux me venger, je veux les retrouver et leur faire payer mais avant ils vont souffrir. J’en fais la promesse, je veux les voir souffrir avant de les tuer lentement. Je sais qu’il ne va pas être d’accord, je sais qu’il va vouloir m’en empêcher mais il me connait aussi, il sait que je ne laisserai personne faire du mal à ceux que j’aime sans les punir. De nouveau, je me retrouve contre Alexander, j’évite son regard alors que ses mains sont sur mes joues, je sais qu’il va vouloir me faire changer d’avis, qu’il va tout faire mais je suis têtue, je sais ce que je veux. Je finis par poser mon regard sur Alex et je l’écoute « Si ça m’aidera… Je te jure amor, ça m’aidera réellement. Je sais que tu ne veux pas que je prenne de risque et je te promets de ne pas en prendre. J’ai des hommes prêts à me retrouver les hommes » j’essaie comme je peux de le rassurer mais je sais qu’aujourd’hui, je ne peux penser à autre chose. J’ai besoin de me raccrocher à ça, de me raccrocher à l’espoir de les voir souffrir mais pas seulement… aujourd’hui je m’accroche à tout ce que je peux et j’ai besoin de lui. « Amor tu ferais quoi si c’était la femme que tu aimes à sa place, tu ferais quoi ? Je sais que c’est compliqué à comprendre mais j’ai tellement mal que j’ai besoin de ça, pour pouvoir me reconstruire sans lui. Je sais que c’est difficile à comprendre… » Je suis sous le coup de la colère, de la haine que je ressens pour ses hommes mais je ne peux pas faire autrement, je n’y arrive pas. J’ai l’impression de ne plus avoir de cœur, j’ai l’impression de n’être plus rien. Je n’arrive même pas à m’énerver et pourtant j’ai envie d’hurler, j’ai envie de lui dire que quoi qu’il arrive je le ferais mais je le connais aussi, je ne veux pas le mettre en danger lui. Mais je ne peux pas lui mentir et lui dire que je ne vais pas le faire. J’attrape le t-shirt de Duncan et je le regarde « C’est le dernier t-shirt qu’il a mis avant de partir… Pourquoi on me l’a enlevé, il avait encore tellement de chose à faire… » Je ne peux m’empêcher de penser à cela, c’est plus fort que moi, la façon dont il est mort m’est inadmissible même si je savais que très bien qu’un jour où l’autre ça se passerait comme ça.

_________________
uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander McMathis
Membre de Pan

❖ Job : Professeur de Criminologie à l'Université de Seattle ainsi que Conseiller Profileur pour la Police de Seattle lorsqu'ils ont besoin de conseils.
❖ House : Dans une maison confortable en banlieue à South District


❖ Avatar : Billy Huxley
❖ En ville depuis : 10/08/2017
❖ Messages : 126
❖ Needles : 321

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Sam 30 Sep - 17:48

Ce qu'elle lui disait ne lui plaisait pas. Si, elle allait forcément en prendre des risques, rien que le fait d'organiser sa vengeance était un risque et ça, il ne voulait pas de tout ça pour elle. Elle n'avait pas besoin d'entrer dans cette vendetta, il ne voulait pas la perdre, parce que ce genre d'histoire ne se termine jamais. Et si dans l'autre camp, elle tuait quelqu'un qui avait une femme, ou bien un frère et que celui-ci, ou celle-là voudrait à son tour se venger ? Ca n'avait aucun sens. Elle délirait. Il allait répliquer, mais elle lui coupa l'herbe sous le pied, et le souffle en même temps. « et si ça avait été ta femme ? » C'était le genre de phrase auquel il ne pouvait plus rien. Pendant quelques secondes, il imaginait la scène. Là, aujourd'hui, il imaginait le fait qu'on vienne lui apprendre la mort de sa femme. Jade. Il passa une main sur son visage en soupirant profondément. Ils étaient en froid, ils ne se parlaient plus, ils ne vivaient plus sous le même toit et il essaya de se souvenir de la dernière fois qu'il lui avait parlé... il avait été en colère, ils avaient eu des mots durs l'un envers l'autre... et si ça avaient été les derniers ? Comment pourrait-il vivre après ça ? Et si en plus de ça, elle avait été tuée, que sa vie avait été prise par un autre être humain ? Comment le vivrait-il ? Oui, oui, il comprenait cette idée qui traversait l'esprit de Devyn, il la comprenait mieux que quiconque, mais il n'était pas d'accord. Pour lui, il voulait être cette personne qui allait lui dire « ne fais pas ça » parce qu'il en fallait au moins une qui le lui dise. « Je ne veux pas te perdre Devyn... je ne veux pas que tu entres dans cette vendetta » lança t-il les dents serrées. Il n'imaginait pas perdre sa meilleure amie, non, pour lui, ils allaient vieillir ensemble, c'était clair dans sa tête. Déjà que la mort de Duncan le perturbait, il était encore sous le choc, il n'en revenait pas, il ne voulait pas penser à la perte de sa meilleure amie. Duncan n'aurait pas voulu ça et il le savait, mais à côté de ça, il comprenait parfaitement ce qu'elle pouvait ressentir, parce que rien que d'imaginer vivre ce qu'elle vivait, lui faisait déjà réaliser que oui, il dirait la même chose qu'elle. Ce n'était pas juste, rien n'était juste dans ce qu'il lui arrivait, mais il n'était pas d'accord avec cette vengeance. Il la regarde prendre le tee-shirt de son mari, et lui rappeler qu'il est partit beaucoup trop tôt, et c'était vrai. Et pour ça, il n'avait rien à dire, parce qu'il n'y avait rien à dire. Il ne voulait pas essayer de la raisonner, non, ce soir, il fallait qu'elle lâche prise, qu'elle pleure, qu'elle soit triste, parce que c'était normal. Elle venait tout juste de l'apprendre, et non, ce n'était pas juste. Clairement, il serrait les dents, il se sentait impuissant parce qu'il l'était. La vie, elle en a rien à foutre des gens. Elle fait sa life et ouais, des gens meurent et même si on le sait tous, beh non, on n'y arrive pas. Parce qu'on a l'amour qui nous fait aimer cette vie et que l'amour nous fait tellement de mal quand la vie elle-même se définit comme telle. On le sait tous que la vie et la mort vont de paire, mais tout à chacun, on n'y pense pas, on ne veut pas y penser, parce que c'est abstrait, loin et que lorsque ça arrive aussi brutalement que ça, et bien non, nous ne sommes pas prêts, nous sommes pris au piège et malheureusement, on ne peut rien faire d'autre que d'attendre lentement, difficilement, qu'un matin, la douleur soit juste un peu moins forte que la veille et ainsi de suite. Alex passe sa main dans les cheveux de sa meilleure amie, caressant alors l'arrière de sa nuque et très vite, il la reprend contre lui. « Je te laisse pas toute seule, je vais rester ok ? Et si tu veux, tu peux venir à la maison, autant de temps que tu voudras. T'es pas toute seule, je te laisserai jamais toute seule Devyn tu m'entends ? » lança t-il tout bas. Il soupira un grand coup, contre les cheveux bruns de sa meilleure amie d'enfance et il continua « un jour tu verras, tu commenceras à avoir un petit peu moins mal Devyn... je te jure qu'un jour la douleur va diminuer... elle ne disparaîtra jamais complètement... mais on arrivera à vivre avec, je te le promets et moi... moi je s'rai toujours là... » lança t-il pour la rassurer, autant qu'il le pouvait. C'était tout ce qu'il pouvait faire. « Tu as besoin de quelque chose ? Tu veux prendre un bain, pour te calmer ?... » proposa t-il alors. Est-ce qu'elle avait mangé ? Il se doutait bien qu'elle ne mangerait rien, mais il veillerait à ce qu'elle mange tout de même un petit peu, par moments. Il ne la lâcherait pas, ni ce soir, ni demain, ni aucun autre jour tant qu'elle en aurait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Devyn Torres-McKilt
Membre de Pan

❖ Job : Vient de reprendre la direction des magasins et le trafique de drogue de son mari décédé
❖ House : North district


❖ Avatar : Sara Sampaio
❖ DC : Enael, Nolan & Liliana
❖ En ville depuis : 15/05/2017
❖ Messages : 512
❖ Needles : 817

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Lun 2 Oct - 17:37

Le regard sur mon meilleur ami et j’essaie de lui faire comprendre que j’ai besoin de ça pour avancer, pour faire mon deuil mais je sais qu’il pense à moi, qu’il ne veut pas que je me fasse encore plus de mal que j’en ai maintenant. J’ai cette vague impression que plus rien n’aura de sens à part les quelques amis que j’ai mais aussi mes parents. Je l’écoute qu’il ne veut pas et je le comprends, je ne voudrais pas qu’il se lance dans le même truc mais lui est tellement innocent et moi j’en suis loin, je ne suis pas cette jeune femme qui n’a jamais rien fait de mal. « Amor, tu ne me perdras pas, jamais et je ne veux pas te perdre, j’ai besoin de toi si tu savais… » C’était souvent difficile de dire qu’on a réellement besoin de quelqu’un surtout quand ça va mal, je préfère le plus souvent être celle qui aide plutôt que de demander de l’aide. C’est plus fort que moi… Alors qu’il passe sa main dans mes cheveux, je ferme un court instant les yeux avant de les rouvrir alors que je me retrouve contre lui. Je me laisse bercer par la chaleur de son corps mes mains glissent lentement dans son dos sans arrière-pensées, cela a toujours été comme ça entre nous. Ces paroles me réconfortent mais je sais aussi que je ne peux pas lui demander l’impossible, il a sa vie, il a un métier.. Alors qu’il me dit qu’il sera toujours là pour moi, je souris doucement car je sais qu’il dit vrai, je sais qu’il sera toujours là pour moi comme je serais toujours là pour lui, il est de ma famille, c’est bien plus qu’un ami, bien plus que mon meilleur ami. Je me redresse et je plante mon regard dans le sien « Non j’ai pas envie, je prendrai bien un thé, tu veux bien, je te rejoins en bas, je vais juste me passer de l’eau sur le visage. » J’essaie de lui sourire mais je ne peux pas du moins je n’ai pas l’impression d’y arriver et ça me fait mal, j’aurai aimé pourvoir lui faire voir que ça va aller mais je sais qu’il ne me croira pas, il me connait bien trop. Je le regarde descendre et je passe dans la salle de bain, après un rapide coup d’œil, je me fais presque peur. Je soupire avant de me passer de l’eau sur le visage, je finis par attacher mes cheveux en chignon puis je descends rejoindre mon meilleur ami. Je l’observe alors que je suis contre la porte « Je t’ai dit que j’ai découvert qu’il avait un frère, je ne savais même pas… il était avec lui et je t’ai déjà parlé de lui il y a très très longtemps sans même savoir qu’ils avaient un lien parental. » J’ai du mal encore à réaliser que les deux hommes que j’ai réellement aimé étaient frères… C’est tellement irréel…

_________________
uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander McMathis
Membre de Pan

❖ Job : Professeur de Criminologie à l'Université de Seattle ainsi que Conseiller Profileur pour la Police de Seattle lorsqu'ils ont besoin de conseils.
❖ House : Dans une maison confortable en banlieue à South District


❖ Avatar : Billy Huxley
❖ En ville depuis : 10/08/2017
❖ Messages : 126
❖ Needles : 321

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   Ven 13 Oct - 12:36

Devyn lui répondit qu'elle voulait un thé et qu'elle avait besoin d'un petit moment seule, à l'étage. Alexander sourit doucement, passant sa main sur le visage de sa meilleure amie, séchant ses larmes. Sa main glissa dans sa nuque, apportant son front contre les lèvres du jeune homme afin qu'il y dépose un tendre baiser. Il se leva alors pour la laisser seule dans sa chambre et doucement, il descendit jusqu'à la cuisine. Dans l'escalier, il vit les cadres photographiques du mariage de sa meilleure amie. Il y en avait aussi une de son mariage, avec lui et Jade, et puis leurs témoins, dont faisait partie Devyn. Il sourit. Il s'attarda quelques secondes sur l'image de sa femme. Elle était magnifique ce jour là. Ils semblaient si heureux, tellement que pendant une seconde, il se demanda si c'était bien eux, et surtout, pourquoi ils avaient tant changés. Il passa une main sur son visage en soupirant tandis qu'il continua sa descente. Arrivé à la cuisine, il se dirigea machinalement vers la gazinière, prenant la théière, il la remplie d'eau, la posa sur le feu, l'alluma. Puis alla vers le placard où étaient rangées les tasses et en prit deux. Il alla ensuite vers la boite à thé de la jeune femme, prit son sachet de thé préféré, le glissa dans une tasse et pour lui, il prit un simple thé vert. Il connaissait la maison de sa meilleure amie par cœur, il connaissait ses goûts par cœur. Elle n'avait pas besoin de le lui dire, ni lui, de les lui demander. Le jeune homme resta là, à entendre petit à petit la théière siffler. Finalement, il entendit la voix de Devyn derrière lui. Il se retourna pour voir qu'elle avait fait un chignon, il la trouvait mignonne quand elle remontait ses cheveux, un peu comme l'adolescente qu'elle avait été. Il l'écouta alors, elle parla d'un frère. D'un frère caché pendant toutes ces années, qu'elle semblait avoir connu sans même savoir l'existence de ce lien parental. Alexander fronça les sourcils, en attendant d'en savoir plus. « C'est qui, je le connais ? » parce que si Devyn l'avait connu, il y avait de grandes chances pour que lui aussi. « Tu l'as vu ? » demanda t-il alors. Et puis finalement, il ne pu s'empêcher de demander « tu veux de l'aide pour... pour préparer la cérémonie ? » parce que c'est du boulot, un vrai engagement et que Devyn n'en aurait peut-être pas la force ? Est-ce que ce frère inconnu va l'aider ? Est-ce qu'il va la soutenir ? Est-ce qu'il va rester ici pendant quelques temps ? Est-ce que c'est un connard fini ? Alexander n'en savait encore rien. Mais il espérait juste qu'il ne rajoute pas d'angoisse ni de stress à sa meilleure amie, elle n'en avait vraiment pas besoin.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort de certains amis entrouvre notre tombeau ft. Devyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notre Tombeau
» [b]GENS JUSTE OU INJUSTE LE SALAIRE DU PECHE C'EST LA MORT ![/b]
» La mort est une journée qui mérite d'être vécue [libre]
» La mort nous sourit à tous, tout ce qu’on peux faire c’est lui sourire à notre tour
» Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❖ PINS AND NEEDLES :: 
Allons à Seattle
 :: North district
-
Sauter vers: